AL ATTYAH-BAUMEL ET LEUR TOYOTA PREMIERS LEADERS DU DAKAR 2019, AU PÉROU.

 

Mathieu-BAUMEL-et-Nasser-AL-ATTYAH.

 

 

La bagarre attendue entre Toyota et Mini est lancée…

Double vainqueur du Dakar Sud-Américain en 2011 et 2015, le pilote Qatari Nasser Al-Attiyah, au volant d’un Toyota Hilux de l’Écurie Overdrive, associé à son fidèle navigateur le Français Mathieu Baumel, a remporté ce lundi au Pérou, la première étape du Dakar 2019, sur 81 km entre Lima et Pisco, couverts en 1 h 01’41 ».

Nasser qui comme à son habitude tout souriant expliquait :

« C’est toujours agréable de gagner. Je suis content de la voiture, je suis très satisfait, car elle a bien progressé par rapport à l’année dernière. On connaissait le terrain, cela fait plusieurs fois que l’on passe par cette région, on savait où on allait. C’était parfait pour avoir un peu de vitesse, mais pas trop. Il ne fallait pas pousser. C’était le plan. »

À l’arrivée de la première épreuve spéciale, la paire triomphe et l’emporte en précédant deux des Mini de l’équipe X-Raid. Avec dans l’ordre, celle de l’Espagnol Carlos Sainz – encore un ancien double lauréat de l’épreuve en 2010 et 2018 – et second ce jour à 1’59 » et celle du Polonais Jakub Przygonski qui se classe troisième à 2′.

Suivent le Russe Vasilyev, lui aussi au volant d’un Toyota Hilux, quatrième à 2’18 » et l’Emirati Al Rajhi le vainqueur du Silk Way Rally en Russie l’été dernier et qui complète ce premier Top 5, au volant de sa Mini John Cooper WorksRally à 2’28 »

Ensuite, on pointe le Sud-Africain Giniel de Villiers également avec un Toyota Hilux à 2’40 » suivi de ‘ Monsieur Dakar ‘ avec ses treize succés, le Français Stéphane Peterhansel qui pilote à nouveau une Mini X Raid et qui prend la septième place à 2’57 »

Top 10 complété par le Toyota Hilux du Hollandais Ten Brinke à 3’19, par le premier des 3008 DKR Peugeot de l’équipe PH Sport, piloté par le jeune Britannique Harry Hunt, neuvième à 3’25 et par une autre Mini X Raid, celle du Français Cyril Despres, dixième lui à 4’25

Derrière on trouve deux autres Min X Raid, celle de l’Espagnol Nani Roma – encore un ancien vainqueur– classé onzième à 4’45 et celle de l’Argentin Orlando Terranova qui lâche 5’10.

Et direz-vous, quid de… Sébastien-Loeb ?

Avec son copilote habituel, le nonuple Champion du Monde des Rallyes qui prend ses marques, se retrouve seulement treizième à 6’07.

Loeb qui confiait :

 « Je ne suis pas parti à bloc. Le but, ce n’était pas de faire le meilleur temps. On est parti sur un rythme un peu « safe », on va dire. Je ne voulais surtout pas faire d’erreur. C’était piégeux, il y a beaucoup de dunes cassées et je n’aime pas ça. J’étais vachement sur la défensive quand je n’avais pas de visibilité : je n’ai pas la lecture d’un Nasser. Ce n’est pas mon terrain, je ne voulais pas surtout pas faire le ‘con’. »

À noter que le premier buggy, celui du dernier vainqueur de l’Africa Race en janvier 2018, l’Azuréen Mathieu Serradori occupe la dix-huitième place à 7’04

Le très réputé pilote Américain Robby Gordon pointe lui au vingt-et-unième rang à 8’28

La deuxième étape du Dakar, mardi vers San Juan de Marcona, sera longue de 553 km dont 342 de spéciale.

 

DAKAR-2019-L’HONDA de JOAN BARREDA, le 1er vainqueur en moto ce 7-janvier.

L’HONDA DE BARREDA MÈNE EN MOTO

 

Joan Barreda au guidon de sa Honda, affole les chronos sur l’étape d’ouverture du Dakar parcourant la spéciale en 57’36 et en mettant une distance raisonnable pour une si courte distance (84 km) entre lui et son premier poursuivant le Chilien Pablo Quintanilla qui roule avec une Husqwarna : 1’34’’.

Il s’agit de la 23ème victoire d’étape de sa carrière sur le rallye !

Après une édition 2018 particulièrement frustrante pour le pilote Honda, Joan Barreda attaque 2019 de la meilleure manière possible. L’Espagnol poursuit sa collection de victoires d’étapes pour revenir à une unité seulement d’un certain Hubert Auriol et prendre les commandes du Classement Général. Souvent malchanceux sur le Dakar, Barreda prouve surtout une nouvelle fois qu’il reste l’un des pilotes les plus rapides en piste avec des écarts impressionnants en si peu de kilomètres…

Suivent, encore une Honda, celle que pilote l’Américain Ricky Brabec, troisième à 2’52 et la première Yamaha du Français Adrien Van Beveren, quatrième à 2’55.

Lequel Van Beveren racontait :

« Je ne me suis pas super lâché, je ne me suis pas super amusé, je n’osais pas attaquer à bloc pour être sincère. Il y avait quand même des dunes un peu cassées, avec du danger. On est aussi passé dans un rio qui ne m’a pas rappelé que de bons souvenirs. Mais bon je suis content, les chevaux sont lâchés comme on dit. Maintenant, je vais rester concentré jour après jour et ça va bien se passer. »

Tir groupé des anciens vainqueurs des trois dernières éditions avec le Britannique Sam Sunderland victorieux de la course en 2016, qui compléte au guidon de sa KTM ce premier Top 5, à 2’56 cependant que Toby Price, également sur KTM et lauréat du Dakar 2016 pointe au sixième rang à 3’08

Quant à la troisième KTM de l’Autrichien Mathias Walkner, le 1er de l’Édition 2018, elle se retrouve au soir de cette étape de mise en jambes, septième à 3’12

L’Argentin Kevin Benavides le second du Dakar 2018 se classe huitième avec sa Honda à 4′

À noter la dixième place de la seconde Yamaha officielle, du Français Xavier de Soultrait, à 5’54

 

François LEROUX

Photos : Sonja VIETTO RAMUS et TEAMS

 

 

Dakar Rallye-Raid

About Author

gilles