STÉPHANE LE BAIL : PROFESSION, TRACEUR DE PISTES EN RALLYE RAID !

 

 

 

Passionné du Dakar depuis sa plus tendre enfance – il est né le 17 Mai 1966 – le jeune  Stéphane découvre réellement l’univers de l’épreuve avec ses parents qui l’emmènent chaque 1er janvier à Paris où a Versailles, assister au départ des Paris Dakar d’antan, ceux qui se déroulaient en terre d’Afrique. Un souvenir indélébile pour le jeune garçon qu’il était…

Plus tard a 23 ans, il participe en août 1989 à l’occasion du Salon du 4×4 de Val d’Isére au Trophée des Champions, une compétition de karting tout-terrain organisée à l’époque par Didier Richard. C’est la que tout commence vraiment, que tout est parti très vite, suite à sa rencontre avec Jean da Silva, le Team Manager de l’équipe Mitsubishi Rally-Art.

Ce dernier lui offre de venir le rejoindre au sein du Team Nippon et de préparer le rallye de l’Atlas 1990 et les suivants.

 

STEPHANE LE BAIL, Le ‘ Doc’ es Road Book.

 

C’est avec cette épreuve que Stéphane commence a rédiger son tout premier road-book, tout en participant simultanément comme co pilote au Championnat de France des rallyes tout terrain avec le Team Santana.

Ensuite fin 1992, il fait la connaissance de Cyril Neveu lors du Jet Set Corsica raid, une course de jet ski autour de la Corse.

Le multiple vainqueur du Dakar lui propose à son tour de s’occuper de la rédaction des road books du Rallye de Tunisie. Tache qu’il accomplira pendant… dix-sept ans!

Parallèlement, Stéphane réalise son rêve de participer enfin au Dakar, car en 1995, il officie au sein de l’équipe JDB, l’entreprise qui s’occupait de la restauration, s’occupant de la navigation pour les camions transportant le fret et cela pendant trois éditions.

En tant que concurrent il découvre la course qu’est le Dakar grâce à Jean Paul Bosonnet, le responsable des camions chez Rally Art, en 2000. Lequel le prend comme navigateur pour l’un des Mercedes 6×6

Possédant un certain talent, il est recruté cette même année 2000 par Mitsubishi Rally Art pour naviguer le débutant Luc Alphand  en remplacement d’Arnaud Debron indisponible – au rallye de Dubaï, puis, il co pilote Jean Pierre Cassegrain, au Dakar.

Et ce tout en poursuivant chaque année l’écriture des road books pour les Tunisie et Maroc.

 

STEPHANE-LE-BAIL, fut aussi un excellent navigateur apprécié

 

En 2003, Stéphane connait la consécration, car il est retenu par la toute puissante FIA (Fédération Internationale Automobile) avec Pierre Lartigue – multiple lauréat des Paris-Dakar – comme équipage de la voiture ouvreuse de toutes les épreuves de la Coupe du Monde des rallyes raids (il en fera en tout 73 dans le monde entier et sur tous les continents) pendant une dizaine d’années

En plus, il rejoint ASO  grâce à Patrick Zaniroli pour chercher de nouveaux parcours, de nouvelles pistes en Afrique pour le Paris-Dakar et devient donc officiellement en cette même année 2005, ‘ Traceur de pistes ‘

 

STEPHANE-LE-BAIL-Repérage et trace d’une future spéciale

 

Au fil des ans, il est très demandé par les organisateurs, les Teams, les sponsors, les pilotes pour leur fournir toutes les précieuses informations, les petites ficelles ‘ comme ou ‘coupé ou pas‘  et réalise tous les bons road books de toutes les grandes épreuves (Dakar-Tunisie Maroc-Las Pampas-Portugal-Pharaons-Dubaï Desert Challenge-Qatar-Turquie-Master Transorientale et Silk Way

Du coup, lorsque Peugeot débarque en rallye raid, c’est tout naturellement à lui que Bruno Famin s’adresse pour fournir à l’équipe de Velizy, les précieuses infos sur les compétitions ou la firme Française va s’engager (Dakar-China Gran Raly-Silk Way et Maroc).

 

STEPHANE-LE-BAIL-Profession? Traceur de pistes, Mapman

 

Du coup, en plus d’écrire les road books, Stéphane devient ‘Monsieur Mapman’

Explications

Qu’est-ce qu’un  »MAPMAN » ?  En voile, il y a un routeur pour tracer la meilleure trajectoire des bateaux en course, sur les Rallyes Tout-Terrain, c’est le Mapman qui sert à préparer la navigation pour les copilotes.

Le Mapman travaille la trace, d’après le road book de l’étape, sur les cartes satellites. Il analyse chaque détail, affine et ajoute des caps, au degré près, améliore le road book en ajoutant des notes de sécurité — par exemple, des virages serrés non signalés après une grande ligne droite — et, parfois, vous donne une trace différente de celle du road book et qui vous fera gagner de précieuses secondes voire de précieuses minutes…

 

SILK-WAY-2018-STEPHANE LE-BAIL, au cours des reconnaissances.

 

Stéphane nous précise encore:

« En fait, diaprés le road book, chaque soir, je monte une trace sur les cartes satellites avec de puissants logiciels et j’analyse chaque mètre et détail de la trace et que je fournis aux co pilotes (points GPS, points WPS , WPM, WPC) ainsi que les caps au degré près en plus, je leur fourni un descriptif de l’étape du lendemain extrêmement détaillé et précis et les assiste dans leur préparation de leur navigation. Parfois comme avec Loeb et Elena, tous les trois, on analysait chaque soir la trace sur les cartes satellites dans la structure Peugeot.

 

SILK-WAY-2018-STEPHANE-LE-BAIL- La panoplie du traceur de Pistes MAPMAN!

 

Peugeot n’étant plus la maintenant, bon nombre de concurrents s’adressent à Stèphane (autos-motos- camions) pour bénéficier de son immense et incomparable expérience, lui qu’on nomme dans les bivouacs ‘ Mr Mapman, le traceur de pistes’

 

STÉPHANE-LE-BAIL-Toujours très apprécié des pilotes

 

Cette semaine en Russie sur le Silk way Rally, il nous a confié rédigé le road book quotidien pour les organisateurs et les concurrents et c’est lui qui a tracé l’itinéraire de tous les Silk Way, depuis le tout premier en 2009 !

« Cela se fait en trois déplacements d’une durée de trois mois, avec François Marcheix – un pilote de l’ombre qui aurait pu faire une grande carrière – lequel compte à son actif, plus de trente Paris-Dakar, sans compter, les autres rallyes raids, il a d’ailleurs fait partie des pilotes d’assistance des plus grandes équipes chez Mitsubishi Rally ART et chez Peugeot.

 

STÉPHANE-LE-BAIL et FRED LEQUIEN, le co-directeur du Rallye SILK WAY

 

Steph, enchaîne:

« Tout commence au bureau avant tout à Paris et à Moscou pour ce qui concerne le Silk Way. Il faut tout d’abord gérer les problèmes géo politiques, écologiques, archéologiques, zones militaires, espaces naturelles. A partir de là, on a dressé les éventuelles grandes lignes des futurs parcours. La seconde étape consiste à dénicher des régions et des pistes qui vont plaire et faire rêver. On les découvre sur la carte satellite mais surtout en faisant des reconnaissances et des voyages sur ces possible territoires.

Il faut aussi bien évidemment et naturellement tenir compte des interdictions de survol des avions ou hélicos, donc cela nécessite bien des rencontres avec les autorités.

Ce qui va donner naissance aux spéciales d’environ 400 km, c’est avant tout, le niveau de difficulté. Il faut également éviter la monotonie en mélangeant tous les types possibles de terrain :  sable, caillou, steppe, végétation, fesh fesh, montagne,  ce qui n’est pas franchement évident, vu l’immensité de la Russie.

 


SILK-WAY-2018-STÉPHANE LE-BAIL et son équipe en reconnaissances.

 

Une fois en ‘boite virtuelle ‘  Stéphane prend la piste avec son équipe de cinq personnes pour le Silk Way 2018, ils ont bourlingué pendant trois mois, à travers le sud Russie.

« On reçoit constamment partout un accueil chaleureux et exceptionnel, même au fin fond de la steppe dans de toutes petites fermes ou on est royalement bien reçu partout. En Russie, on sent bien que le sport automobile plait beaucoup!

Il poursuit :

« Sur le rallye, mon rôle chaque soir est de tenir un briefing avec les concurrents. Pendant la journée, je reste en communication avec les ouvreurs, tel Luc Alphand qui me donnent les infos sur l’état de la piste et éventuellement des modifications de tracés à apporter en fonction de la météo ou d’un imprévu comme des travaux depuis notre passage plusieurs semaines auparavant !

 

STÉPHANE-LE-BAIL, un véritable Globe-trotter

 

Le Silk Way une fois terminé fin juillet, Stéphane il repart déjà en Amérique du Sud, comme ‘Mapman’ pour des équipes officielles sur l’Atacama Rally au Chili en aout, puis il sera sur le Desafio Inca au Pérou

Ensuite, place au rallye du Maroc désormais aux mains du très expérimenté David Castera, avant de retourner au Pérou pour le Dakar 2019.

Au printemps 2019, retour en Russie pour le Road book avec de belle surprises à venir et d’autres pays visités, tels la Mongolie et le Kazakhstan.

 

Gilles GAIGNAULT

Photos : LASTWAY- SILK WAY et  AUTONEWSINFO 

 


SILK-WAY-2018-STEPHANE-LE-BAIL-Le-baroudeur-Mister-MAPMAN

 

STÉPHANE-LE-BAIL – Un réel savoir faire extrêmement apprécié à travers le monde du rallye-raid-

STEPHANE-LE-BAIL, sait tout, suit tout!

SILK-WAY-2018-STEPHANE-LE-BAIL, observe le terrain au cours des reconnaissances pour-établir le Road-Book


SILK-WAY-2018-STEPHANE-LE-BAIL-en-reco

SILK-WAY-2018-STÉPHANE-LE BAIL et son équipe en reconnaissance

 

Rallye-Raid Silk Way Rallye

About Author

gilles