CARLOS GHOSN DANS LA TOURMENTE AU JAPON !

 

 

 

Carlos Ghosn est depuis ce lundi 19 poursuivi par la Justice Japonaise.

 

Carlos Ghosn, l’emblématique Président de l’Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi, est à la tête d’un énorme Groupe automobile, le premier dans le monde selon ses dires.

Grand Patron d’industrie, il est aujourd’hui soupçonné d’avoir dissimulé une partie de sa rémunération (environ 9 millions d’euros par an pour Nissan) au Fisc Japonais.

Nissan a annoncé, aujourd’hui 19 novembre, vouloir proposer son départ de la Présidence suite à des déclarations fiscales largement sous évaluées et à de possibles autres malversations, telles que l’utilisation des biens de l’entreprise à des fins personnelles.

L’heure est grave pour l’Alliance, les titres Nissan et Renault ont vu leurs cours dégringoler dans la matinée de quelques 11,3% pour Nissan en Allemagne, quand Renault perdait 12% à Paris.

Il est encore tôt pour se prononcer sur la suite, laissons la Justice mener son enquête et Carlos Ghosn se défendre des accusations.

Pour l’heure il est en garde à vue à Tokyo.

Patron emblématique de l’Alliance, redresseur de Nissan voué à l’époque (1999) à la quasi faillite, le « cost killer » Ghosn a également permis à Renault de booster sa dimension internationale.

Récemment, l’Alliance faisait l’acquisition de Mitsubishi, en proie à de graves difficultés. Le groupe ainsi constitué pèse très lourd dans l’automobile mondiale.

La rémunération de Carlos Ghosn qui possède la triple nationalité (Française-Libanaise-Brésilienne) a toujours beaucoup fait parler, il serait l’un des patrons les mieux payés de l’univers automobile, avec comme revenus annuels quelques 9 millions € en provenance de Nissan, et entre 7 à 8 millions de Renault.

Une rémunération confortable, qui permet a priori de voir venir sereinement les fins de mois…

Alors pourquoi… ‘taper et piquer’ dans la caisse en utilisant à des fins personnelles des biens de l’entreprise ?

Mystère…

 

 

Toujours est-il que le ‘roi’ Carlos va certainement perdre ses couronnes, déjà Nissan demande son départ illico, la convocation du Conseil d’Administration a été programmé pour ce jeudi.

Les Japonais ne plaisantent pas avec l’honneur. Renault va très certainement suivre, car n’oublions pas que l’État français détient encore 15% du Capital, et que le Président Emmanuel Macron, voudra certainement marquer le coup, à l’époque où les fameux « gilets jaunes » lui donnent bien du souci.

Se payer un grand Patron, l’occasion de redorer son blason auprès des Français qui semblent globalement très mécontents de leur Président de la République.

Affaire à suivre

 

Gilles VIRMOUX

Photos : RENAULT

Économie Evenements Personnalités Renault

About Author

gilles