FORMULE e : JAMES ROSSITER, PILOTE DE DÉVELOPPEMENT DE TECHEETAH

 

 

Dans deux semaines, Jean-Eric Vergne offrira très probablement le titre 2017-2018 de Formule e à Techeetah. Mais l’équipe a déjà le regard braqué sur la prochaine saison. Les effectifs seront renforcés avec le recrutement de James Rossiter comme pilote d’essai.

 

L’an prochain, la Formule e inaugurera une nouvelle voiture, une première depuis la création de la série. L’implication des constructeurs va aller crescendo. Dans ce contexte, la difficulté devrait augmenter d’un cran.

Jusqu’ici alliée à Virgin, DS fera de Techeetah son écurie officielle en 2018-2019. Jean-Eric Vergne, qui devrait être titré et son actuel équipier, André Lotterer ont déjà déverminé la DS E-Tense FE 19.

Dans le but de consolider sa structure, Techeetah s’est doté d’un pilote de développement: James Rossiter, alors que l’on attendait Zhou Guan Yu.

L’avantage de Rossiter, c’est son expérience. Il fut pilote d’essai Honda F1, puis Force India pendant six ans. Côté Formule e, Rossiter était présent à l’automne dernier, à Valence, avec Venturi. Puis cet hiver, il était au test collectif de Marrakech, avec Techeetah. C’est le plus expérimenté des pilotes de Formule e, à n’avoir jamais disputé d’ePrix!

En tout cas, le cas échéant, il serait largement capable de remplacer l’un des titulaire au pied-levé.

Après, à 34 ans, Rossiter n’est pas vraiment un jeune premier. Bon pilote de F3, il n’avait pas su transformer l’essai en FR 3.5. Il n’a pas laissé de souvenirs impérissables en mondial d’endurance WEC.

Il y a ensuite eu l’exil Japonais. Mais cela fait quelques temps qu’on ne l’a pas vu sur un podium, en Super Formula, comme en Super GT.

Ce n’est pas un nom capable de mobiliser les spectateurs. Et à son insu, il représente une tendance de la Formule e. Lorsque la Formule e était apparu, en 2014, c’était un club d’exclus de la F1!

Ils étaient là faute de mieux, d’ailleurs, beaucoup partirent à la première occasion. C’était la Formule e des has been. Aujourd’hui, on voit arriver d’autres trentenaires. Des pilotes qui n’ont pas réussi à percer en DTM ou en endurance et se rabattent sur la Formule e.

C’est la Formule e des never been. Ce manque de stars est un problème pour la discipline. Il y a bien eu des « jeunes », davantage motivés par la Formule e.

Hélas, les Tom Blomqvist, Alexander Sims et autres Michael Benyahia ont été complètement à l’arrêt. Quant à Felix Rosenqvist, il vise désormais l’Indycar…

Seul au fond, Jean Eric Vergne, Lucas di Grassi et Sébastien Buemi ont brillé ces dernières années…

 

Joest Jonathan OUAKNINE

Photo : TECHEETAH

Formule E Monoplaces

About Author

JOEST JONATHAN OUAKNINE