‘ENDUROPALE DU TOUQUET’ 2019 : DEUX COURSES ET UN VAINQUEUR, L’ANGLAIS WATSON SUR KTM

C

 

ENDUROPALE-du-TOUQUET-2019- Le vainqueur, JONATHAN-WATSON-KTM

 

L’image d’ouverture ne montre que la première vague de départ, maintenant il y en a plusieurs, mais au bout du premier tour, ce sera quand même l’enfer…

Forcément!

Un ‘irresponsable’, et je pèse mes mots, de traceur, force au premier tour du Touquet, les plus de 1200 concurrents à passer sous une arche de sponsor, installée stupidement  au milieu d’une série de bosses genre «whoops  de Supercross, mais dans du sable très fin, il se forme du coup forcément… un stupide bouchon colossal !

Une arche étroite pour le sponsor bien sûr, mais sur le plat, pas dans les whoops !

Résultat stupide… et qui a faussé la première partie de la course !

Car les premiers, qui avaient effectué un départ canon, sont vite arrivés à l’entrée du deuxième tour sur ce magma de pilotes, l’organisation a accepté que l’on coupe ce maelström mais Chapelière, qui était en tête, a naturellement et logiquement coupé, avant l’autorisation officielle!

Alors du coup, Chapelière s’est fait arrêter pour une minute de pénalité, puis en bourrant comme un fou pour reprendre la première place, il est parti «OTB» comme on disait à Moto Verte, «Other The Bar», autrement dit par-dessus le guidon.

Deux fois même…

Comme l’expliquait Gilles Gaignault, au sujet de cette affaire, un peu de bon sens et de logique n’auraient pas fait de mal! Là, il y a eu panne de cervelle des commissaires …

 

CHAPELIÈRE ET VAN HOREBBEK, LORS DE LA PREMIÈRE PARTIE DE LA COURSE

 

Dommage parce que pendant une heure et demie, on a assisté à un match démentiel, à quelques mètres l’un de l’autre, entre Camille Chapelière et sa KTM et Jeremy Van Horebeek, pilote Honda, un pilote belge spécialiste du sable qui roule, et qui roule bien en Championnat du Monde de Motocross.

En revanche, un Touquet c’est trois heures, les spécialistes de ce genre d’épreuve y sont habitués, et une manche de GP c’est trente minutes, Horebeek a démarré très fort et la question est évidemment de savoir s’il peut tenir le rythme.

Car après la chute de Chapelière, Jonathan Watson autre pilote KTM,  est passé deuxième à 16 secondes, Potisek  le pilote Yamaha, le vainqueur de l’Édition 2018, est alors, à 1’50 secondes du leader.

 

POTISEK CASSE DANS LE DERNIER TOUR

 

Milko Potisek est un véritable spécialiste des courses de sable, qui sait donc gérer une dernière heure épouvantable sur le plan physique.

Mais Van Horebeek est hallucinant, même dans un univers totalement glauque durant la phase retour de la course, on part par la plage à donf, vraiment à donf,  170km/h, le retour se fait sur un circuit très artificiel, très torturé et moche à chier, vu d’hélico.

Le Touquet c’est plus ce que ça a été mais bon, c’est la plus grosse épreuve de moto en France… en affluence !

Même devenu moche, à suivre… sans parler des fautes d’organisation et de cette P… d’arche !

 

L’Anglais JONATHAN WATSON, file à … 170 KM/H sur la Plage du TOUQUET !

 

Avant dernier ravito (trois sont obligatoires) Potisek s’est arrêté un tour avant les autres et il prend la tête !

Il reste alors 55 minutes de course… Et Watson passe Potisek, ils ont incroyablement collé plus d’une minute trente à Van Horebeek !

Ce sera donc un duel Watson-Potisek… car le Belge Van Horebeek a craqué.

La première course est terminée, voici la seconde manche, la vraie…

Watson et Potisek sont à une seconde l’un de l’autre, se passant et se repassant d’ailleurs, dans ce genre de slalom géant entre les centaines de pilotes qui restent en piste, gardant une marge de sécurité pour des raisons techniques (les motos en ont vraiment pris plein la g…), sportive (fatigue et risque de collision) et pour en avoir un peu sous le pied en phase finale…

À trente minutes du bout, Milko Potisek a réussi à prendre trois secondes à la KTM de Watson.

Potisek s’arrête pour son dernier passage au stand, on lui remet de l’essence, à vingt-deux minutes de l’arrivée.  L’Anglais Watson continue, il est en tête mais c’est virtuel, car il a un ravito de retard…

Daymond Martens, autre pilote Yamaha, est trois mais loin, à plus de trois minutes.

Dernier tour, ravito de Watson, qui passe au stand mais… ne s’arrête pas, il n’y a pas d’obligation de stop!

Il ne refait pas d’essence et il colle de ce fait.. trente secondes à Milko Potisek !

 


ENDUROPALE du TOUQUET 2018 – Deuxième place finale pour DAYMOND MAERTENS  et sa YAMAHA

 

Dernier tour donc !

Pour mémoire, Jonathan Watson (25 ans) serait le premier Anglais à gagner Le Touquet depuis sa création par Thierry Sabine en février 1975 ! Il y a 44 ans…

Farioli, l’Italien team-manager de l’Écurie KTM, est en extase, ces dernières années Yamaha avait gagné Le Touquet sept fois d’affilée !

Et KTM n’avait plus gagné depuis 1986 Et Kees Van der Veen!

Et, soudain … stupeur, car la Yamaha de Milko Potisek ne repasse pas… Son moteur a rendu l’âme dans le dernier tour ! Tout comme celui de la Honda du favori, le Belge Jeremy Van Horebeek!

Donc derrière la KTM du vainqueur, Jonathan Watson, un autre pilote Yamaha, le Belge Daymond Martens, hérite de la deuxième place et le Français Richard Fura, au guidon, lui, de sa Honda complète le Podium et finit trois.

Suivent, deux autres Français, Adrien Van Beveren et sa Yamaha et Stephane Watel, autre pilote Honda, lesquels complétent le Top 5!

Jean Louis BERNARDELLI

Photos : l’Équipe 21 et TEAMS

 

Moto Tout terrain

About Author

jeanlouis