SUPERSPORT 300 MONDIAL 2019 : JEAN PAUL BOINET LANCE TROIS JEUNES PILOTES FRANÇAIS PROMETTEURS

JEAN PAUL BOINET AU PREMIER BOL D’OR DISPUTÉ AU PAUL RICARD AVEC CHRISTIAN ESTROSI

 

La rencontre est probable, Jean Paul Boinet est une légende de la Moto de Vitesse et d’Endurance française, il a été Champion de France à deux reprises, a participé à plusieurs GP en Championnat du Monde, il a roulé à Daytona (grande époque, celle où Agostini gagne la course…)  il a gagné le Bol d’Or Classic avec Jean Claude Chemarin et ces dernières années, il a relancé avec quelques amis le Fan’s club Patrick Pons pour favoriser l’éclosion de nouveaux talents dans la Vitesse.

 

JEAN PAUL BOINET LA STAR

 

On le connaît depuis des lustres, on a même eu des relations en commun, j’adore le personnage qui a vécu des trucs impensables durant sa vie, si Albert Londres* avait fait de la Moto, il s’appellerait Jean Paul Boinet.

*Albert Londres est la référence absolue chez les Journalistes, il a vécu sous la Troisième République, chacun de ses grands reportages était d’abord publié dans les journaux parisiens tirant jusqu’à deux millions d’exemplaires chaque jour  puis en livres qui s’arrachaient en librairie.

Le lieu de la rencontre avec Jean Paul Boinet, est beaucoup moins probable, même pas imaginable.

 

LA FAMILLE FANGIO… pose devant le Vesuvio

 

L’endroit s’appelle donc «Vesuvio», Rue Quentin Bauchart à Paris, Gilles Gaignault pour  AutoNewsInfo y a déjà consacré un papier l’hiver dernier.(voir lien en bas article)

Et ce restaurant italien où nous nous retrouvons est tenu par la famille Fangio !

Oui … Fangio !

 

JUAN MANUEL FANGIO EST PARTOUT DANS LE RESTAURANT

 

Juan Manuel Fangio, le pilote, m’avait autrefois expliqué il y a des années, nous étions à Charade, que sa famille etait d’origine italienne, une moitié a émigré en Argentine, une autre en France où elle s’est lancée dans la restauration.

Donc le père et le fils s’appellent Fangio, dans une vie de Journaliste il y a de très grandes rencontres inattendues…

Pourquoi ce déjeuner ?

 

Parce que Jean Paul lance son team MHP Racing, lettres qui signifient en anglais comme en français «Motos Haute Performance», avec trois jeunes pilotes qu’il va faire courir en Supersport mondial 300, la vraie catégorie mondiale d’initiation à la Vitesse, il y a d’ailleurs 51 inscrits et il faudra passer par des qualifs pour avoir le droit de courir le dimanche…

 

JACQUES BOLLE,PRÉSIDENT DE LA FFM, SOUTIEN DE LA PREMIÈRE HEURE DU TEAM DE JEAN PAUL BOINET (AU PUPITRE)

 

Lorsque  la DORNA a eu l’idée de faire de ce championnat une vraie ouverture mondiale, Jean Paul a répondu à l’appel d’offres, avec une candidature appuyée par le praize de la FFM Jacques Bolle et le président de Yamaha Europe, Éric de Seynes.

 

ROMAIN DORÉ, JEAN PAUL BOINET ET ÉRIC DE SEYNES

 

Les pilotes : Romain Doré vient de la filière de sélection interne de Yamaha Blu Cru, il a été remarqué et primé lors de la finale disputée à Latina, près de Rome, dans cette région sublime qu’est le Marais Pontin.

Ce Marais (c’est une digression mais tu sais bien lecteur, que quand tu lis AutoNewsInfo tu es moins con après qu’avant…) est une région totalement inconnue des touristes étrangers qui filent de Rome à Naples par l’autoroute.

 

LE MARAIS PONTIN

 

C’est une zone humide où sont élevés les buffles ramenés d’Égypte par Cléopâtre et leurs copines les bufflonnes dont le lait est utilisé pour la fabrication de cette merveille qu’est la vraie mozzarella…

Retour  à la moto…

Romain Doré a 20 ans, il est du Havre, et a accepté avec bonheur la proposition de Boinet d’entrer dans son team.

 

ROMAIN DORÉ

 

Puis, Jean Paul Boinet connaît bien Louis Bulle, immense jeune espoir de la Vitesse française, qu’il a aidé avec son Association Fans’s Club Patrick Pons, qui lui parle de Kyrian Hartmann, qui a 15 ans, avec qui Jean Paul s’entend bien, il est très sensible au contact humain en même temps qu’au talent.

 

KYRIAN HARTMANN

 

Hop, Kyrian entre dans l’histoire.

Enfin, chaque team peut faire rouler jusqu’à quatre pilotes, Jean Paul Boinet rencontre Mateo Pedeneau, il est le neveu de Stéphane Chambon qui le coache, Stéphane est une icône de la moto française, un dieu du Supermotard et il est Champion du Monde Supersport 600 en 1999.

 

MATEO PEDENEAU AVEC SON ONCLE STÉPHANE CHAMBON

 

Mateo fera donc partie de la belle histoire MHP…

Et Stéphane Chambon le suivra dans ses courses, ce championnat se déroule en Europe (finale au Qatar sur invitation de la DORNA) pour diminuer les coûts, il commencera en parallèle avec le WSBK lors de l’épreuve d’Aragon 2019 en Espagne.

Le support technique est Tech Solutions, une boîte installée au Paul Ricard, Champion de France SBK en 2018, qui a préparé les motos de Louis Bulle, de Jeremy Guarnoni, de Loris Baz, de Leon Haslam, bref une vraie référence.

L’ingé piste s’appelle Silvio, il est italien et vient du team d’Endurance YART…

Bref, du très beau monde…

 

LA YAMAHA YZF R3 2019, UN MISSILE

 

Les motos seront des Yamaha YZF R3 modèle 2019, Yamaha Motor Europe et la FFM aident le team, financièrement et techniquement.

Louis Bulle, vainqueur de la Coupe du Monde d’Endurance Superstock 2016, encadrera les pilotes.

 

JEAN PAUL BOINET ET LOUIS BULLE

 

Alors on pose la question qui fâche…

L’argent…

Jean Paul nous répond que le budget total est de 300.000 €, moins que ce que coûte une année pour un pilote en Moto3 !

Yamaha et la FFM sont plus que bienveillants.

 

TOUT LE TEAM EN STAGE AVEC COACH SPORTIF ET KINÉ SPÉCIALISTE DES CIRCUITS

 

Ensuite chaque pilote doit apporter (c’est le ticket d’entrée)  40.000 € (en Italie c’est 70.000) et payer ses frais, d’où l’importance d’un calendrier strictement européen (la finale est un cadeau de Dorna) .

Lorsque Jean Paul trouve un sponsor, il le fait d’abord pour ses pilotes, les sommes ainsi recueillies sont déduites de la somme que l’on appelle ticket d’entrée…

Ensuite il cherche des partenaires pour le team, et comme il peut faire rouler quatre motos, il proposera à des pilotes payants (8.000 € la course) de rouler en wild card, il le fera quatre fois dans l’année.

 

LE FAN’S CLUB PATRICK PONS, JOYEUSE BANDE… EFFICACE !

 

Dafy  et le Fan’s Club Patrick Pons font partie des partenaires, on est ici dans le cœur de cible de cette association, qui, à travers ses membres, trouve de l’argent pour aider les jeunes talents, si vous avez envie d’y mettre un peu (ou beaucoup !) d’argent, vous trouverez ci-dessous les liens utiles.

Voilà, j’avais envie, j’ai écrit dès la création de la catégorie par Dorna que c’était un coup de génie pour détecter et faire rouler les jeunes talents, de faire comprendre à nos lecteurs comment on monte un team, parce que si la France est une terre de tout terrain, il est d’autant plus difficile de faire rouler des perles comme Zarco ou Quartararo !

Or en 2019, il n’y aura pas de pilote français en Moto3, ni en Moto2.

 

ANA CARASCO, PREMIÈRE CHAMPIONNE DU MONDE DE TOUTE L’HISTOIRE DE LA MOTO DE VITESSE EN SSP 300 EN 2018

 

L’avenir est là, dans le 300 Supersport mondial, rendez vous dans peu d’années pour savoir si le filon est bon.

Pour 2019, Jean Paul aimerait voir ses trois pilotes dans les dix.

Sacré challenge car il y a d’autres pilotes français de talent, et sur chaque course, pour 51 pilotes engagés, il n’y aura que 36 élus pour rouler la compète du dimanche…

Belle histoire en tous cas…

À suivre et à soutenir…

Jean Louis BERNARDELLI

Photos : Team, AutoNewsInfo, Tourisme italien 


Site Internet :
http://mhpracing.fr


Club de Supporters :
http://mhpracing.fr/club-de-supporter/

NOTRE ARTICLE PRÉCÉDENT SUR LE VESUVIO ET LA FAMILLE FANGIO

CHEZ LES FANGIO À… PARIS, ON A ASSISTÉ AU… 5ème SACRE DE LEWIS HAMILTON À MEXICO !

Sport

About Author

jeanlouis