SPA BIKERS’ CLASSICS 2018 : PASSION ET TRADITION SUR LE CIRCUIT DE FRANCORCHAMPS

 


SPA BIKERS 2018 Belle affluence de motos sur la piste-© Manfred GIET.

 

Lorsque l’équipe de DG SPORT s’est lancée dans la série des BIKERS’ CLASSICS à pas feutrés en 2013, les responsables ne se sont jamais imaginés que seize ans plus tard, leur épreuve deviendrait la référence Européenne dans la discipline des épreuves de motos classiques.

Certes, le site de Spa-Francorchamps n’est certainement pas étranger à cette réussite, mais à force d’œuvrer pour faire rêver les nombreux fans des deux et trois roues en faisant re-défiler d’anciennes gloires aux guidons de leurs engins qui leur ont permis de s’illustrer dans ce sport si particulier et spectaculaire, pour l’organisateur c’est un juste retour si le public répond par une présence de plus en plus nombreuse d’année en année.

 

SPA-BIKERS-2018-Image-insolite-avec-Stéphane-Mertens-qui-semble-avoir-un-passager-sur-sa-moto-©-Manfred-GIET-

 

Pour cette 16ème édition, le programme était articulé autour du passé et d’une époque plus contemporaine, avec entre autres des séries de la Classic Superbike Allemande, les 4 HEURES d’ENDURANCE avec comme vainqueurs les Britanniques John et Sam NEATE (Honda Magnum) le samedi et les Belges Gian MERTENS et Yves BOLLAERTS (Honda RC 30) le dimanche, le Belgian Classic GP avec une kyrielle de motos ayant fait partie du Continental Circus, le Super Bike A-XOC 30ème anniversaire, des épreuves TRIAL VINTAGE, une manche du SULTANS OF SPRINT avec de véritables déjantés et maîtres de l’accélération, où le vainqueur atteignait les 200 Km/h après 125 mètres! ainsi que le désormais célèbre LIFESTYLE VILLAGE et sa gamme habituelle de constructeurs et vendeurs d’accessoires.

Cependant, cette année la branche des side-caristes tenait le haut du pavé avec quelques authentiques Champions toujours en pleine forme malgré leur âge avancé pour ne pas dire certain.

 


SPA-BIKERS-2018- Andreas HUBER et Werner SCHWÄRZEL©-Manfred-GIET

 

Nous avons pu nous entretenir avec l’ancien Champion du Monde allemand de la discipline en 1982, Werner SCHWÄTZEL, qui habite à Lahr en Forêt Noire à 10 Km de la frontière Française, qui deviendra septuagénaire le 9 septembre prochain et qui est toujours preneur pour ce type d’évènement.

« Pour moi c’est toujours un réel plaisir de pouvoir participer à de telles épreuves où l’on se retrouve avec quelques anciens de la discipline et qui plus est, c’est ici que j’ai débuté en Championnat du Monde Side Car il y a 45 ans ! »

Ajoutant:

« Evidemment, le Spa de l’époque n’a plus rien en commun avec le Spa actuel. En 1973, le grand Spa, ou plutôt Francorchamps, faisait partie des circuits aimés et craints à la fois. Mais à cette époque, j’avais 25 ans, peur de rien et par conséquent je ne me rendais pas compte de la dangerosité du tracé Ardennais. »

Et, poursuivant:

« ce n’est que il y a quelques années, lorsque j’ai effectué un tour de l’ancien grand circuit de 14 Km 140 à vitesse normale que je me suis réellement rendu compte de sa dangerosité. Car à l’époque, on frôlait des petits murets, des fossés et des arbres car des glissières il n’y en avait pas encore! On était tous un peu fous quelque part, compte tenu des vitesses atteintes. »

Parlant en mimant avec sa main le couteau sur la gorge.

Et Warner d’enchaîner:

« Mais c’était pour moi une magnifique époque malgré tous les dangers car ce sport et les Grands Prix Motos en général, n’étaient pas professionnalisés comme maintenant. De ce temps-là, un team privé pouvait encore tirer son épingle du jeu face aux teams d’usine ce qui n’est plus le cas actuellement, où tout est fonction de budget.»

Et de préciser encore:

« A 23 ans j’ai conçu et construit moi-même ma première moto side-car avec laquelle je roule ici à Spa aujourd’hui »

Avant de fièrement lâcher:

« A cette époque, je crois fermement que nous étions plus motivés que la jeunesse actuelle et parmi laquelle beaucoup croient tout acquit. Ma mère à 89 ans me disait souvent que le monde changeait continuellement mais pas toujours en bien. Et je pense qu’elle avait raison. Il suffit de faire un tour d’horizon dans les grandes disciplines sportives attirées par les médias pour se rendre compte que c’est l’aspect financier qui prime avant tout. Malheureusement!»

Et il concluait:

« Je reste persuadé que le Moto GP, une discipline extrêmement spectaculaire et possédant un taux d’audience considérable perdra de son aura dans le futur parce que l’on va techniquement  trop loin au détriment d’autres aspects qui ont donné à ce sport toutes ses lettres de noblesse au cours des dernières décennies. C’est malheureusement aussi le cas dans d’autres disciplines sportives qui poussées par le seul critère financier vont finir par lasser le spectateur lambda. Pour suivre les sports les plus prisés à l’avenir via les réseaux télévisés, il faudra s’armer d’abonnements parfois coûteux pour arriver à ses fins sans parler du prix des tickets d’entrées pour suivre son sport favori en live. »

 

SPA-BIKERS-2018- GP de-Belgique Motos 1953 à Francorchamps- Side-Cars il y a 65 ans ©Collection-privée-Manfred-GIET.

 

QUELQUES CHIFFRES SUR SA CARRIÈRE

 

Entre 1973 et 1985 en tant que pilote de Side Car en GP Moto, il a eu comme équipiers, souvent désignés comme « singes » Karl-Heinz KLEIS, Andreas HUBER et Fritz BECK et il termina vice-champion du monde de la discipline à six reprises avant de remporter le titre suprême en 1982.

Il a utilisé des moteurs KÖNIG de bateau et en 1974 en remportant le GP d’Allemagne, il permit à un moteur deux temps de remporter sa première victoire en Championnat du Monde.

En 1985 il participa pour la dernière fois au Championnat du Monde d’attelage Moto avec comme équipier Fritz BUCK et il termina vice-champion à égalité de points avec l’équipage Néerlandais STREUER-SCHNIEDERS.

Il se consacra ensuite comme préparateur de moteurs de course dans le domaine de la moto et a été le préparateur officiel durant plusieurs années du vice-champion du Monde de Motocross, Pit BEIRER.

A l’occasion de cette mise à l’honneur des side-caristes à Spa-Francorchamps dans le cadre de cette 16èeme édition des SPA-BIKERS’CLASSICS, il était accompagné de son fidèle équipier Andreas HUBER.

 

 Manfred GIET

Photos : Publiracing Agency

SPA-BIKERS-2018-Ces motos insolites atteignaient des accélérations foudroyantes en atteignant jusqu’à 200 Km/h après 125-mètres – L’échappement servait de vase après le podium-©-Manfred-GIET-


SPA-BIKERS-2018-Vue aux Spa-Bikers-Classics de la dernière création du constructeur Belge KRUGGER qui compte Valentino Rossi parmi ses clients-©-Manfred-GIET


SPA-BIKERS-2018-Un échappement moto peut-être artistique-©-Manfred-GIET.

SPA BIKERS 2018 – Échappement de side-car coloré par la chaleur-© Manfred GIET-

 

Moto Moto Historique

About Author

gilles