PEUGEOT 508 SW : ET MAINTENANT PLACE AU BREAK…

 

 

Au mois de juin dernier, nous avions pu essayer la nouvelle 508 en version berline, à 4 portes (voir lien).

Sur les routes de l’arrière-pays niçois, la 508 nous avait alors très impressionné par le niveau de ses qualités, visuelle d’abord, de finition et routières. Un bond en avant indéniable du constructeur Sochalien vers un objectif précis et défini, celui des berlines allemandes dites ‘Premium’.

Aujourd’hui, cette nouvelle 508 se décline en version break. D’ailleurs, on ne dit plus break, ni version commerciale pour les plus anciens (LOL !), mais on parle de SW pour Station Wagon : c’est vrai que ça fait plus classe, mais surtout l’appellation SW est maintenant devenue familière.

Cette 508 SW, après avoir été présentée au public Mondial de l’Auto début octobre, sera disponible sur le marché début du printemps 2019.

Place aux premiers essais.

PEUGEOT 508 SW accrochée à la route

 

Sur un plan purement esthétique, la 508 SW se montre très homogène, avec des proportions bien étudiées et agréables à l’œil. Si la face avant est identique à celle de la berline, en fait jusqu’aux portes arrières, la poupe très réussie de la berline fait place à un toit qui se prolonge au-delà des roues postérieures, vers un hayon du meilleur effet. La vue de plein arrière montre un épaulement large du plus bel effet, déjà vu sur la berline, donnant impression de force, de stabilité et de dynamisme.

Dynamisme qui est accentué par la faible hauteur de la voiture, à peine 1,42 m, ce qui en fait l’un des SW les plus bas du marché. En ces périodes de SUV à tout va, qu’il est bon de voir des voitures basses et élancées.

Toutes proportions gardées, l’arrière de la 508 SW rappelle celui de la Porsche Panamera Sport Turismo, belle référence !

 

 

L’intérieur, au moins aux places avant, est identique à celui de la berline. On y retrouve le même design, les mêmes matériaux, les mêmes sièges… et le même i-cockpit qui est devenu une des signatures de Peugeot, au même titre que la calandre verticale. Si le design ne mérite pas de critiques, l’ergonomie quant à elle est perfectible, mais chez Peugeot, on continue à dire que le conducteur doit s’adapter.

Dont acte.

 

 

Les places arrières sont désormais utilisables par les plus de 1 m 75 ! La ligne plus horizontale du pavillon a permis de gagner en habitabilité, et c’est tant mieux, car le confort y est impressionnant, du fait d’un amortissement proche de la perfection. La qualité de l’assise est également excellente, du moins sur les places latérales, nous n’avons pas essayé la cinquième place centrale.

Qui dit SW, dit capacité de transport, et si la 508 SW ne pulvérise pas les records de la catégorie, elle s’en tire néanmoins pas trop mal avec un coffre de 530 litres, qui peut passer à 1780 litres, une fois les dossiers arrières rabattus. Une trappe à ski est même prévue dans le dossier de la place arrière centrale.

 

 

Place à la conduite. Les qualités de la berline se retrouvent sur le break, à tel point qu’il est difficile de ressentir les différences de tarage des amortisseurs, tarage désormais adapté à la capacité supérieure de chargement. L’équilibre, le confort, la précision de conduite sont toujours là. Un véritable régal de rouler sur les routes sinueuses du Portugal. Le petit volant et les palettes de changement de vitesses fixes (sur la colonne de direction et non placées sur le volant) procurent un grand plaisir, on pourrait s’imaginer pilote… Mais la 508 SW n’est pas faite que pour le pilotage, elle peut amener toute la famille et ses bagages sereinement et en toute sécurité. Elle est bardée de toutes les aides à la conduite imaginables aujourd’hui, au premier rang desquelles la « Night Vision », ou vision de nuit (!) qui permet de détecter jusqu’à 200 m des êtres vivants (piétons et animaux) grâce à une caméra infrarouge.

Un vrai apport de sécurité, notamment sur les petites routes de campagne, s’il est un élément d’aide à la conduite à conserver, c’est bien celui-là !

 

 

C’était déjà le cas avec la berline, et la version SW le confirme, cette 508 est vraiment un bon numéro. Peut-être même la meilleure Peugeot jamais produite. La partie n’est pas pour autant gagnée, la mode SUV ne favorisant pas les berlines et breaks. Mais, croyons au bon sens, en cela les normes WLTP plus proches des valeurs réelles d’émissions de CO 2 et de consommations plaidant en la faveur des voitures « basses », le marché risque de s’orienter à la baisse pour les SUV à l’avantage des voitures « normales ».

Les responsables des flottes d’entreprises ne regardent que les normes et la fiscalité qui en découle, la 508 a donc de beaux jours devant elle, et elle a droit à toutes les ambitions.


Gilles VIRMOUX

Photos : Gilles VIRMOUX

On a aimé 

– Design

– Plaisir de conduire

– Homogénéité de la gamme essence et diesel

– Finition générale

– Comportement routier et confort

On a moins aimé 

– Au risque de se répéter, l’i-cockpit !

– Rétrovision par lunette arrière, sombre et étroite

– L’absence d’un moteur « vitrine », la 508 le mérite !

508 SW, les modèles disponibles :

Essence 

PureTech 180 EAT 8 : 4 cylindres 1.6 l,

Puissance maxi 180 ch à 5.500 tr/mn

Couple maxi 250 Nm à 1.650 tr/mn

PureTech 225 EAT 8 : 4 cylindres 1.6 l

Puissance maxi 225 ch à 5.500 tr/mn

Couple maxi 300 Nm à 2.500 tr/mn

Diesel 

Blue HDI 130 : 4 cylindres 1.5 l

Puissance maxi 130 ch à 3.750 tr/mn

Couple maxi 300 Nm à 1.750 tr/mn

Disponible en BVM 6 et EAT 8

Blue HDI 160 EAT 8 : 4 cylindres 2.0 l

Puissance maxi 160 ch à 3.750 tr/mn

Couple maxi 400 Nm à 2.000 tr/mn

Blue HDI 180 EAT 8 : 4 cylindres 2.0 l

Puissance maxi 180 ch à 3.750 tr/mn

Couple maxi 400 Nm à 2.000 tr/

 

NOTRE ARTICLE SUR LA PEUGEOT 508SW

LA NOUVELLE PEUGEOT 508, UNE SUPERBE BERLINE ÉLÉGANTE ET RACÉE !

Constructeurs Essais Peugeot

About Author

gilles