MOTOGP 2019 À LOSAIL : FABIO QUARTARARO EVIDEMMENT DÉÇU MAIS MEILLEUR TOUR EN COURSE

 

 

Évincé de sa cinquième place sur la grille pour avoir calé au moment du départ du GP de Losail, un problème semble t’il quand on a ôté les couvertures chauffantes (mais une autre version circule selon laquelle Fabio aurait calé par nervosité) Quartararo et tous ses fans dans le monde entier, car il est la coqueluche des media, ont vécu un coup de massue!

 

LES FELICITATIONS DU BOSS DE PETRONAS APRES LA Q2 DE LA POLE

 

On imagine, un ‘rookie’ qui part en deuxième ligne de son premier GP, qui a reçu la visite de Lewis Hamilton durant le week end au Qatar (ils sont dans même team, Petronas), la course étant volontairement ralentie par les premiers pour cause d’économie de pneus, Fabio pouvait être éclatant !

 

ETRE DANS LE MÊME TEAM QU’HAMILTON, LA CLASSE!

 

Un indice, Oliveira qui roule sur une KTM,  a vraiment calé sur un coup de nerfs au départ mais est reparti, pas Fabio, donc on peut imaginer un problème technique chez le jeune français, tout le monde est très discret là-dessus…

Finalement, on l’a appris après, peut-être dans l’émotion de sa superbe position, sur la grille de départ,  Fabio Quartararo a calé avant de s’élancer pour le tour de chauffe.

Or, le règlement est formel, dans ce cas, le pilote est contraint de prendre le départ depuis la ligne des stands, quand tout le monde s’est élancé.

 

LE DEPART, FABIO ATTEND AU STAND

 

Partant donc dernier des stands, en pneu tendre à l’arrière et la rage au ventre, il a donc attaqué très fort et a pris le meilleur tour en course à deux reprises de cette épreuve.

1’55’’039, on rappelle qu’il n’a pas de moto d’usine, c’est assez phénoménal!

Ce n’est pas le record du tour en course absolu à Losail, que détient  Lorenzo depuis 2016, 1’54’’09, mais sur un premier GP dans cette cylindrée c’est évidemment une vraie fierté…

Fabio a magnifiquement roulé les deux jours qui précèdent le GP, il est donc entré par la grande porte dans ce monde très fermé du MotoGP avec toutefois avec un résultat, peu gratifiant.

 

LE GROUPE DE TÊTE ÉTAIT POSSIBLE,AU MOINS SUR QUINZE TOURS

 

Mais on ne bosse jamais pour rien, le métier rentre…

Il n’aurait pas été étonnant de le voir rouler avec le groupe de tête, au moins sur les trois premiers quarts de la course, puisque les cinq premiers ont attendu le 20ème tour pour taper dans les pneus !

Et dans ces conditions, une moto bien emmenée pouvait être vue devant, à l’instar de Joan Mir par exemple, et un gros bout de temps, avant de devoir rendre la main parce que la gomme arrière tendre ne tenait pas le coup.

Après l’arrivée, c’est un Fabio Quartararo évidemment bien déçu qui commentait sa première course en Moto GP.

Il raconte sa course avec départ depuis les stands.

 

 

« Je savais que le premier tour serait très difficile car mes pneus étaient froids, mais aussi mes freins,  lorsque je suis arrivé au premier virage, je n’avais pas de freins du tout, donc il a fallu les monter en température.  Après, je j’imagine que c’est de l’expérience à prendre. Je savais qu’il n’y avait qu’une seule chose à faire, tenter de suivre les pilotes qui me précédaient et essayer de suivre leur rythme. Et je pense que leur rythme, en 1’55″6 ou 1’55″7, ne me permettait pas de conserver mes pneus. Il m’a alors vraiment fallu forcer pour être à la limite, mais en fin de GP lors des cinq ou six derniers tours, mon pneu était fumé donc j’avais vraiment donné le maximum. Du coup, j’ai commis une faute et j’ai perdu l’arrière dans le virage 10, ce qui m’a coûté trois ou quatre dixièmes, et en MotoGP c’est super dur à rattraper. J’ai quand même réussi à reprendre  Miguel Oliveira en fin de GP, à le doubler. C’est la raison pour laquelle je suis assez content de mon GP. »

Conclusion…

« Il fallait que je donne le meilleur de moi-même. Même si j’ai vécu une situation franchement difficile, car j’avais tellement la rage pour remonter que je n’ai pas vraiment pensé à conserver le pneu, je n’avais  qu’une idée en tête, attaquer. »

 

 

MOTO-GP-2019-GP-du-QATAR-à-LOSAIL-FABIO-QUARTARARO

 

Il n’y aucun doute sur le fait que Fabio est passé à côté d’un rêve mais c’est aussi quand quelque chose se passe mal que l’on voit pousser un grand champion…

Étonnant comme ce garçon est devenu ce que l’on appelle un bon client en presse, du talent et de la tchatche, j’écoutais les commentateurs anglais parler de lui, même dernier, avec beaucoup d’admiration.

Épater les Angliches, ça aussi c’est un motif de satisfaction…

 

Jean Louis BERNARDELLI

Photos : Petronas/MotoGP  

 

MOTO-GP-2019-GP-du-QATAR-à-LOSAIL-FABIO-QUARTARARO

 

Moto Moto2 Moto3 MotoGP Sport

About Author

jeanlouis