CARLOS GHOSN RESTERA EN PRISON AU MOINS JUSQU’AU 11 JANVIER 2019 !

 

 

Nouvel épisode et rebondissement dans le rocambolesque feuilleton ‘ Carlos Ghosn’
Acte VII

 

Pour Carlos Ghosn, en ce 31 décembre 2018, la garde à vue a été une fois encore, une fois de plus prolongée…

C’était visiblement cousu de fil blanc, et la garde à vue de Carlos Ghosn vient effectivement d’être prolongée à nouveau et ce jusqu’au 11 janvier 2019 !

Dans le but de permettre aux enquêteurs de tenter d’en savoir davantage sur l’affaire d’abus de confiance aggravé, récemment découverte.

Aujourd’hui, on n’en sait pas davantage, mais l’ex-Président de l’Alliance Renault-Nissan, semble particulièrement déterminé et droit dans ses bottes, niant toujours tout, face à des enquêteurs bien déterminées et surs de leurs dossiers…

Cela fait un moment ce lundi 31 décembre, six semaines très exactement, depuis le lundi 19 novembre dernier, que l’homme d’affaires aux trois nationalités (Française-Libanaise-Brésilienne) ce qui doit tout de même être rare de posséder trois passeports… subit un traitement terrible avec des conditions d’incarcération assurément des plus difficiles, avec des interrogatoires quotidiens et une absence quasi-totale de contacts avec le monde extérieur.

Comment résister à un tel acharnement de la part des enquêteurs Nippons ?

Vraiment coriace le Carlos…

Courage et détermination ou bien course aveugle vers l’abîme ?

Peut-être un peu des deux !

En tout cas maintenant, les enquêteurs nous ressortent le dossier de l’emploi ‘présumé fictif’ de sa sœur, Claudine Bichara de Oliveira, vivant à Rio de Janeiro au Brésil et qui aurait bénéficié d’un salaire plus que confortable plusieurs années durant et venant de Nissan, pour des travaux dont on peine à trouver les traces…

Puis s’y ajoutent ensuite, les soupçons d’abus de biens sociaux avec l’usage exclusif pour Carlos et sa famille de luxueuses villas à Beyrouth au Liban et Rio de Janeiro au Brésil, outre la France, ses deux autres patries, rappelons que Ghosn jouit des trois nationalités, Française, Libanaise et Brésilienne.

Voici peut-être les prochains motifs de garde à vue !

Et on évoque aussi chez Renault, une affaire de ‘primes défiscalisées’ versées à des cadres dirigeants, via une filiale Néerlandaise, laquelle est en train de prendre de l’ampleur, Bercy y jetterait d’ailleurs des derniers jours, un regard intéressé.

Après le scandale au Japon, au tour de la  France d’entrer en scène ?

Mais au fond finalement qui en veut à Carlos Ghosn ?

Qu’a-t’il fait pour susciter autant de haine ?

Les langues se délient semaine après semaine et on le dépeint en interne au siège de Renault, comme étant un homme dur, extrêmement exigeant, pas aimé voire carrément détesté par ses collaborateurs directs, mais tous reconnaissent en lui un grand patron, lequel a sauvé Nissan, ce qui de nos jours apparait bien comme un des fleurons de l’industrie automobile Japonaise, et par la même occasion, Renault, notre fierté nationale, qui seule il y a une décennie, filait gentiment droit dans le mur…

Alors ? Une leçon de vie à bien méditer :

« Il ne faut JAMAIS mépriser les personnes que l’on double en montant et grimpant bien haut dans la hiérarchie, car fatalement un jour vient TOUJOURS, où on les recroisera mais cette fois en redescendant ! »

Et là…

On découvre qu’on disposait de beaucoup plus de relations que de véritable soutiens et amis !

Ainsi va la vie.

On n’est que par ce que l’on représente… C’est le poste occupé qui est IMPORTANT plus que l’homme qui l’occupe !

Le nombre de CATHÉDRALES devenues de simples petite CHAPELLES DE CAMPAGNE, sont légions…

 

Gilles VIRMOUX et Gilles GAIGNAULT

Photos : RENAULT

Evenements Nissan Personnalités Renault

About Author

gilles