APRES NISSAN… RENAULT ! DE LOURDS SOUPÇONS D’ABUS DE BIEN SOCIAL POUR CARLOS GHOSN…

 

 

RENAULT-TALISMAN-et-CARLOS-GHOSN-Photo-Gilles-VITRY

Carlos Ghosn… et maintenant au tour de Renault !

 

 

Incarcéré à Tokyo depuis le 19 novembre dernier pour soupçons de dissimulation de revenus, d’abus de biens sociaux et d’abus de confiance aggravé, dans le cadre de ses fonctions de Président de Nissan, Carlos Ghosn se montre très combatif pour tenter de d’influencer la justice japonaise sur l’existence d’un «complot» interne chez Nissan !

En quelque sorte, il serait victime d’une … chasse aux sorcières, menée par ses opposants, au premier rang desquels Hiroto Saikawa, son successeur sur le trône Nissan, qui aurait très mal vu une potentielle prise de pouvoir de Renault dans l’Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi.

Et les cadres dirigeants de Nissan de tout balancer à la justice japonaise…

Du côté de chez Renault, on se faisait beaucoup plus discret. Seules quelques interrogations sur sa rémunération venant d’une filiale Néerlandaise et sa domiciliation fiscale !  toujours aux Pays-Bas…

De l’optimisation fiscale, comme on dit chez nous !

Mais comment le patron de la plus grande entreprise Française pouvait-t-il ‘artificiellement’ faire croire qu’il était domicilié à Amsterdam ?…

Et ce alors que Renault, réglait déjà entre autres, chaque mois le loyer de… 8.000€ de son duplex Parisien, situé avenue Georges Mandel, à coté du Trocadéro, dans le très chic XVIème Arrondissement.

 

SIÈGE DE RENAULT à BOULOGNE BILLANCOURT

 

Mais depuis le 24 janvier 2019, Carlos Ghosn n’est plus le Président de Renault, suite à sa démission largement suggérée par le plus haut niveau de l’état, en la personne de Bruno Le Maire, Ministre de l’Économie.

Le nouveau duumvirat qui dirige dorénavant Renault, à savoir Jean-Dominique Sénard (Président) et Thierry Bolloré (Directeur Général), n’est pas là pour s’occuper du cas Ghosn, mais à l’intérieur de l’ex-régie nationale, les langues commencent naturellement à se délier…

Du coup, curieusement jusqu’alors bien discret, les hommes de son entourage Quai Le Gallo à Boulogne,  s’activent en coulisses et les dossiers sortent enfin au grand jour !

On parle ainsi de son caractère exécrable, de ses exigences, de son absence de considération pour son personnel, bref on semble soudainement en interne, découvrir et parler d’un homme… méprisant et détestable !

Mais ce ne sont que des considérations managériales, qui n’engagent que Carlos Ghosn et son entourage professionnel…

Les dossiers sérieux, eux,  commencent un à un à sortir des tiroirs.

Le très sérieux quotidien, Le Figaro d’aujourd’hui (7 février 2019) raconte ainsi son mariage en grandes pompes et grandes tenues qui s’est déroulé le 8 octobre 2016 dans le Parc du Château de Versailles, au Grand Trianon.

Un événement on ne peut plus privé, avec famille et amis. Eh bien, la facture d’un montant de cinquante mille € (50.000 €) a été adressée à … Renault, et incroyablement en interne … imputée sur le compte du… Mécénat liant Renault et le Château de Versailles !

Une enquête est ouverte… mais cela fleure bon l’ABS, pas le système de freinage Anti Blocking System, mais … l’Abus de Biens Sociaux.

Et ce n’est sûrement qu’un début !

De son côté, même si cela ne concerne pas Carlos Ghosn directement (encore que…), LExpress du 4 février nous apprend que Rachida Dati aurait touché à partir de novembre 2009, et payés en quatre fois, six cent mille € (600.000 €) d’honoraires, pour des prestations d’avocate, de la filiale néerlandaise de Renault-Nissan RNBV, celle-là même qui versait son salaire à Carlos Ghosn !

Quels travaux a-t-elle bien pu réaliser pour une telle somme ? À mille € (1.000 €) la consultation, cela fait quand même la bagatelle de…  six cents rendez-vous, soit trois ans de rencontres quotidiennes !

Pour qui travaillait-elle ?

De nombreuses rumeurs courent, ce ne sont que des rumeurs, mais il n’y a que rarement de la fumée sans feu !

Et tout dernièrement, on apprenait également que Carlos Ghosn s’apprêtait à déménager cette fois… en Suisse. Peut-être pour son climat et ses montagnes, mais peut-être aussi pour de simples raisons fiscales ?

Va savoir !

Chez Mitsubishi, il ne semble pas y avoir encore de dossier Ghosn. Peut-être n’a-t-il pas eu le temps d’y tisser sa toile, Mitusbishi n’ayant rejoint l’Alliance qu’en 2016.

Quoiqu’il en soit, pour Monsieur Ghosn l’étau se resserre, et quand il en aura fini avec la justice japonaise, ce sera au tour de la française de s’occuper de son cas.

Rappelons que le sieur Carlos Ghosn posséde trois nationalités, brésilienne, libanaise et française :

En brésilien, on dit canalha, en libanais alwaghad, et en français… crapule !

 

Gilles VIRMOUX

 Photos : RENAULT et Gilles VITRY

 

 

Économie Evenements Personnalités Renault

About Author

gilles