LA BELLE HISTOIRE DE FERNANDO ALONSO, QUI VISE DE NOUVEAUX DÉFIS !

 

F1 VALENCE 2012 ALONSO

 

 

C’est une bombe qu’a lâché, le pilote Espagnol Fernando Alonso ce mardi 14 août 2018 à 17 heures !

Fernando Alonso indiquant sur son compte tweeter, qu’il arrêterait sa carrière en F1, à l’issue de l’actuelle saison.

L‘info est donc officielle, le pilote de l’équipe McLaren, âgé de 37 depuis le 29 juillet dernier s’apprête à quitter l’univers des Grands Prix, disputant son… 311ème GP, sur le circuit de Yas Marina à Abou Dhabi, le dimanche 25 novembre prochain.

Dans un tweet annoncé depuis trois jours et donc publié ce mardi, Fernando explique :

« Après 17 merveilleuses années dans cet incroyable discipline qu’est la F1, il est temps pour moi de changer et d’avancer. J’ai savouré chaque minute de ces folles saisons, et je ne pourrais jamais suffisamment remercier toutes les personnes qui ont contribué à les rendre si spéciales et inoubliables. »

Avant de préciser :

« Il reste encore beaucoup de Grands Prix cette saison, et je participerai à chacun d’eux avec encore plus de motivations et de passion que jamais. Nous verrons ce que l’avenir m’apportera mais de nouveaux défis et challenges excitants m’attendent. »

 

Avec l’équipe RENAULT F1, Fernando ALONSO, double CHAMPION du Monde de F1

UN PEU D’HISTOIRE…

Alonso en F1, c’est un sacré palmarès.

Qu’on en juge :

303 Grand Prix disputés à ce jour, deux titres mondiaux obtenus en 2005 et 2006 avec l’équipe Française Renault, 32 victoires, 22 pole, 97 podiums !

Fernando Alonso, est né le 29 juillet 1981 à Oviedo au Nord de l’Espagne, et il est le premier et le seul Champion du Monde de Formule 1 de l’histoire de son pays, décrochant le titre en 2005 au volant d’une Renault, titre qu’il conserve l’année suivante, toujours avec une monoplace. Il  rejoint McLaren en 2007, mais effectue son retour chez Renault en 2008-2009, avant de signer avec la prestigieuse Scuderia Ferrari, écurie pour laquelle il pilotera de 2010 à 2014, avant de revenir chez McLaren en 2015.

Managé par Flavio Briatore depuis la Saison 2000, il débute en Formule 1 au début de la Saison 2001 avec la petite écurie Italienne, la Scuderia Minardi, basée à Faenza, devenue depuis Toro Rosso. Participant à son 1er GP, celui d’Australie le 4 mars 2001, à Melbourne, se classant 12ème

Il rejoint l’écurie Française Renault F1 que dirige Briatore, d’abord comme Pilote Essayeur en 2002 puis comme pilote titulaire à partir de 2003, année où il remporte son premier GP au Hungaroring le 24 août, succès qui à l’époque, en fait le plus jeune vainqueur de l’histoire de la Formule 1. Record battu ensuite par Sebastian Vettel en 2008 puis par Max Verstappen en 2016.

Devenu l’un des plus véloces en piste, Fernando décroche le titre de Champion du Monde en 2005, devenant le plus jeune Champion du Monde – record ensuite battu par Lewis Hamilton en 2008 puis par Sebastian Vettel en 2010 – renouvelant son exploit, en conservant sa couronne en 2006 !

En 2007, il s’engage avec le Team McLaren-Mercedes et s’offre quatre victoires, mais l’ année est essentiellement marquée par sa rivalité avec son jeune coéquipier, le jeune Britannique Lewis Hamilton et ses relations orageuses avec le Boss, le très médiatique Ron Dennis…

Du coup, il claque la porte et revient chez Renault en 2008, remportant deux victoires, mais aucune en 2009.

 

F1-2013-GP-CHINE-ALONSO-savoure-sa-victoire-14-avril-Photo-Bernard-ASSET.

 

Il signe alors chez Ferrari qui lui fait les ‘yeux doux‘ et remporte le premier Grand Prix de la saison 2010, à Bahreïn. Leader du Championnat du Monde 2010, au départ du dernier Grand Prix le 14 novembre, à Abou Dhabi avec cinq victoires, hélas, une mauvaise stratégie de course, le prive du titre mondial qui revient au jeune pilote Allemand Sebastian Vettel, qui triomphe alors que la Ferrari ne se classe que septième. Le pilote Red Bull, le privant du titre pour quatre points (256 contre 252)

Deux ans plus tard en 2012, il lutte à nouveau toujours avec ce même Vettel pour le titre, et Fernando s’incline de trois points, à l’issue de l’ultime épreuve à Sao Paulo au Brésil.(281 contre 278)

Fernando Alonso obtient pour la troisième fois le titre de Vice-Champion du Monde en 2013, toujours devancé par Vettel qui totalise 397 points contre 242 seulement à Fernando !

2014 sera une année de déception avec Ferrari, avec deux podiums et une bien modeste sixième place au Championnat du Monde.

 

F1-2015-MONTMELO-Team-McLAREN-HONDA-FERNANDO ALONSO-Photo-Antoine-CAMBLOR

 

Après cinq saisons et onze victoires, Fernando Alonso quitte l’écurie Maranello et s’en retourne chez McLaren, avec à la clé un contrat de trois ans, où il fait équipe en 2015 avec Jenson Button et découvre le moteur Honda.

Mais les débuts du moteur turbo V6 hybride Japonais sont sacrément difficiles, et Alonso se retrouve en fond de grille, n’obtenant que 11 points et une dix-septième place, résultat le plus modeste et médiocre depuis ses débuts en 2001 avec Minardi.

En 2016, l’année du sacre de Nico Rosberg, il n’obtient que deux cinquièmes places, synonyme de dixième place au Championnat, avec cinquante quatre points.

 

INDYCAR-2017-INDIANAPOLIS-FERNANDO ALONSO, le 28 Mai.

 

En 2017, Alonso qui estime ne pas disposer d’une monoplace capable de gagner en Formule 1, se lance un nouveau défi et l’objectif de remporter la triple couronne, un titre honorifique certes qui récompense la victoire au Grand Prix de Monaco, aux 500 miles d’Indianapolis et aux 24 Heures du Mans

Un triplé qu’un seul pilote, le regretté Graham Hill a réussi à signer.

C’est la raison pour laquelle où le jour du GP de Monaco de F1 le dimanche 28 mai, il s’engage aux 500 Miles d’Indianapolis.

 

INDYCAR 2017 -À INDIANAPOLIS, FERNANDO ALONSO, découvre le pilotage sur ovale

 

Excellent sixième sur les 33 pilotes qualifiés, il se retrouve en bonne situation en course et en position de viser la victoire avant de devoir abandonner en toute fin de course, non sans avoir décroché le titre de meilleur rookie. En F1, il se classe 15ème du Championnat avec dix-sept petits points.

Cette année, parallèlement à son programme F1, il débute en Mondial d’Endurance WEC et gagne en mai dès sa première sortie à Spa avec l’équipe Toyota, avant de récidiver le dimanche 17 juin 2018, où des sa première participation, il remporte, au volant de la Toyota TS050 Hybrid, les 24 Heures du Mans, avec ses équipiers Kazuki Nakajima et Sébastien Buemi, faisant un nouveau pas supplémentaire vers son but, son rêve de s’adjuger la triple couronne.

 

24 HEURES du MANS-2018-La TOYOTA-N°8 des vainqueurs, le trio ALONSO-BUEMI-NAKAJIMA

 

Et donc ce mardi 14 août 2018, en annonçant son retrait des GP et de la F1, il confirme son unique objectif pour le futur immédiat, à savoir cette triple couronne, ce qui laisse supposer une prochaine annonce l’orientant en 2019, outre la fin de son programme de la Supersaison en WEC avec Toyota, vers le Championnat de Monoplaces US et les 500 Miles à Indy.

 

24 HEURES du MANS-2018- Si la F1, le déçoit, la joie immense de FERNANDO ALONSO en endurance avec sa victoire en Sarthe

 

Fernando qui lâche :

«Je tiens à remercier McLaren. Je resterai toujours très attaché à cette équipe, et je sais qu’ils reviendront plus fort dans le futur. Grâce à eux je suis devenu un pilote plus complet car ils m’ont permis d’élargir mes horizons. J’ai pris cette décision il y a plusieurs mois, elle est ferme.»

 

F1 2018 BARCELONE La McLAREN RENAULT de FERNANDO ALONSO

 

Avant de conclure :

«  Je vis l’un des moments les plus passionnants de ma vie mais je dois maintenant  aller de l’avant et m’orienter vers de nouvelles aventures. »

Assurément cela passe ou plutôt repasse par les 500 Miles à Indianapolis, où le pilote Français sacré Champion Indycar en 2016, Simon Pagenaud, pourrait être son guide ?

 

Gilles GAIGNAULT

Photos : Bernard ASSET – Thierry COULIBALY – Antoine CAMBLOR – TEAMS

 

PROCHAINE DESTINATION???  … LES 500 MILES A INDY

INDYCAR-2017-Début de Fernando Alonso à INDY, le 3 Mai 2017

 

INDYCAR-2017- A INDIANAPOLIS, FERNANDO ALONSO, le 28 Mai.

Evenements FIA WEC Indycar Personnalités

About Author

gilles