MOTOGP 2018 : LA REPENTANCE, NOUVELLE STRATÉGIE OU SIMPLE MODE ? INUTILE EN TOUS CAS…

 

LES DEUX SPÉCIALISTES DE LA REPENTANCE CHEZ DUCATI

 

Étonnant en vérité.

La repentance n’est pas un truc nouveau, il y a des rois et des grands de France qui, après avoir copieusement massacré, pillé et volé alors qu’ils avaient juré le contraire, sont venus pieds nus devant Notre Dame de Paris, parfois se faire flageller, et hop pardonnés !

Une sorte d’échange avec la religion qui s’appellerait aujourd’hui de la collusion mais ça fonctionnait… sauf pour les manants pendus et leurs femmes égorgées…

Aujourd’hui, dans ce monde de tueurs (c’est une expression…) qu’est le MotoGP, voici revenir la mode du repentir public.

Parfois ça se comprend…

Quand Redding (Photo d’ouverture) traite sa moto de merde qu’il est impossible de faire briller (pour mémoire le garçon est vingtième au général avec douze points,) il est évident que peu de temps après ces déclarations, Redding s’est excusé en affirmant qu’il ne pensait pas un mot de ce qu’il disait quand il insultait Aprilia…

Finalement, le coup de la répentance des rois ça marche toujours !

Ensuite il ya les lamentations (tellement plus belles quand elles sont mises en musique par Monteverdi) pratiquées à haute dose chez Ducati depuis que Lorenzo gagne avec leur moto…

Tardozzi, le team manager du MotoGP chez Ducati Corse, est devenu intarissable dans le genre.

La dernière… « Nous avons tout raté avec Lorenzo, nous en avons fait cadeau à Honda » en ajoutant quand même que Lorenzo perd une famille qui l’aime, qui lui  a fait une moto pour gagner et qu’il souffrira lors de son arrivée chez Honda…

L’archétype de la repentance faux derche, mais il est vrai que dans le domaine des relations humaines, Ducati s’est bien tiré dans le pied.

Et que l’an prochain, le duo Dovizioso-Petrucci aura moins de gueule et probablement moins de résultats, sauf incidents sportifs bien entendu…

 

LE REPENTIR PUBLIC DE YAMAHA À SES PILOTES

 

Et puis il ya ce moment hallucinant de la direction Japonaise du MotoGP présentant officiellement ses excuses à ses pilotes, pour ne pas leur avoir donné les moyens de se battre avec Honda et Ducati.

Là on est dans la grande tradition japonaise, le fameux code du Bushido des Samouraïs, sauf qu’à la grande époque, ça se finissait par un Hara Kiri, heureusement les temps ont évolué… quoique…

Tout ça est suranné, ridicule et le monde tourne toujours…

Bref, vive ceux que l’on aime parce qu’ils envoient du lourd et qui assument ce qu’ils ont dit.

 

ROSSI ET GALBUSERA SAVENT AUSSI SORTIR CE QUI FÂCHE

 

Valentino Rossi qui affirme depuis deux ans que Yamaha s’est fourvoyé au vu des quelques GP gagnés en début de saison en début d’année par Vinales, erreur que l’on paie encore aujourd’hui… avec ce gros sous-entendu que la première erreur, c’était Vinales lui-même…

Et puis plus récemment, la sortie de Crutchlow, tombé durant les essais du GP d’Autriche, dans une situation ultra dangereuse sans voir aucun drapeau rouge…

 

CRUTCHLOW EN PÉTARD

 

De quoi, justement, virer au rouge de colère, et ce avec raison, je me suis moi-même fait la remarque que les Autrichiens mettaient vraiment longtemps à réagir.

Quand on ajoute que le Spielberg devient une vraie tuerie quand il pleut, Crutchlow a carrément dit qu’il fallait virer illico cette idiotie de Direction de Course.

Finalement dans ce monde de bruit et de fureur, je préfère ceux qui assument, même quand ils ont parlé alors qu’ils étaient en colère…

Alors finalement ces actes de contrition sont carrément ridicules et surtout ne changent rien à ce qui se passe.

Aprilia reste dernier constructeur au général, Ducati a fait une énorme connerie et n’a pas du tout su gérer son pilote étoile, à l’exception de Gigi dall’Igna qui y toujours (enfin presque) cru. Et les excuses du staff japonais à ses pilotes ne font pas avancer la moto…

C’est d’ailleurs la conclusion de Rossi, alors messieurs, pas de problèmes,  laissez vous aller, la colère ça fait du bien (on le voit chez Lorenzo !) de la laisser éclater, et surtout ressortez nous des bastons d’enfer.

 

ZARCO SOMMET D’ÉLÉGANCE DANS UN MONDE BRUTAL

 

Et laissez tomber la repentance, c’est ridicule et ça ne sert à rien…

Au fait, à l’inverse,
Johann Zarco, pour sa part, râle surtout sur lui-même, c’est ce qui fait l’élégance du personnage…

Jean Louis BERNARDELLI

Photos : MotoGP  

 

Moto MotoGP Sport

About Author

jeanlouis