NIKI LAUDA A QUITTÉ LA CLINIQUE APRÈS SA GRIPPE MAIS EST TOUJOURS EN STAND-BY

 

 

 

 

Sa dernière hospitalisation du 2 janvier dernier, juste après les fêtes de fin d’année, avait suscité l’émoi et prêté à confusion après que des médias aient parlé de pneumonie, alors qu’en réalité il souffrait d’une sérieuse infection virale des voies respiratoires de type ‘’influenza’’, contractée pendant ses vacances en famille à Ibiza, l’Île des Baléares, où il possède une propriété depuis plusieurs décennies.

 

HÔPITAL-AKH de VIENNE, où a été hospitalisé NIKI-LAUDA

 

Dès les premiers symptômes, il est aussitôt rentré en Autriche, où il a immédiatement été admis aux soins intensifs de la Clinique Universitaire AKH de Vienne, et où il a été pris en charge par le Professeur Walter KLEPETKO, le Chirurgien qui avait effectué la transplantation pulmonaire sur le Champion Autrichien l’été dernier.

Alors qu’il se remettait lentement mais sûrement de cette lourde opération en espérant, grâce à un programme de réhabilitation intensif, recouvrer une santé optimale pour fin janvier dernier et envisager pouvoir à nouveau exercer sa tâche de Président du Conseil Administratif, non exécutif, au sein du Team MERCEDES-AMG-PETRONAS de F1, aux côtés de son compatriote Toto WOLFF, ce contre-coup est venu bouleverser la donne.

Car même si ses médecins restent optimistes, il devra se faire une raison et remettre à plus tard sa présence dans les paddocks initialement prévue lors des tests hivernaux à Barcelone.

En effet, selon son chirurgien, le Dr. Klepetko, lequel a déclaré que le triple Champion du Monde n’avait en aucun cas forcé le processus de réhabilitation mais que malheureusement, ce contretemps allait certainement contrecarrer la réinsertion sociale et professionnelle, car son système immunitaire s’en retrouve de nouveau affaibli.

 

F1-2018-NIKI-LAUDA.

Alors pour le Viennois qui fêtera dans quelques jours, ses 70 ans le 22 février prochain, cela signifie-t-il qu’il devra renoncer à toute activité professionnelle bientôt ?

À l’heure actuelle, un retour aux bords des circuits constitue un sérieux enjeu dont il mesurera certainement, les risques dès qu’il aura retrouvé une certaine autonomie et le fait qu’il ait cédé récemment 75% des parts de sa compagnie aérienne LAUDAMOTION à RYANAIR, est peut-être déjà un signe avant-coureur, qu’il envisage sérieusement à l’avenir de rouler avec le frein à main tiré, après avoir déclaré au quotidien à grand tirage allemand BILD, que cette transplantation pulmonaire, avait été pour lui la plus rude épreuve vécue durant laquelle par moments, il s’est senti plus proche de l’au-delà que sur terre !

 

F1 1 AOÛT 1976 ACCIDENT NIKI LAUDA lors du GP d’ALLEMAGNE au NÜRBURGRING

 

Ce qui est significatif, car venant de la part de quelqu’un qui le 1er aout 1976, suite à son terrible accident survenu lors du GP d’Allemagne au Nürburgring, où durant quelques jours, il fut déclaré en état de mort clinique, s’en était certes sorti physiquement traumatisé, mais incroyablement… à nouveau au volant d’une FERRARI, pas plus tard que 42 jours après le drame, à l’occasion du GP d’Italie à Monza !

Niki LAUDA, véritable légende du sport automobile, a toujours affiché un moral d’acier en toutes circonstances et pour quelqu’un qui carbure véritablement avec de l’octane dans les veines, peut-être, n’envisage-t-il pas encore tout à fait de retirer… la clé de contact !

Dès les premiers signes d’amélioration après sa transplantation, une de ses premières préoccupations avait été de reprendre contact avec le Team MERCEDES par GSM ou Internet et lors du GP du Mexique, où Lewis HAMILTON avait été sacré Champion du Monde pour la cinquième fois, le premier à le féliciter à sa descente de voiture, était Niki LAUDA via son appel GSM.

 

 

C’est lui en effet, qui a attiré HAMILTON chez MERCEDES fin 2012 et qui n’a cessé de le seconder par ses précieux conseils pour un faire le Champion qu’il est maintenant.

Espérons que Niki LAUDA, qui a quitté la clinique Viennoise le 17 janvier dernier, se rétablisse complètement, et qu’à l’avenir, il soit préservé de toutes complications qui malheureusement peuvent intervenir à tout moment chez des patients transplantés et potentiellement évidemment plus vulnérables !

Rappelons qu’il a déjà subi deux greffes rénales dans le passé dont les donateurs ne sont autres que son frère Florian ainsi que sa seconde épouse, Birgit.

En attendant souhaitons-lui un prompt rétablissement avec l’espoir de le croiser à nouveau dans le courant de l’année dans les paddocks de F1.

 

Manfred GIET

Photos : Publiracing Agency

Niki-LAUDA-©-Manfred-GIET.

 

Evenements F1 Monoplaces Personnalités

About Author

gilles