TRUBLION DU MONDE DES AFFAIRES, POLITIQUE ET SPORTIF, JEAN-PIERRE VAN ROSSEM EST DÉCÉDÉ À l’ÂGE DE 73 ANS

 

 

 

 

 

La chaîne TV Néerlandophone Belge VTM, l’a annoncé ce vendredi matin 14 décembre 2018 : L’ex-patron du Team de F1 MONEYTRON, Jean-Pierre VAN ROSSEM, est décédé à l’âge de 73 ans.

L’ancien gourou Flamand de la Finance, fondateur du système MONEYTRON, homme d’affaires, auteur et politicien rebelle Belge, avait été admis en urgence à l’Hôpital Universitaire de BRUXELLES-JETTE, où il est resté hospitalisé avant de succomber le jeudi 13 décembre 2018, des suites d’une maladie qui le tenaillait depuis quelques temps.

Né à Bruges en Flandre le 29 mai 1945, après ses études universitaires en économie, son nom fit la une dans les années ’80 après avoir développé un système boursier qui était basé sur l’anticipation des cours boursiers et qui lui avait permis de récolter des sommes colossales auprès d’importants investisseurs boursiers du Brabant Flamand, estimées à près d’un milliard de US $.

Avec son look «grunge», barbe et cheveux longs et cigarette aux lèvres, il s’était rapidement taillé une réputation de gourou de la haute finance.

Et selon l’adage ’’lorsque l’âne va trop bien, il va danser sur la glace!’’

Le succès financier aidant, son ego surdimensionné lui joua un vilain tour en s’improvisant ‘Patron’ d’une écurie en F1, avec un faible pour des routières sportives de haut de gamme, s’offrant une superbe collection de Ferrari.

 


Bertrand Gachot sur la Moneytron du fantasque Van Rossem en 1989-© Manfred GIET

 

En effet, en 1989, le monde de la F1, lui déroula le tapis rouge, lorsqu’il débarqua au sein du Team Britannique ONYX de Mike Earle, qu’il rebaptisa aussitôt en MONEYTRON-ONYX avec comme pilotes, le Suédois Stefan JOHANSSON et le Belge Bertrand GACHOT, qu’il remplaça par le Finlandais JJ LEHTO pour les quatre derniers GP.

En parallèle, il se fit également remarquer par son impressionnante collection de FERRARI, toiles de maîtres, de jolies filles en permanence à ses côtés, ainsi que des déplacements exclusifs en jets privés ou yachts de luxe.

 

 


JEAN-Pierre-VAN-ROSSEM-au-GRAND-PRIX-de-MONACO-1989

 

Sa fortune financière semblait ne pas connaître de limites jusqu’au… 23 février 1990, lorsqu’il rassembla la Presse à l’Hôtel RITZ à Paris pour annoncer qu’il se retirait de la F1, dégoûté qu’il était de la catégorie reine du sport automobile au sein d’une fédération dirigée par le Président Jean-Marie BALESTRE,  

Ce scénario représenta «game over» pour le sémillant personnage au sens inné du spectacle, qui au cours de l’année dut se résoudre à céder l’écurie de F1 au Suisse Peter MONTEVERDI après que ses premiers ennuis financiers n’apparaissent à la surface.

Un an plus tard, il se lança alors en politique sous la bannière de sa propre liste R.O.S.S.E.M croyant probablement de la sorte pouvoir bénéficier d’une immunité dans le cadre de ses affaires de malversations et d’arnaques.

N’empêche qu’il récolta trois sièges à la Chambre et un au Sénat lors des élections fédérales Belges en 1991 et lors de la prestation de serment du Roi Albert II, il ne put s’empêcher de crier au sein de l’assemblée :

« Vive la République Europe, vive Julien Lahaut (leader communiste Liégeois assassiné par des partisans du camp royal en 1950) »


Une-partie-de-la-collection-Ferrari-de-Jean-Pierre-Van-Rossem-à-lépoque-en-1989©-Manfrede-GIET-

GRANDEUR ET DÉCADENCE…

 

La suite pour Jean-Pierre VAN ROSSEM fut une longue descente aux enfers, éternellement poursuivi qu’il était par la Justice Belge, malgré quelques tentatives de «come-back » en affaires et en politique.

Après avoir essuyé de nombreuses condamnations et même de la prison ferme à la clé, ses derniers trophées judiciaires remontaient à octobre dernier, où il fut condamné à deux ans de prison ferme et une amende et confiscation à hauteur de 400.000 € pour faux, fraude fiscale, escroquerie et blanchiment.

Une charge manifestement trop lourde à porter, conjuguée au décès récent de sa compagne et à la maladie qui le ravageait depuis un moment, ont eu raison de lui et ce, alors qu’il s’était retiré entre temps dans un bien modeste appartement chez son fils à Kapelle-Op-Den-Bos (Chapelle au Bois) dans le Brabant Flamand, au nord de Bruxelles.

Deux jours avant son décès, la chaîne Flamande de télévision VIER, diffusait la première partie d’un long reportage qu’elle lui avait consacré, durant lequel il s’était ouvert publiquement comme jamais précédemment en apparaissant comme  un homme foncièrement bon et en avouant avoir commis énormément d’erreurs mais sans lesquelles sa vie n’aurait pas été aussi passionnante !

 

Avec quelques heures de recul ce reportage fait office de testament public pour ce personnage énigmatique.

 

RIP

 

Manfred GIET

Photos : Publiracing Agency


F1-GP-du-PORTUGAL-1989-le seul podium dans l’histoire du Team ONYX-MONEYTRON©-Manfred-GIET

F1 Nécrologie Personnalités

About Author

gilles