AUTOLIB ? UNE RUPTURE DE CONTRAT QUI VA COÛTER CHER À HIDALGO !… ET AUX PARISIENS AUSSI !

 

 

 

Lamentable conclusion d’un véritable fiasco !

Depuis hier soir mardi 31 juillet 2018, a 23 Heures 59 minutes, AUTOLIB, c’est définitivement fini, terminé !

Conclusion d’une lamentable affaire, opposant le Groupe BOLLORÉ à la Maire de Paris, l’illuminée Anne HIDALGO, qui ne cesse d’accumuler les revers depuis un an, extrêmement bien raconté et relaté par notre sémillant Confrère Airi Routier dans l’excellent livre qu’il lui consacré et dont le titre est évocateur :

 

NOTRE DRAME DE PARIS…

 

AUTOLIB a vu le jour en 2011, sous l’ère du précédent maire de PARIS, Bertrand DELANOË, et a immédiatement connu un réel succès, séduisant rapidement 150.000 abonnés.

Mais au fil des ans, et malgré un indéniable service rendu et une clientéle séduite par ce nouveau mode de déplacement, le système AUTOLIB, n’est jamais parvenu à trouver son modèle économique, et des tensions se sont fait jour entre son créateur, le Groupe BOLLORÉ et la mairie de la capitale…

Tant et si bien que les élus du Syndicat Autolib’Vélib’ Métropole (SAVM) après des mois de bras de fer, ont finalement décidé de stopper le partenariat et de mettre fin au réseau AUTOLIB  à PARIS et sa proche banlieue et acté le 24 juin dernier, l’arrêt d’AUTOLIB, les petites voitures grises, parfois rouges et utilisées en autopartage à Paris et dans une centaine de communes de la région parisienne.

Sans se soucier le moins du monde des clients, de ses abonnés ! Autre scandale dans cette affaire…

Dans un récent entretien au ‘ JDD’  le Journal du Dimanche, Marie BOLLORÉ, directrice de la mobilité du groupe BOLLORÉ, confiait :

« Nous sommes en train de faire le calcul du montant que nous allons demander en septembre au syndicat mixte Autolib’ Vélib’, avec lequel nous étions sous contrat. Il prendra en compte les pertes que nous avons accumulées et les coûts de résiliation. Fin 2017, ces pertes représentaient 210 millions d’euros. Nous allons prendre 60 millions à notre charge. »

Et la fille de Vincent BOLLORÉ, précisait :

« Il nous restera donc à recouvrer 150 millions d’euros, auxquels vont s’additionner tous les contrats que l’on arrête, les coûts de départ des collaborateurs, les valeurs nettes comptables de biens, comme les bornes de charge. Cela se chiffre à environ 250 millions »

Sauf que la Maire de PARIS, Anne HIDALGO, ne le voit surement pas du tout du même œil et pas évident que le SAVM accepte de régler une telle somme…

Gros procès en vue !

Autres multiples problèmes :

Que vont devenir les voitures, les places réservées, les bornes électriques et le personnel ?

Il y avait 4.000 Bluecar, en circulation. Seules 500 d’entre elles devraient être affectées à d’autres villes, qui utilisent le service AUTOLIB comme Lyon, Bordeaux, ou même Turin, en Italie. Toutes les autres voitures vont par contre finir à la casse, mais après récupération des batteries. Lesquelles selon le quotidien ‘Le Figaro’ représenteraient entre 30 % et 50 % de la valeur des voitures électriques Bluecar !

Et que vont devenir les 3.244 places de stationnement réservées aux AUTOLIB ?

Selon ce qui se dit à la Mairie de PARIS, elles seront réservées aux Franciliens propriétaires d’un véhicule électrique ou utilisant un véhicule électrique en autopartage. Mais attention, les bornes électriques de chargement ne fonctionneront plus. La mairie souhaitant pouvoir les rendre à nouveau utilisables au début 2019. À voir !

Enfin, quelle va être la situation des salariés d’Autolib ?

Il y a 260 salariés dont le devenir n’est pas encore fixé. Ils vont devoir attendre plusieurs semaines avant de connaitre leurs avenirs et les conditions de leur départ.  Les syndicats ont obtenu un report de licenciement de deux mois, ce qui laisse à penser que la notification de licenciement ne devrait pas arriver avant début novembre, au lieu de fin août.

En conclusion, une chose est d’ores et déjà évidente, la rupture du contrat avec le groupe BOLLORÉ, va de toute façon coûter cher, très cher à la mairie de PARIS, plusieurs dizaines de millions d’euros

Et naturellement aux Parisiens !

Pas sûr que cela serve ‘NOTRE DRAME DE PARIS’, lors des prochaines élections municipales en 2020 !

Quand à mi-parcours, on dresse le bilan d’Anne HIDALGO, il est tout simplement catastrophique…

PARIS est selon les touristes, une ville sale, ce que l’on peut effectivement constater au quotidien!

PARIS et son périphérique sont désormais saturés en permanence depuis la fermeture des voies sur berge…

Et ne parlons pas des tunnels dans le XVIème Arrondissement, après la voie POMPIDOU et désormais à une seule voie – comprenne qui pourra – et qui bouchonnent tout l’Ouest Parisien, créant la aussi d’inextricables bouchons… augmentant naturellement la pollution !

Sans parler des ‘migrants’ qui errent et traînent Porte de la Chapelle. Dossier que la Maire de PARIS est incapable de bien traiter et gérer !

Si l’on y ajoute les ‘dossiers’ … VELIB et AUTOLIB, cela fait beaucoup et ouvre toute grande la porte au remplacement d’Anne HIDALGO, qui commence sérieusement à en agacer plus d’un… même au plus haut niveau de l’État !

 

 

François LEROUX

Photos : Groupe BOLLORÉ et AutoNewsInfo

 

 

Evenements Véhicules électriques

About Author

gilles