LA MISE AU POINT D’ANTONIN CHAROUZ

 

 

 

« Non, je n’ai pas été arrêté ! »
C’est en ces termes qu’Antonin Charouz s’est exprimé!
Le businessman Tchèque, par ailleurs patron du Charouz Racing System,
dément les informations selon lesquels il aurait été mis en examen, voire placé en garde-à-vue.

 

Antonin Charouz a convoqué la Presse. Non, il n’a pas été mis en examen et encore moins placé en détention provisoire. Non, Škoda Transportation, n’est pas le sponsor principal du Charouz Racing System. Le businessman déclare n’avoir eu aucun contact avec l’entreprise (à ne pas confondre avec Škoda Auto, « le » Škoda) depuis des années.

Ce qui est établi, c’est que Škoda Plzeň était une entreprise sulfureuse. Fin 2018, des enquêtes pour corruption ont abouti à des arrestations pour corruption en Pologne et en Lettonie. D’ailleurs, en 2015, Škoda Plzeň a préféré changer de nom et devenir Škoda Transportation…

D’après plusieurs médias, Antonin Charouz aurait connu des difficultés financières vers 2013-2014 et Škoda Plzeň lui aurait permis de faire la soudure, via un montage fiscal frauduleux.

L’intéressé nie donc l’affaire. Si les Douanes Tchèques sont venus le voir, c’était pour lui demander des conseils…. En français, on appelle cela un statut de témoin assisté…

Charouz ne travaillait pas avec Škoda Plzeň/Škoda Transportation, mais il connait très bien leurs pratiques! La défense de l’homme d’affaire est curieuse. Certains le comparent déjà à …Vijay Mallya!

La question, c’est de savoir si Alfa Romeo F1 Sauber croit Charouz ou si l’écurie de F1 préfère s’écarter d’une structure dont le nom est associé à une affaire d’évasion fiscale… ?

 

Joest Jonathan OUAKNINE

Photo : F2

 

F2 F3 F4 Monoplaces

About Author

JOEST JONATHAN OUAKNINE