LA CITROËN D’OGIER-INGRASSIA CREUSE L’ÉCART AU RALLYE DU MEXIQUE

 

 

 

Impressionnants de lucidité, Sébastien Ogier et Julien Ingrassia ont réalisé une nouvelle prestation de premier ordre, portant ce samedi leur avance à 27’’0 sur le deuxième suite à deux nouveaux meilleurs temps à bord de C3 WRC.

Auteurs jusqu’alors d’un apprentissage studieux des subtilités du terrain, Esapekka Lappi et Janne Ferm étaient malheureusement stoppés dans leur élan suite à une sortie de route, mais les Finlandais reprendront le cours des débats ce dimanche.

Plus longue étape au programme du week-end (138, 37 km chronométrés), cette deuxième journée de course était redoutée, notamment pour ses deux passages dans les longues spéciales techniques de Guanajuatito (25, 90 km) et Otates (32, 7 km).

La première citée allait hélas être fatale d’entrée à Esapekka Lappi et Janne Ferm car partis avec l’intention de continuer à se familiariser avec les particularités de cette manche, ils figuraient sur le bon tempo, en attestent leurs temps intermédiaires équivalents à ceux du leader du Championnat du Monde.

Mais les Finlandais se faisaient malheureusement surprendre à quelques centaines de mètres de l’arrivée par le faible niveau d’adhérence et sortaient pour le compte. Ils repartiront cependant pour la dernière étape, avec l’objectif d’accumuler des kilomètres supplémentaires sur terre au volant de C3 WRC.

Le chrono étant aussitôt neutralisé, Sébastien Ogier et Julien Ingrassia se voyaient attribués un temps forfaitaire tenant compte de la crevaison lente alors contractée, et les Français perdaient leur leadership. Avec encore près de quarante kilomètres à parcourir sans roue de secours, leur boucle matinale s’annonçait difficile, tant le risque d’être confrontés à des pierres ramenées en pleine trajectoire était élevé depuis leur septième position en piste.

Mais ils faisaient une nouvelle fois l’étalage de leur classe et de leur maîtrise, en reprenant la tête dès l’ES suivante d’Otates, à la faveur d’un deuxième temps à seulement 1’’2 du premier ! Avant carrément de porter leur capital à 19’’2 avec un scratch juste avant la pause de mi-journée.

La démonstration des sextuples Champions du Monde de la spécialité allait se poursuivre l’après-midi, alors que le mercure flirtait avec les trente degrés dans l’air, cinquante au sol et carrément soixante dans l’habitacle de C3 WRC !

Seuls à privilégier la sécurité et à embarquer deux roues de secours, ils se payaient le luxe de signer leur sixième scratch du week-end au deuxième passage dans Guanajuatito, pour augmenter encore leur avance, malgré une surcharge pondérale de vingt-cinq kilos. Ils allaient dès lors gérer le restant de la boucle avec métier, en dépit d’un tout droit dans une super spéciale (ES 16) et d’un petit souci technique dans la toute dernière ES (ES 18), pour conclure cette deuxième étape avec un avantage de 27’’0 sur leur plus proche poursuivant.

 RÉACTIONS DE PIERRE BUDAR, LE DIRECTEUR DE L’ÉQUIPE CITROËN

 

« Il n’y a que des champions de la trempe de Sébastien et Julien pour continuer à signer des scratches alors qu’ils n’ont plus de roue de secours, ou bien lorsqu’ils sont les seuls à en embarquer deux.Leur prestation du jour a encore été épatante de solidité, malgré une toute petite faute, nous allons désormais faire tout le nécessaire pour leur redonner une C3 WRC révisée à neuf, afin qu’ils puissent concrétiser demain sur une journée dont on sait qu’elle sera encore très piégeuse. Nous sommes enfin déçus pour Esapekka et Janne, lesquels ont commis une petite erreur, hélas lourde de conséquences, alors qu’ils avaient jusqu’alors affiché un bon rythme, en dépit de leur méconnaissance  du terrain. »

PILOTES DE PILOTES

Sébastien Ogier :

« C’était une longue et difficile étape, qui a commencé par une crevaison et s’est terminée par une petite avarie technique sur la toute fin, mais on a plutôt bien roulé.Je suis ravi d’en finir ce soir avec une avance accrue, et je fais confiance à mon équipe pour remettre ma C3 WRC en parfait état de marche. Car il faut désormais finir le travail et faire le plein de points. »

 

Esapekka Lappi :

« Je suis arrivé dans un virage à gauche serré en descente, plus glissant que ce que j’imaginais, et je suis sorti large, jusqu’à me retrouver en équilibre sur le fossé. La voiture n’avait rien, mais on était hélas bloqués là sans possibilité de repartir. Je suis évidemment désolé pour l’équipe, je retiens toutefois que j’ai beaucoup appris sur cette course, beaucoup plus que lors de l’édition passée, je commence à comprendre comment il faut piloter ici, et je vais tâcher de continuer à engranger de l’expérience demain dimanche pour la dernière journée. »

 

Avec trois nouvelles spéciales à disputer, dont deux de quelque vingt-cinq kilomètres chacune, la dernière journée de course ce dimanche sera encore conséquente et devrait également réserver son lot de difficultés.

 

 

Christian COLINET

Photos : TEAMS

WRC-2019-MEXIQUE-La-C3-CITROËN-d’OGIER-INGRASSIA

CLASSEMENT PROVISOIRE APRÈS LA DEUXIÈME JOURNÉE

1.Ogier -Ingrassia (Citroën C3 WRC) en 1 h 18’33’’8

2.Evans-Martin (Ford Fiesta WRC) à 27’’0

3.Tänak-Järveoja (Toyota Yaris WRC) à 29’’2

4.Neuville-Gilsoul (Hyundai i20 WRC) à 1’15’’7

5.Meeke-Marshall (Toyota Yaris WRC) à 4’37’’1

6.Guerra-Zapata (Skoda Fabia R5) à 12’06’’0

7.Bulacia-Wilkinson / Cretu (Skoda Fabia R5) à 15’39’’6

8.Latvala-Anttila (Toyota Yaris WRC) à 16’32’’4

 

Rallye WRC

About Author

gilles