TURKMEN DESERT RACE 2018 : BEAU SUCCÈS POUR LE GRAND VOYAGE. LA VICTOIRE POUR ROMA ET MINI

TURKMEN-RALLY-2018-  La MINI victorieuse de NANI ROMA

 

 

C’est vraiment un très grand voyage!

Il a fallu quinze jours pour envoyer les autos au point de départ, à Turkmenabat, à la frontière Ouzbek, elles ont voyagé par camion depuis la France.

Ce qui était déjà en soi une aventure!

80 équipages au départ, pour un rallye monté en si peu de temps (4 mois) il est clair que c’est un énorme succès, l’envie de partir existe toujours bien chez les pistards.

 

DEPART EN PLEIN DESERT!

 

René Metge et Jean Louis Schlesser expliquent que le Turkmenistan s’est beaucoup investi dans cette course, bivouacs magnifiques, les routes ont même été refaites pour le passage des assistances!

Grosse chaleur, plus de 40 degrés à l’ombre, mais le rallye raid est aussi fait de ce genre d’inconvénient, ce qui n’a pas empêché des vedettes du rallye raid comme Roma (victorieux au Dakar), Serradori (vainqueur du de l’Africa Race, troisième du Silway) de venir tenter l’aventure dans le désert du Karakoum.

 

LE BUGGY DE SERRADORI A MALHEUREUSEMENT CASSÉ

 

La première étape longue de 308 km, on traverse le pays d’est en ouest vers la mer Caspienne, voit la victoire de Nani Roma,au volant d’une Mini X Raid devant une autre Mini Turkmène d’Annamammedow, Harry Hunt le jeune Britannique, pointznt troisième devant Serradori, qui a du lever le pied au bout de 50 km, car la consommation était énorme.

Ceci, car on a roulé sur du sable mou, l’autre piège étant évidemment les crevaisons sur les véhicules qui ont trop dégonflé…

Le premier camion est le Kamaz de Sotnikov, le premier SSV est le Canam de Pitavy et Colombet.

 

LES KAMAZ ONT FINALEMENT ETE BATTUS!

 

La deuxième étape longue de 392 km, mène jusqu’à un endroit très particulier du pays, les portes de l’enfer, un cratère en feu depuis 40 ans, devenu une attraction touristique.

En fait, cet endroit étonnant en plein milieu de nulle part, est une erreur de géologues ayant mis le feu à une poche de gaz en forant le sol, ce qui s’échappe n’est en rien toxique mais impossible à éteindre, ce qui se fera tout seul quand la poche de gaz, importante, sera vide!

 

TURKMEN-RALLY-2018-La-poche-de-GAZ-en-feu-permanent.

 

Il n’y a plus que 55 véhicules en course, la première journée a vraiment été difficile! Cette deuxième journée, le sable est plus facile, Serradori a eu une casse qui lui a pris une heure de réparation en plein cagnard, il est reparti mais pour le classement général, c’est foutu.

 

JEAN LOUIS SCHLESSER, CREATEUR DE MAGIE

 

Ce soir là, au bord des portes de l’enfer, Jean Louis Schlesser a fêté son anniversaire (70 ans), dans un paysage juste énorme avec tous ses concurrents.

La troisième étape, 256 km, est faite de dunes et de pistes rapides pour terminer. On traverse un paysage étonnant de lacs asséchés, les assistances ont dû de taper 150 km de piste pour aller au bivouac c’est sûr que certains en ont bavé des ronds de chapeau…

 

LES SSV SONT LE TRUC IDEAL POUR CE GENRE DE TERRAIN

 

Hunt est tombé en panne, Roma a donc pu gérer son avance sans problème et gagne cette spéciale.

Mardeev gagne encore chez les camions, et en SSV, c’est un pilote … de 79 ans, Ruffier, qui remporte l’étape.

La quatrième étape, 410 km, offre beaucoup de poussière et même du fech fech !

 


TURKMEN-RALLY-2018-Le-3008-DKR-PEUGEOT-de-HARRY-HUNT

 

La veille, Harry Hunt avait cassé sa boîte de vitesses, le camion balai lui a ramené son auto à sept heures du matin, il avait une heure trente pour réparer, il est parti à l’heure! Tellement heureux (et crevé par la mécanique matinale !) Hunt gagne l’étape mais bien sûr Roma garde la tête au général.

La premier SSV est le Canam de Diers et Brousse.

Serradori n’a pas eu de soucis mécaniques mais son problème a été la poussière soulevée par les camions, qui ont été difficiles à doubler…

 

COMME QUOI ON PEUT VRAIMENT TOUT FAIRE AVEC UNE PORSCHE!

 

La cinquième et dernière étape amène les concurrents au bord de la Mer Caspienne à Turkmenbashi, 235 km de spéciale rapide, mais piégeuse, il ya des zones trialisantes, de la tôle ondulée  et beaucoup de poussière.

 

LE CAMION TROISIEME AU GENERAL

 

59 équipages passent la ligne d’arrivée, Nani Roma gagne le rallye au volant de sa Mini Dde la solide équipe X-Raid de Sven Quandt, devant le Tchèque Zapletal, le troisième est le camion Maz de Viazovich.

Les concurrents sont tous allés féliciter Metge et Schlesser à l’arrivée, car si le rallye était costaud, l’aventure était bien là comme prévu, on est sur la vraie route de la soie, celle qu’a empruntée Marco Polo, normal que l’émotion soit au rendez vous!

 

SCHLESSER ET SES MEILLEURS CONCURRENTS

 

En tous cas superbe succès, bravo aux créateurs de ce rallye!

Le Turkmen Desert Race est d’ores et déjà des sa première édition, entré dans la famille des grands rallyes raids par la grande porte!

 


TURKMEN-RALLY-2018-RENE-METGE-et-JEAN-LOUIS-SCHLESSER.

 

Et comme me le répétait l’ami Gilles Gaignault, sur que les déçus d’un ‘ptit’ Dakar au rabais au Pérou, trouveront à l’avenir avec le Silk Way, et ce Turkhmen, les grands espaces qui font rêver!

Sans oublier pour les nostalgiques des vrais Paris-Dakar d’antan, l’Africa Race, autre rallye-raid que proposent aussi,le tandem Metge-Schlesser, sur la terre d’Afrique et qui fêtera en janvier prochain sa dixième édition…

Jean Louis BERNARDELLI

Photos:  Organisation

TURKMEN RALLY 2018 La MINI victorieuse de NANI ROMA

 

Rallye-Raid Sport

About Author

jeanlouis