UN BEAU ‘MONDIAL DE L’AUTO’ 2018 À PARIS !

 

 

Le Mondial de Paris a-t-il sauvé sa tête ?

Oui, vraisemblablement.

Le Mondial de Paris est sauvé ! 

 

 

On était inquiet à l’aube du Mondial de Paris qui a fermé ses portes ce dimanche 14 octobre et ce après seulement 11 jours d’ouverture contre 18, les années précédentes.

Inquiet en raison de l’absence de … 14 marques, pas moins. Certaines plaidaient des coûts trop élevés, d’autres un manque d’histoires à raconter.

C’était en particulier le cas de Volkswagen (aucun nouveau modèle à présenter, mais présent via un Club très agréable pour les professionnels) ou encore d’Opel (intégration au groupe PSA pas totalement digérée).

C’était beaucoup moins le cas de Mazda, qui raconte tout au long de l’année plein d’histoires en matière de motorisation (dont la dernière avec un petit moteur rotatif avec générateur de courant pour véhicules hybrides) et qui aurait pu les faire valoir auprès du public.

C’est moins le cas aussi de la part de Volvo ou de Ford, mais là le parti pris de se diriger vers d’autres types de Salons, comme les CES (Consumer Electronique Show) est manifeste, démontrant ainsi que leur vision de l’Automobile est maintenant plus celle d’un gros Smartphone sur roues.

Plusieurs des grands spécialistes des voitures de prestiges se sont abstenus aussi… point d’Aston Martin ou de Lotus, de Lamborghini ou Maserati, et encore moins de Rolls ou de Bentley !

Seuls des Concessionnaires ou Importateurs, s’étaient raccrochées aux branches et occupaient un espace commun, non loin d’un Stand Ferrari égal à lui-même mais vide de visiteurs durant les journées professionnelles.

On croit que les  Français n’aiment pas les belles voitures de luxe… Mais ce n’est pas vrai, il faut leur laisser le plaisir de les admirer !

Inquiet donc aussi en raison du format choisi et retenu cette année. Avec une réduction de 40% de la durée, l’organisation espérait bien convaincre les marques de venir, avec des coûts réduits grâce à ce format.

Mais, du coup  allait-t-on atteindre une fréquentation suffisante?

On pouvait craindre le pire à l’issue des deux journées professionnelles, où les allées paraissaient peu remplies par rapport aux Salons passés…

On pouvait aussi encore le craindre le premier jour d’ouverture au grand public le 4 octobre, alors que l’on ne se bousculait, ni aux portillons d’entrée, ni non plus sur les stands !

Il aura au fond finalement fallu attendre le premier week-end et toute la semaine suivante, pour assister à une fréquentation importante. Mais dès lors, il y avait beaucoup (mais vraiment beaucoup) de monde dans les allées du Mondial.

Presque trop, puisque l’accès aux véhicules devenait problématique, effet retour de la réduction du temps total d’exposition.

Mais avec cette présence massive, on pouvait être rassuré.

Et, avec 1.061.000 visiteurs sur ce format réduit à 11 jours, contre 1.071.000 en 2016 mais répétons-le, sur… 18 jours et, précisons-le tout de même en pleine période de menace terroriste !

Et du coup, ce chiffre est à rapprocher des 1.250.000 en 2014, la dernière belle année en date, sur le format de 18 jours.

En faisant une simple règle de trois, on s’aperçoit que la fréquentation moyenne journalière est bien plus importante en cette année 2018 : 96.500 visiteurs/jour en moyenne cette année contre 69.500 en 2014.

 

120 ANS DL’AUTOMOBILE – Jean Claude GIROT le patron du Mondial et Robert PANHARD, – Photo Christian BEX.

 

Le pari de Jean Claude Girot, le dynamique Commissaire général du Salon, semble donc gagné, et les absents ont, assurément,  sans doute eu tort…

À quoi s’ajoutent le Salon Moto pour les accros aux deux roues et la partie mobilité qui attire de plus en plus de monde, sans oublier le centre d’essais des véhicules électriques, installé, lui, dans le cadre prestigieux de la célèbre Place de la Concorde.

À ce sujet, certains n’ont pas pu retourner au Salon à la suite d’un essai, leur billet n’étant plus accepté. Effet  pervers des billets numériques ?

Mais il y en avait pour tous les goûts, durant ce Mondial, réussi.

Des Concepts Cars peu nombreux mais de qualité

Les amateurs de cConcept Cars de Salon n’ont pas été déçus.

 

Mondial-de-Paris-2018-Sublime-Peugeot-e-Legend-Photo-Patrick-MARTINOLI

aussi-belle-vue-darrière-Photo-Patrick-Martinoli.

 

Peugeot revisitait la 504 Coupé avec son e-Legend, offrant une large vue du futur puisque cette voiture est électrique, avec une grande autonomie et également autonome de type 4 (totalement autonome, sans attention du conducteur) à volonté.

Le succès a été énorme et Jean Philippe Imparato, le Patron de la Marque Peugeot a promis d’envisager de la mettre en production si l’on obtenait 50.000 signatures sur une pétition.

Pour info, ce lundi 15 octobre 2018, on en est déjà à…44 732 !

Alors chez la Lionne à Sochaux, on y va ?

 

Mondial-de-Paris-2018-Planche-de-bord-de-la-Peugeot-e-Legend-Le-volant-est-escamotable-en-mode-autonome-Photo-Patrick-Martinoli.

Mondial-de-Paris-2018-Mercedes-EQ-Silver-Arrow-on-veut-l’essayer-Photo-Patrick-Martinoli

La Mercedes Flèche d’Argent était tout aussi impressionnante.

Se référant ouvertement des Titans de la Route, ces fous furieux qui prenaient déjà jusqu’à 450 km sur les ‘autobahn’ Allemandes à la fin des années trente, avec des V12, la EQ Silver Arrows montre sa modernité avec son moteur électrique de  … 750 ch et son autonomie de 400 km (mesure WLTP).

Et ce n’est pas la largeur des pneumatiques semi-apparents qui aide à la chose !

 

Mondial-de-Paris-2018-L’Audi-PB18-e-tron-Photo-Patrick-Martinoli

Chez Audi – marque Premium du Groupe VW bien présente malgré l’absence de Volkswagen la maison-mère, comprenne qui pourra –  nous pouvions aussi contempler ce que pourrait devenir la grande GT aux Anneaux des années à venir, quand la R8 devra partir au paradis des plus belles voitures… thermiques !

La PB18 e-tron, électrique elle aussi avec trois moteurs pour 680 ch, sera aussi spectaculaire que son ancêtre.

 


Mondial-de-Paris-2018-La-Renault-EZ-Ultimo-ou-comment-concevoir-une-berline-autonome-de-luxe-Photo-Patrick-Martinoli

Renault avait choisi de continuer sa lancée du Salon de Genève. Et à côté du Taxi autonome des années futures déjà vu en Suisse à Genéve, le Losange proposait dans le même esprit, la EZ Ultimo, dépourvue totalement de poste de pilotage, et un curieux assemblage camion – remorque autonome pour gérer ce que l’on appelle le dernier kilomètre dans le domaine du transport (la partie entre les dépôts de tri en grande banlieue et le magasin final en centre-ville) !

Car comment transporter les marchandises dans le cœur des villes quand les véhicules thermiques y seront bientôt, tôt ou tard, totalement interdits ?

Renault propose ainsi une solution…

 

Mondial-de-Paris-2018-Renault-ensemble-camion-remorque-autonome-et-électrique-Photo Patrick MARTINOLI

Et, nos amis les Chinois de GAC, eux, ont choisi d’exposer à Paris dès cette année, alors qu’ils n’ont pas de plan produit pour l’Europe avant deux ans.

 

Mondial-de-Paris-2018-Les-chinois-testent-le-marché-européen-avec-cette-GAC-Enverge-Photo-Patrick-Martinoli.

 

Mais c’est un moyen pour eux de tester la clientèle européenne, avec en particulier le Concept Car

Enverge, sorte d’hybride entre un SUV et un coupé, avec des portes en élytres !

Bien entendu, ce prototype est également à motorisation électrique et très orienté SF et videogames dans le traitement de son poste de pilotage.

 


Mondial-de-Paris-2018-DS-E-Tense-Concept-Car-déjanté-et-asymétrique-Photo-Patrick-Martinoli.

 

DS montrait une nouvelle fois après Genève, sa X E-tense. C’est un curieux mélange de plein de choses, totalement asymétrique. Notons le cockpit cocon pour le conducteur découvert et le passager protégé, le strapontin pour un deuxième passager en tandem avec le premier, le plancher transparent (effet garanti dès 80 km/h pour faire plaisir à Mr. Macron en gardant des sensations).

Et en plus, me direz-vous, elle fait le café ? Et oui, elle le fait, car derrière un volet dans le cockpit passager se trouve une machine Nespresso….

 

Mondial-de-Paris-2018-Coup-de-coeur-pour-cette-Aspark-OWL-Photo-Patrick-Martinoli

 

Enfin, nous avons remarqué cette superbe berlinette Aspark Owl, full électrique elle aussi. Quand on voit d’aussi belles réalisations, promettant 1,99 seconde de 0 à 100 km/h grâce à 1.150 ch, on ne peut qu’être rassuré sur l’avenir de la Passion Automobile.

De nouveaux modèles à vocation électrique

 

Mondial-de-Paris-2018-La-DS-3-Crossback-disponible-en-2019-en-full-électrique-Photo-Patrick-Martinoli

 

Mais au-delà de ces Concepts Cars, le business reprenait le dessus…

Car on continue bien à vendre sur le Salon, et si Renault n’avait pas de nouveau modèle à proposer (la Clio V a été mise en réserve pour plus tard… problèmes d’homologation WLTP ou volonté de proposer des versions hybrides et électriques immédiatement ?), ce ne sont pourtant pas loin de 100 véhicules par jours qui étaient vendus sur le stand.

PSA avait bien préparé son coup. Les trois marques, Citroën, DS et Peugeot, dévoilaient leur lot de nouveautés, comblant le retard pris par le Groupe dans les véhicules hybrides et électriques.

DS, tout d’abord la DS3 Crossback, SUV urbain à 5 portes, venu pour relancer une DS3 vieillissante et faire face aux Audi Q2 et Mini Countryman. Si elle sera rapidement disponible en version thermique, la version électrique avec plus de 300 km d’autonomie est annoncée pour la fin de l’année prochaine.

 

Mondial de Paris 2018 – Citroën C5 Aircross promet un confort somptueux – Photo Patrick Martinoli.J

 

Ensuite Citroën présentait officiellement la nouvelle C5 Aircross, un SUV inscrit entre 3008 et 5008  sur le plan de la longueur tout en conservant un air de famille prononcé avec C3 Aircross.

Principal atout de ce véhicule, ses sièges extraordinaires grâce à la mémoire de forme de leur mousse. Après quelques secondes durant lesquelles ces dernières travaillent pour vous apporter un soutien intégral à toutes les parties de votre corps, vous vous sentez réellement enveloppé et maintenu pour la  route.

Combiné aux nouvelles suspensions à butées hydrauliques héritées de la Cactus, Elle apportera un niveau de confort digne de la réputation de Citroën. Vivement un essai pour confirmer.

 

Mondial-de-Paris-2018-La-508-va-être-disponible-en-version-hybride-200-ou-300-ch-hybrid4-Photo-Patrick-Martinoli.j

 

Enfin Peugeot montrait sa gamme 508 et 508 break, déjà vue à Genève, mais dévoilait surtout les versions hybrides rechargeables, accompagnées de 3008 et 5008 de même motorisation.

Deux puissances au programme, l’une avec un seul moteur électrique entre le moteur thermique et la boite de vitesses (200 ch et EAT 8 pour toutes), et l’autre avec un deuxième moteur électrique (et  donc 300 ch disponible cumulé) situé sur l’essieu arrière pour obtenir des Hybrid4 performantes et quatre roues motrices.

On les a longtemps attendues, elles arriveront en 2019 et promettent 50 km d’autonomie électrique.

On le voit l’Électrique et l’Hybridation ont le vent en poupe.

Et si chez Mercedes on présentait une Classe Sedan (avec un coffre séparé sans pour autant être une CLA) et une toute nouvelle et fort réussie Classe B qui fera oublier sans regret son avatar précédent, c’est surtout la EQC qui tenait la vedette. Premier SUV électrique réellement aboutit, disposant de deux moteurs électriques pour un total de 300 kW (soit 408 ch) et une autonomie de 450 km avec des batteries de 80 kWh.

 

Mondial-de-Paris-2018-Dieter-Zetche-passe-la-main-en-présentant-la-EQC-Photo-Patrick-Martinoli

 

BMW présentait de son côté une IX3 pour venir concurrencer le Jaguar i-pace, mais uniquement à compter de 2020. SUV de moyenne taille propulsée également via un moteur électrique développant 270 ch et disposant d’une batterie de 70 kWh, pour une autonomie dépassant 400 km.

 


Mondial de Paris 2018 – BMW IX3 change peu par rapport aux versions thermiques et permet de rouler décarbonné – Photo Patrick Martinoli.

La guerre des ‘ Premiums ‘Allemands est décidément relancée, puis Audi exposait lui aussi son SUV e-tron d’un gabarit similaire au Q5. Si la ligne est bien dans la tradition Audi, le moteur étudié conjointement avec Porsche pour le Mission E, développera 430 ch pour 500 km d’autonomie et devrait débarquer en concession début 2019.

 

Mondial-de-Paris-2018-Architecture-technique-de-la-nouvelle-Audi-e-tron-Photo-Patrick-Martinoli.j


Mondial-de-Paris-2018-Pas-de-révolution-stylistique-pour-ce-SUV-Audi-électrique-Photo-Patrick-Martinoli

Enfin, Tesla a daigné nous présenter le nouveau Model 3, tant attendu. Beaucoup de visiteurs voulaient voir cette voiture totalement électrique qui se veut le trublion des berlines routières, mais ils ont dû patienter, car avec une seule voiture disponible, il fallait faire la queue pour y accéder.

Son tableau de bord composé d’une seule et unique tablette peine à convaincre.

 


Mondial-de-Paris-2018-Tant-espérée-la-Tesla-Model-3-Photo-Patrick-Martinoli.j


Mondial de Paris 2018 – C’est comme cela que commençait le voyage dans le temps des Nationales – Photo Patrick Martinoli

L’Histoire à l’honneur

mais peu de Compétition.

 

Signalons enfin la superbe exposition dédiée à l’histoire de l’Auto et de la Moto au travers des Nationales célèbres. Tout le bas du pavillon 5 leur était réservé, avec des commentaires pour chaque véhicule à la fois très documenté, mais restant accessible pour le grand public.

Bravo aux rédacteurs et bravo aux dessins en arrière-plan dont bon nombre sont signé de notre spécialiste de la Nationale 7, l’irremplaçable Thierry Dubois.

 


Mondial-de-Paris-2018-Le-Cap-Paris-pour-cette-203-dans-les-années-50-avec-la-famille-De-Cortanze-Photo-Patrick-Martinoli

Mondial de Paris 2018 – L’ultra célèbre Chenillette C4 de la Croisière Jaune – Photo Patrick Martinoli.J

Mondial-de-Paris-2018-La-Buick-Eight-a-sillonné-les-nationales-mais-surtout-les-américaines-Photo-Patrick-Martinoli.


Mondial de Paris 2018 – Une des rares voitures de course présentes, une monoplace de F1 RENAULT – Photo Patrick Martinoli.

En revanche la Compétition était fort peu mise en avant.

Une F1 chez Renault et Mercedes, une Toro Rosso chez Honda, toutes des versions 2017 sans Halo (!!!), la TS050 enfin victorieuse au Mans (avec un très bon simulateur avec lunettes vidéo au lieu  d’écrans) et une Yaris de rallye pour Toyota, et des Formule Électrique 2018/2019 chez Jaguar et DS, sans oublier une 208 Rallycross chez Peugeot et une C3 WRC chez Citroën, mais fort peu mises en vedette.

La Course Auto ne semble plus séduire…. Autrefois on faisait la course par passion (comme Matra ou Renault dans les années 70), ensuite ou en a fait à des fin marketing (comme Peugeot dans  les années 2000)

Mais maintenant on ne sait plus trop. Il semble que ce ne soit plus un vecteur principal de communication.

Gardera-t-on les moyens de courir au plus haut niveau dans le futur ?

« Va savoir Charles » comme dirait «Mr. Gilles», le Rédac Chef d’AutoNewsInfo…

 

Texte et Photos : Patrick MARTINOLI

Salons

About Author

gilles