AFRICA RACE 2019 : À MONACO, UN DÉPART PRINCIER !

L’ALLÉE D’HONNEUR AU DÉPART

 

Cela fait quatre ans (c’est la onzième édition de la course) que l’Africa Race part de cette Principauté qui est un énorme symbole dans les sports mécaniques et ce dans le monde entier.

C’est à neuf heures pile que le premier concurrent a été lâché, comme il n’y a pas eu de prologue (dommage d’ailleurs, ceux de Thierry Sabine attiraient des dizaines de milliers de spectateurs pour qui c’était la seule occasion de voir rouler ces véhicules) les concurrents sont partis dans l’ordre des numéros de course.

 

ULLE VALSETTER EST PARTI LE PREMIER

 

Et c’est donc le Norvégien Ullevalsetter qui a eu l’honneur de monter en premier sur le podium, en Rallye Raid, les motos partent toujours devant les autos.

«Ulle» a déjà gagné  trois fois ce Rallye Raid mais rien au compteur depuis deux ans,  on sait que ses ancêtres viking étaient des gens têtus et une quatrième victoire lui ferait un bien fou.

Cela dit, il y a 50 motards au départ, en particulier une grosse délégation italienne, dans ce pays l’Africa Race a une grosse célébrité, avec papiers dans la grande presse sportive.

Il est vrai qu’en France, notre quotidien sportif national suivra un Lima-Lima dont on se demande vraiment en quoi il peut faire rêver, la chaîne France Deux est enchaînée au même événement, retransmission du Tour de France cycliste obligé dans la corbeille, c’est le monde à l’envers et ça s’appelle le business, cherchez pas à comprendre…

Bref, «Ulle» n’aura pas la chose facile, mais qui a dit que sur un événement aussi dur et aussi pur, on pouvait gagner facilement ?

 

PAOLO CAPRIONI DE L’ARMÉE ITALIENNE

 

Il y a eu des milliers de spectateurs le long de la ligne de départ et du podium, les motos, autos, SSV et camions étant lâchés par Adriana qui agite le drapeau aux couleurs monégasques, c’est une tradition en sports mécaniques, le départ est donne avec le drapeau du pays où l’on se trouve et le drapeau à damiers est réservé à l’arrivée.

 

HOUSIEAUX-DEBRON, PREMIÈRE AUTO (OPTIMUS) À PARTIR

 

Bref, grosse ambiance, cela a duré deux heures, puis route vers Sète, 400 bornes, avant d’embarquer sur le bateau pour deux nuits et une journée, arrivée prévue à Nador au Maroc le 1er janvier vers six heures du mat et première spéciale le jour même.

 

ELISABETE JACINTO TOUJOURS DE LA PLUS BELLE AVENTURE DE L’ANNÉE

 

C’est évidemment pour tous les concurrents à la fois un immense bonheur et un gros stress de prendre ce départ parce que Dakar c’est loin et c’est dur d’y arriver, alors un gros clin d’oeil à Tomas Tomecek qui a décidé de faire le truc seul en camion (Tatra) donc sans navigateur et sans mécano, comme quoi l’aventure telle que l’a inventée Thierry Sabine existe toujours.

Le principe de l’Ironman, alias l’homme d’acier, existe depuis longtemps dans les courses de désert aux USA et à la Baja 1000 au Mexique, mais en camion, j’imagine juste le plantage ou le changement de roue…

Adriana a absolument voulu lui souhaiter bonne chance, elle est slovaque, lui tchèque, il n’y a pas si longtemps les deux pays ne faisaient qu’un, ils ont du trouver comment se parler !

 

ADRIANA ET TOMECEK

 

Côté plateau, il y a trente nationalités différentes au départ, avec une première, un motard chinois Xiaoxing Zhu, un Australien, Matthew Tisdall, un sud américain, Francisco Arredondo, qui est le coéquipier d’Ullevalsetter, voilà, l’Africa Race devient mondial, bravo aux organisateurs, Schlesser et Metge.

D’ailleurs la relève est assurée, Jean Louis Schlesser était à Monaco avec ses trois fils, l’aîné, Anthony, est déjà très impliqué dans le rallye.

 

LA FAMILLE SCHLESSER,LA RELÈVE EST ASSURÉE

 

Le bateau, c’est aussi et encore un symbole très fort de la légitimité de ce rallye par rapport à celui de Thierry Sabine.

Très peu de concurrents mettaient leur auto sur le bateau et partaient en avion, Jacky Ickx, alors énorme star des sports mécaniques, mettait un point d’honneur à prendre le bateau (Porsche et Rothmans, à l’époque, auraient même pu lui trouver un vol privé !) parce que pour lui on était déjà dans l’esprit de la course, en somme sur le premier bivouac du rallye.

Et en contact avec tous les concurrents.

Le premier briefing course aura lieu sur le bateau, encore un symbole du vrai Paris-Dakar, le réveillon aussi mais on ne fera pas beaucoup la fête, le lendemain on accoste à six heures et il y a une spéciale à se farcir dans la foulée plus 600 km de liaison, René Metge veut arriver tout de suite dans le Grand Sud.

 

METGE ET SON VIEUX POTE STRUGO

 

La magie approche, au bruit délicieux des hélices du bateau, dans deux jours ça va commencer à sentir bon le sable chaud…

 

Jean Louis BERNARDELLI

Photos : Alain ROSSIGNOL et Jorge CUNHA

 

Au fait, voilà la route de Dakar, « The road to hell? » 

 

Africa Race Rallye-Raid Sport

About Author

jeanlouis