APRÈS UNE CARRIÈRE BIEN REMPLIE, MAURO BALDI REJOINT LE TEAM DES SENIORS !

 

 

Mauro BALDI pilote Peugeot aux 24 Heures du MANS © Manfred GIET.

 

 

À deux jours de la Chandeleur, l’ancien pilote italien Mauro BALDI souffle 65 bougies comme baptême du feu pour son accession à la catégorie ‘’senior

Né le 31 janvier 1954 à Reggio Emilia dans la province italienne d’Émilie-Romagne, à mi-chemin entre les citées transalpines de Parme et de Modène, Mauro BALDI, a pour ainsi dire grandi en confiant son ouïe aux décibels mélodieux des 12 cylindres FERRARI ou en éveillant ses papilles gustatives aux saveurs du Prosciutto et Permigiano, trois produits qui depuis longtemps font la renommée de ces deux entités.

Si finalement chez la sonorité des moteurs hautement performants a pris le dessus, son début de carrière est tout à fait atypique pour quelqu’un qui est passé par la Formule 1, avant de s’orienter et avec succès vers le milieu de l’Endurance.

Alors que la majorité débute par le Karting, et ce avant de gravir les échelons, via les différentes formules promotionnelles en monoplace, lui par contre dès ses 18 ans a opté pour le tout-terrain, le Rallye en l’occurrence.

Après un apprentissage difficile, le jeune Mauro passa ensuite aux épreuves sur circuit, en disputant les très prisées et spectaculaires Coupes RENAULT R5, série où d’emblée, il se distingua en remportant la Coupe Européenne R5 en 1975 et la Coupe Italienne du même nom en 1977, ce qui manifestement lui donna envie de poursuivre plus haut dans le Sport Automobile.

 

Mauro BALDI-March Alfa Romeo F3-© Manfred GIET.

 

Il décida dès lors de franchir un pas supplémentaire en abandonnant les véhicules avec un toit, au profit de la Monoplace, en se lançant conjointement dans les Championnats d’Europe et d’Italie de F3, une discipline où il terminera respectivement 4ème et 3ème en 1979 et avec comme points d’orgue, sa victoire au prestigieux GP de F3 à Monaco en 1980 et de conclure par un titre européen l’année suivante après avoir remporté 8 victoires.

 

Mauro BALDI -F3 Martini du Team Oreca-1981-© Manfred GIET

 

Placé sur orbite et alors que l’on l’attendait logiquement dans l’anti-chambre de la F1, la F2, il passa directement en catégorie reine en rejoignant l’écurie ARROWS en 1982, aux côtés du suisse Marc SURER et il marquera ses deux premiers points après des débuts tout à fait honorables. Avec son allure de Jockey et effectué son apprentissage , il attira rapidement l’attention d’autres teams plus huppés sur lui.

 

Mauro BALDI au volant de la monoplace F1 ARROWS 1982-© Manfred GIET-

Mauro-BALDI-au-volant-de-l’Alfa-Romeo-F1-en-1983-©-Manfred-GIET

 

Avec l’appui de ses fidèles Sponsors Philip Morris et Nordica, il se voit enrôlé par le Team au Trèfle, ALFA ROMEO, en 1983 sous les ordres de Gérard DUCAROUGE.

Mais malheureusement pour Mauro BALDI, DUCAROUGE quittera le bateau en cours de saison, suite aux nombreuses divergences au sein de l’écurie et une monoplace propulsée par un moteur V8 Turbo peu fiable et poussif, ce qui ne faisait pas l’affaire du petit italien qui ne récolta que trois malheureux petits points.

 

Mauro BALDI au volant de la modeste SPIRIT en 1984-© Manfred GIET-

 

Grâce au soutien du fabricant de vêtements italiens AUZTRALIAN, le Team SPIRIT-HONDA de John WICKHAM et Gordon COPPUCK, lui confie alors un volant pour les saisons 1984 et 1985, ce qui s’avéra cependant être un traquenard…

En effet, à la suite de la perte du moteur HONDA V6 Turbo au profit du Team WILLIAMS, le Team SPIRIT, qui avait servi de laboratoire au motoriste Nippon, dut se rabattre d’abord sur un FORD COSWORTH puis sur le HART L4 Turbo ensuite, comme bouée de sauvetage avant un inévitable naufrage, à la fin ‘85.

Pour BALDI, ce furent deux saisons de galère dans une écurie totalement à la dérive et dont ce qui resta comme trésor de guerre fut finalement cédé à Luciano BENETTON, sponsor principal du Team TOLEMAN qu’il venait de reprendre, afin de profiter du contrat ‘’pneumatiques’’ que SPIRIT possédait chez PIRELLI !

 

Mauro-BALDI-Lancia-LC2-aux-1000-Km-Spa-1985-vainqueur-avec-Patrese-et-Wolleck-©-Manfred-GIET

 

Déçu de n’avoir pu démontrer ses vraies qualités de pilote en Grand Prix, Mauro BALDI décida de mettre un terme à son expérience F1, après avoir disputé 36 GP en quatre ans pour tenter de relancer sa carrière en Endurance, discipline où il avait déjà effectué quelques piges, notamment pour le Team LANCIA, pour lequel il signa sa première grande victoire aux 1.000 KM de Spa en 1985, de triste mémoire, suite à l’accident mortel du grand espoir Allemand Stefan BELLOF, mais importante pour la suite de sa carrière en se découvrant une nouvelle vocation, avec ce Monde de l‘Endurance.

De la jeune star qu’il avait été en F3 et en mettant son épisode F1 entre parenthèses, Mauro Baldi deviendra un élément clé et incontournable en sports-protos au niveau du Championnat du Monde de la discipline.

 

Mauro BALDI-Porsche Lloyd 1987-© Manfred GIET

 

Après avoir acquis ‘’l’assurance’’ nécessaire chez Richard LLOYD, au volant d’une Porsche 956, il s’est profilé par la suite comme pilote phare dans le monde de l’endurance, en roulant successivement pour des écuries aussi renommées que SAUBER, MERCEDES, PEUGEOT, FERRARI et DALLARA, remportant la bagatelle de 16 victoires au Championnat du Monde  sur des circuits aussi légendaires que LE MANS-NÜRBURGRING-SPA-MONZA-DIJON-MAGNY-COURS- SUZUKA-MONTRÉAL-MEXICO CITY-BRANDS-HATCH-JEREZ-BRNO-NORISRING ou bien encore DONINGTON !

 

Mauro BALDI-24 Heures du Mans 1999 avec la Ferrari 333 SP-© Manfred GIET

 

Attiré par les épreuves américaines de l’IMSA et du GRAN AM, il disputa aussi pas mal d’épreuves Outre-Atlantique et en y laissant sa classe et son empreinte grâce à un palmarès comptant également douze victoires, parmi lesquelles des épreuves longue distance aussi réputées que les 24 HEURES de DAYTONA, les 12 HEURES de SEBRING, les 6 HEURES de WATKINS GLEN ou encore les 500 MILES de ROAD ATLANTA.

 

Mauro-BALDI-pilote-Mercedes-en-1989-et-1990©-Manfred-GIET

 

Il tâta même de la monoplace dans le Championnat CART mais juste l’espace d’une épreuve en 1994, sur le circuit de Mid Ohio à Lexington au volant d’une LOLA T9300 du Team PAYTON-COYNE RACING, avant de se rendre rapidement à l’évidence que pour ce type d’épreuves, il valait mieux être vacciné !

 

Mauro-BALDI-Mercedes-Champion-du-Monde-avec-Schlesser-©-Manfred-GIET.

 

Dans sa vitrine à trophées récoltés durant son fabuleux parcours en endurance entre 1984 et 2002, celui remporté à l’occasion de son sacre en tant que Champion du Monde, remporté conjointement avec son équipier Français Jean-Louis SCHLESSER (photo d’ouverture de notre article), trône en bonne place en plus d’avoir apporté sa pierre à l’édifice dans la conquête des titres constructeurs remportés par SAUBER-MERCEDES en 1989 et 1990 ainsi que chez PEUGEOT en 1992.

Les années ont passées… Mais on n’oublie pas le sympathique et véloce Mauro.

Buon CompleannoHappy Birthday Mauro !

 

 Manfred GIET

Photos : Publiracing Agency

Mauro BALDI-Sauber Mercedes C9 vainqueur aux 1000 Km de Spa 1988 avec Stefan Johansson-© Manfred GIET

Glorieux Anciens

About Author

gilles