FRANÇOIS ETTERLÉ NOUS A QUITTÉ, PAR BRUNO LAURENT

 

 

Son ami Bruno Laurent, nous a adressé un hommage à François Etterlé

 

Bien triste mois d’août 2018 pour le monde de la Moto, car après Fabrice Miguet, c’est une autre figure emblématique qui vient de nous quitter, François Etterlé.

François qui aurait eu 69 ans au début de l’année prochaine, était un pur passionné de Moto et il avait réussi le difficile challenge de concilier sa passion et sa vie professionnelle.

Ce normand, né à Caen en janvier 50, a suivi des études de Droit à l’Université de cette ville, tout en se lançant dans la compétition Moto, Casque Total en 71, Coupe Kawa en 73, Championnat de France de la Montagne .

Il entre (photo ouverture) chez Kawa France, à l’époque de la SIDEMM, recruté par Xavier Maugendre, en 1975, comme Inspecteur commercial pour l’Ouest de la France. Parmi les concessions dont il s’occupait, il y avait celle de Cherbourg « EURAC » dont le propriétaire Chris Waterman, était aussi un passionné de course et c’est comme cela que François prit le guidon de la 1000 Z1R préparée par Chris lors des 6 Heures de Coulommiers en octobre 1979. C’est là que j’ai eu la chance de faire sa connaissance.

Puis lors des 24 Heures du Mans 1980, François s’occupait des chronos et moi du panneau et c’est lui qui m’a initié à cette tâche, sachant qu’il ne pourrait pas suivre le team lors de toutes les courses surtout qu’il était devenu chef de produit.

En 1983, il quitte Kawasaki France et crée sa société Fairing dans le Sud de la France.
Il importe des accessoires moto tels que les fameux carénages Windjammer de Vetter.

En 1985, il travaille à l’importation des casques BELL en France.

Puis en 1987, il participe à la création de SHOEI France, sa connaissance de nombreux concessionnaires et les relations qu’il a pu nouer avec eux l’aident beaucoup dans sa tâche.

Cette connaissance lui sera à nouveau très utile quand il rejoint la nouvelle société TRIUMPH à partir de 1991, et sera l’un des artisans du renouveau de cette marque en France.

SUZUKI lui ouvre alors ses portes en 1995 comme Directeur commercial, poste qu’il occupera jusqu’en 2013 puis comme Conseiller senior jusqu’à son départ à la retraite en janvier 2014.

François en tirera un livre «Haï, Haï» sur ses expériences de travail avec les Japonais, livre très instructif dont je conseille la lecture.

François m’honorait de son amitié depuis 1979. C’était un ami fidèle, un homme de caractère, fidèle à ses engagements et à sa ligne de conduite. Nous nous retrouvions régulièrement lors des salons et sur les circuits où il se rendait dès qu’il en avait la possibilité.

La course a toujours été sa passion, en général freinée par ses employeurs !
Mettez François sur une moto avec d’autres et cela dégénérait souvent.

Je repense notamment à un essai presse qu’il avait organisé pour Suzuki et qui s’est transformé en baston et où François a fini avec la moto dans le décor !

Dans toutes ses fonctions, il s’est efforcé d’aider la compétition et les pilotes.

 

FRANCOIS ETERLÉ heureux de recevoir sa licence pour participer au prochain BOL D’ARGENT

 

Depuis sa retraite, il avait participé à plusieurs courses notamment en Promo senior et devait courir le prochain Bol d’Argent avec Alain Cottard. Il y a quelques jours, il nous avait annoncé l’obtention de sa licence 2018.

Depuis quelques mois, il était devenu grand père et en était très fier.

À sa femme Sylvie, à son fils Benoît et à toute sa famille, et au nom de toute l’équipe, j’adresse mes plus sincères condoléances.

François, tu laisses un grand vide.

 

Bruno LAURENT

 


FRANCOIS ETTERLE au GP de FRANCE-MOTO 2018-Photo-Bruno-LAURENT.

 

 

Moto Divers Nécrologie

About Author

gilles