‘RÉTROMOBILE’ 2019 FÊTE LES 60 ANS DE LA MINI

‘Rétromobile’ aura lieu du 6 au 10 février à la Porte de Versailles.

La Mini, la vraie, pas ce qui circule aujourd’hui sous la marque rachetée et revue et corrigée par les Allemands, c’est une voiture fantasme.

1959:ARRIVÉE D’UNE LÉGENDE

Parce que quand elle est sortie en 1959, avec son mètre quarante de large et ses trois mètres de long, quatre vraies places assises et une tenue de route de kart, elle est féminine en diable parce qu’incroyablement élégante, et elle deviendra une ultra sportive qui gagnera à trois reprises le Rallye le plus célèbre de l’époque, le ‘Monte Carlo’.

TIMO MÄKINEN

Paddy Hopkirk en 1964, Timo Mäkinen en 1965, Rauno Aaltonen en 1967 donnent à l’auto sa légende sportive.

La Mini était ainsi devenue aussi une auto pour les mecs qui avaient un peu d’oseille, le modèle dont rêvaient tous les jeunes gens de cette génération s’appelle Cooper «S».

Succès commercial incroyable, il s’en sera vendu cinq millions dans le monde avant la reprise par les Allemands qui en feront juste une berline comme les autres.

On a donc fait appel aux musées anglais, forcément, pour faire venir à Paris l’histoire de ce très bel objet.

AALTONEN EN 1967

Le National Motors Museum de Beaulieu (on prononce biouli) prêtera son modèle de 1959, le Haynes International Museum apporte aussi son soutien et sa connaissance ultra pointue de l’auto.

Le créateur de la Mini, Alec Issigonis, s’est inspiré d’une proposition de l’ingénieur français Dechaux vue à Paris en 1947, avec un moteur transversal en mode traction avant.

Ce qui expliquait le volume très réduit de l’engin et sa tenue de route insensée.

Cet hommage suffirait à lui seul à visiter ‘Rétromobile’, il y a d’autres annonces, on ne vous dit pas tout tout de suite…

 

Jean Louis BERNARDELLI

Photos Constructeur, Musée Haynes, Organisation.

 

 

Auto Historique Salons Sport

About Author

jeanlouis