WSBK 2019 : YAMAHA BOUGE PARTOUT ET DANS LE BON SENS

LOWES ET VDM

On a vu cette année, malgré un règlement toujours peu égalitaire, les Yamaha R1 de Van der Mark et Lowes terminer troisième et sixième du Championnat du Monde.

Van der Mark a réussi à terminer devant l’une des deux Kawa d’usine (avec une gestion électronique d’usine), ce qui est juste phénoménal.

Bref, beau bilan.

Par ailleurs, le team GRT Yamaha, qui roulait en Supersport 600 (SSP) a gagné deux titres successifs avec Mahias en 2017 et l’Allemand Cortese en 2018, va monter en WSBK en 2019 comme team support (Photo d’ouverture)

SANDRO CORTESE

Le titre de Cortese m’a d’ailleurs un peu énervé parce que j’ai cru jusqu’au bout que ce serait pour le Français Cluzel mais bon, life is life!

Il y aura donc en WSBK 2019, m’explique Éric de Seynes, le compositeur de cette symphonie en bleu, un team Factory (Crescent-Pata), composé de Van der Mark et Lowes.

Et un team support, qui disposera des dernières mises au point des Yamaha R1 du team officiel 2018.

Avec mises au point constantes, environ trois mois après qu’elles soient apparues sur les Factory.

Les deux pilotes de ce team support seront Sandro Cortese, ex-Champion du Monde Moto3 (2012) et Marco Melandri, Champion du Monde 250 (2002)  qui a pris 22 podiums en Superbike mondial où il roule depuis 2011.

Deux pilotes dont la notoriété apporte beaucoup de sponsors.

MARCO MELANDRI

Melandri qui aurait accepté d’aider Cortese à progresser en WSBK, avec un salaire équivalent, au lieu de, comme peuvent le penser beaucoup, penser seulement à sa g… et tenter de gagner toutes les courses possibles., comme tous les retraités du MotoGP qui viennent terminer leur carrière en WSBK.

J’avoue que j’ai du mal à croire ce genre d’affirmation mais j’en donne acte à mon interlocuteur.

Qui me réaffirme que ce n’est pas le but de Yamaha d’affronter ses écuries privées avec ses teams officiels mais au contraire de les aider à grimper sur les podiums…

ET LE SSP ALORS ?

CHRISTOPHE GUYOT PATRON DE GMT 94

Pour le SSP 600 2019, j’ai eu le bol d’avoir parlé avec Christophe Guyot un peu plus tard,  d’abord pour le féliciter des prouesses de son pilote Perolari en fin d’année, et puis pour parler boutique.

GMT 94 continue en 2019 en SSP 600, avec Perolari bien sûr, en grimpant d’un échelon, il devient team support, ce qu’il était par exemple en Endurance mondiale…

CORENTIN PEROLARI

Là où la discussion est devenue un peu florentine c’est sur le deuxième pilote qui roulera avec Perolari.

Ce ne peut être Mahias qui a cédé aux sirènes (et au jonc) de Kawasaki…

Le nom de Caricasulo est sur toutes les lèvres un peu informées en ce moment, y compris en haut lieu.

CARICASULO EST PRATIQUEMENT ACTÉ

Mais Christophe Guyot est très réticent à me confirmer ce nom, dont il affirme par ailleurs que la signature est en très bonne voie.

Je réussis à arracher deux noms qui en effet pourraient prendre un démarrage nucléaire dans les discussions, celui de Jules Cluzel était une évidence mais pas le deuxième : Eugene Laverty lui-même !

EUGENE LAVERTY, LA SURPRISE DU CHEF

Là en effet, c’est du très lourd, on se souvient que l’année où Sylvain Guintoli est Champion du Monde WSBK, Laverty, son coéquipier ne l’a jamais lâché d’un pneu !

En revanche, il a 32 ans et quand on sait que Guyot a surtout envie de faire rouler de jeunes espoirs qu’il veut faire grimper, le concept prend un peu de flou.  Mais d’autres mondes, militaire, scientifique, sportif ou politique nous ont appris que les certitudes sont à la base des plus grosses erreurs commises depuis l’arrivée de l’humanité…

 

Jean Louis BERNARDELLI

Photos : Constructeurs

 

 

Moto Sport Superbike

About Author

jeanlouis