TOYOTA VEUT GAGNER AU FUJI DEVANT SES FANS EN MONDIAL D’ENDURANCE WEC

 

WEC-2018 FUJI- Les nombreux fans Nippons rêvent d’une nouvelle Victoire pour TOYOTA

 

La Super Saison du Championnat du Monde d’Endurance WEC 2018-2019 se poursuit ce week-ened au lointain Japon sur le Fuji Speedway, où le choix des pneumatiques est primordial.

Déja victorieuse des trois premières manches – mais déclassée à Silverstone pour cause de fond plat usé par le passage sur les vibreurs – l’Équipe Toyota débarque sur ses terres avec l’intention de briller et d’offrir à ses fans, une nouvelle victoire !

La quatrième épreuve du Championnat du Monde d’Endurance WEC 2018-2019, après Spa, Le Mans et Silverstone, se déroule en effet sur le Fuji Speedway, un circuit atypique bâti en 1965 au pied du mont éponyme.

Son tracé se déploie sur 4,563 kilomètres et se caractérise par une ligne droite de 1,5 kilomètre, la plus longue de la Saison après celles des Hunaudières, sur le Circuit des 24 Heures du Mans.

 

WEC-2018-FUJI-TOYOTA VEUT GAGNER AU FUJI DEVANT SES FANS !

 

Sur ce tracé, la définition des réglages est chaque année un réel casse-tête pour les équipes, à cause de la combinaison entre cette longue ligne droite et le reste du parcours, qui comprend des parties très sinueuses (notamment entre les virages 3 et 8 ainsi qu’entre les virages 10 et 16).

Des portions qui demandent des charges aérodynamiques antinomiques ce qui pousse les équipes à parfois privilégier une configuration «à faible appui» pour maximiser la vitesse en ligne droite, alors que les parties sinueuses imposent d’exercer une plus forte charge aérodynamique pour augmenter le grip.

En outre, la météo fréquemment capricieuse du lieu, qui se situe dans une zone s’étendant entre la mer, la campagne et le Mont Fuji, rend le choix cornélien. Pour les 6 Heures de Fuji édition 2018, les Services Météo ont prévu un ciel couvert et des averses.

La température de l’air devrait évoluer de 28°C lors des essais libres, à 22°C le dimanche durant la course.

 

WEC 2018 – Jérôme MONDAIN Responsable du Département Endurance chez MICHELIN – Photo AutoNewsInfo

 

Jérôme Mondain, le Manager des Programmes Endurance de Michelin, explique :

« Le Circuit Fuji Speedway est un vrai casse-tête pour les réglages, notamment aérodynamiques »

Et il ajoute :

« Les ingénieurs sont partagés entre ‘décharger’ pour la ligne droite et ‘charger’ en aérodynamique pour les parties lentes. Généralement, la première option l’emporte et les pneus doivent donc donner un maximum de grip pour l’in-field dans des conditions de set-up défavorables. »

Lors des 6 Heures de Fuji 2018, Michelin mettra à disposition de ses partenaires des pneumatiques aux gommes SOFT et MEDIUM pour les prototypes LM P1 et LM P2, ainsi que pour les voitures des catégories LM GTE Pro et Am. Des pneus WET et Full WET seront aussi disponibles en cas de pluie, ainsi que le pneu slick MICHELIN Hybride pour les LM P1, performant et polyvalent sur piste séchante.

Le Japon est un pays ou l’Endurance fait partie de la tradition du Sport Automobile. Tous les ans depuis 2012, année de création du Championnat du Monde d’Endurance WEC, des milliers de passionnés font le déplacement pour assister à la course et profiter aussi de séances d’autographes avec les pilotes.

 

WEC2018-FUJI-La TOYOTA N°8 de BUEMI-ALONSO-NAKAJIMA la plus rapide des 1ers essais

 

En outre, le Fuji Speedway appartient à la firme Toyota et des pilotes Japonais comme Kamui Kobayashi et Kazuki Nakajima, font partie de l’Équipe Toyota Gazoo Racing.

Les deux Toyota se sont montrées les plus rapides ce vendredi lors des deux séances des premiers essais libres.

Toyota, déjà en tête lors de la première session avec Sébastien Buemi en 1’25 »847 devant la voiture-sœur s’est de nouveau adjugé les deux meilleurs chronos de la seconde.

La TS050 Hybrid N°8 de Séb Buemi-Fernando Alonso et Kazuki Nakajima, améliorant son temps avec 1’23 »973, à nouveau devant la N°7 de Mike Conway-José Maria Lopez et Kamui Kobayashi, seconds avec 1’25.068, à 1.095.

En LMP2, temps de référence du jour pour l’Alpine A470 Signatech des Français Nico Lapierre-Pierre Thiriet et du Brésilien André Negrao en 1’30.410, devant trois ORECA 07

Ce samedi troisième séance libres avant les qualifications.

 

François LEROUX

Photos : WEC et TEAM-AutoNewsInfo

 

Endurance FIA WEC

About Author

gilles