LA NOUVELLE PEUGEOT 508, UNE SUPERBE BERLINE ÉLÉGANTE ET RACÉE !

 

 

L’arrivée d’une nouvelle Peugeot sur le marché est toujours attendue, ne serait-ce que par la certitude d’un plaisir de conduire qui aurait tendance à disparaître du paysage automobile.

La nouvelle 508, fleuron et vaisseau amiral de la marque Sochalienne, redonne vie à ce qu’on peut appeler « la belle » berline, élégante et racée.

Saluons la démarche de Peugeot, même si ce n’est pas que de la philanthropie. En effet, avec l’arrivée des nouvelles normes de calcul des consommations et émissions – le cycle WLTP censé être plus proche de la réalité – les SUV seront dans le collimateur en raison de leur poids plus élevé, de leur aérodynamisme moins favorable, de leurs grandes et larges roues.

En bref, Peugeot se dote d’une arme redoutable pour l’après SUV…

 

PEUGEOT_508 Un profil élancé.

 

Tout d’abord, cette 508 est tout simplement belle, avec une allure générale très fine, au design épuré, sans fioriture. Si la face avant est très typée Peugeot, avec la calandre verticale apparue sur 3008, et depuis reprise sur toute la gamme, la poupe est, quant à elle, unique, propre à la 508, même si les feux laissent apparaitre les fameuses griffes du lion que l’on retrouve sur les autres modèles.

Cette poupe est, osons le dire, la plus belle aujourd’hui de la planète automobile, magnifique de sobriété. L’intégration des feux, le dessin général, le pare-chocs, la finesse du couvercle de malle (le hayon en fait), zéro faute de goût. Bravo. De plus, les épaulements et le galbe des ailes arrière assoient véritablement le train arrière, lui donnant une impression de force tranquille et de stabilité.

Ajouté à cela, la hauteur réduite, façon coupé 4 portes, les portes sans montants, nous sommes en présence d’une auto qui n’est en rien ostentatoire, simplement belle, élégante et racée.

 

PEUGEOT_508-Sièges-avant-cuir-et-alcantara.

 

À l’intérieur, à l’avant comme à l’arrière, cela fleure bon la qualité. Le design des sièges, cuir du meilleur effet sur notre voiture d’essai, et l’habillage du pavillon en noir confirment l’impression de cocon, on s’y sent bien… Enfin si on est à l’avant, car à l’arrière, si on mesure plus de 1,75 m, on sert d’arceau de sécurité… la tête touchant le pavillon. Pas vraiment agréable malgré l’excellent confort des sièges.

D’emblée, une grande partie des actuels clients 508, les chauffeurs de taxi et autres VTC, seront dans l’obligation de passer à autre chose, peut-être au futur break qui sera présenté au Mondial de l’Auto fin septembre prochain.

Mais chez Peugeot, on vise davantage une clientèle de cadres et dirigeants d’entreprises, voire de jeunes retraités, sensibles au design et moins attaché à l’habitabilité.

Un pari, pas si fou que ça d’ailleurs, puisque la montée en gamme de Peugeot doit s’accompagner d’une évolution de ses cibles.

 

PEUGEOT508 – Beau design de la planche de bord

 

La planche de bord illustre également la volonté de montée en gamme, le design général, les matériaux utilisés (cuir et bois notamment), la console centrale, tout respire la qualité. Le fameux i- cockpit et son petit volant procurent une impression visuelle très valorisante, et donne envie de s’installer à bord, irrésistiblement.

Les réglages électriques du siège conducteur facilitent l’installation, et on trouve très rapidement une position de conduite parfaite, siège bas et volant haut, en ce qui nous concerne, façon DTM selon les dires de certains confrères… Le volant tombe parfaitement sous les mains, son petit diamètre surprend dans une telle berline, mais c’est maintenant devenu la signature de Peugeot.

Donc…

Réglage des rétroviseurs extérieurs et intérieurs, la vision périphérique est bonne, et malgré l’inclinaison de la lunette arrière, la rétrovision est tout à fait satisfaisante.

Que de bons points!

 

PEUGEOT508 – Levier de vitesse simplissime.

 

Le petit levier de vitesse, ou plutôt le sélectionneur de la boite auto pour les positions P, R, N et D, est enfantin dans son emploi, les palettes de montée et descente des rapports bien positionnés de part et d’autre du volant, et comme à l’accoutumée chez Peugeot, elles sont fixes, c’est-à-dire sur la colonne de direction et non sur le volant comme on le voit malheureusement trop souvent.

Au risque de se répéter, pour une voiture de tourisme, les palettes doivent être fixes.

 

PEUGEOT_508 Commandes au volant et palettes fixes

 

Imagine-t-on les commandes des clignotants, des essuie-glaces, des feux, bouger en même temps que le volant ?

Merci Peugeot.

Mais, car il y a un mais, une fois installé au volant, prêt à partir, catastrophe!

Les tachymètres et autres compte-tours sont invisibles, cachés par le volant. Le fameux i-cockpit a encore frappé…

C’était déjà le cas sur 208, 2008, 308, 3008, 5008. Peugeot s’obstine à vouloir révolutionner le tableau de bord de ces voitures, mais force est de constater que si le design est réussi, l’ergonomie est loupée!

M’en inquiétant auprès d’une des responsables du style intérieur, il m’a été fort gentiment répondu que les conducteurs doivent s’adapter au i-cockpit, et non l’inverse (sic) !!!

Revenons à notre 508 du jour, et place à l’essai sur route avec la 508 PureTech 225 SS EAT8.

Il s’agit donc d’une version essence 1,6 litre développant 225 ch, équipée du Start & Stop et d’une boite de vitesses automatique à 8 rapports.

Immédiatement, la douceur de la boite et des commandes surprend. Pour sortir de Monaco, dans la circulation et l’autoroute bondée et majoritairement limité à 90 km/h, la 508 procure un réel agrément, avec une grande impression de quiétude : peu de bruit, douceur de la transmission, filtration de la suspension, excellent premier contact.

Après avoir rejoint Nice par l’autoroute, place aux routes de l’arrière-pays, réputées pour être tortueuses à souhait…

Le châssis de la 508 devrait y faire merveille. Et il s’y révèle même exceptionnel d’efficacité, de précision, de sportivité… et de confort.

Bien aidé par une très bonne boite de vitesses auto à 8 rapports – excellente est un terme réservé à la boite auto ZF à 8 rapports que l’on retrouve chez BMW, Jaguar et Land-Rover! – le petit 1.6 de 225 ch, s’acquitte fort bien de sa tâche, même si les qualités dynamiques de la 508 pourraient sans problème digérer au moins 100 chevaux de plus.

Cette 508 pousse très loin les qualités de sa suspension et de son amortissement, le roulis est parfaitement maitrisé, la plongée au freinage limitée, les réactions au lever de pied en courbe sont saines et progressives.

Très agile dans les virages serrés et très stable en courbe rapide, que demander de plus. Que du bonheur! Et le tout en gardant un bon débattement de suspension garantissant un excellent confort, même à rythme soutenu.

Bien assis, le (trop !) petit volant dans les mains, le plaisir est total mais il serait bon de pouvoir voir la vitesse à laquelle se déplace l’engin.

PEUGEOT_508 i-cockpit dans le catalogue

PEUGEOT 508  i- Cockpit dans la vraie vie.  

Sacré i-cockpit !

 

Cela dit, cette 508 marque une nouvelle page pour les berlines Peugeot, celle du réel « access premium ». Il ne lui manque pas grand-chose pour rivaliser avec les meilleures allemandes!

Une finition encore plus aboutie et des motorisations plus nobles. Il est dommage de mettre au sommet de la gamme Peugeot, un moteur 1.6 de 225 ch car si les performances sont correctes et l’agrément certain, cela manque un peu de prestige, cela ne fait pas rêver!

La 508 mérite au moins la mécanique de la 308 GTI by Peugeot Sport…

Pour ce qui est du comportement, du confort et du plaisir de conduite, la 508 est au-dessus du panier, égale voire mieux que certaines premiums.

Alors Carlos Tavarès, encore un petit effort, un vrai moteur et un tableau de bord visible et cette 508 aura droit à …toutes les ambitions !

 

Gilles VIRMOUX

Photos : AutoNewsInfo

 

PEUGEOT_508 en dynamique.

 

On a aimé

– La ligne générale

– Le design de l’arrière

– Le comportement routier

– L’agrément et le confort

– L’équipement de la version essayée

 

On a moins aimé

– Le i-cockpit

– Le trop petit volant

– La face avant et les DRL (Day Running Light) ou feux de jour.

 

PEUGEOT_508 Dans son élément, les virages.

Peugeot 508 PureTech 225 EAT8 en bref :

 

– Moteur 4 cylindres essence

– Turbocompressé

– 225ch (165 kW) à 5.500 tr/mn

– 300 Nm à 1.900 tr/mn

– Dimensions : Lxlxh en mm : 4750 x 1859 x 1403

– Poids : 1.420 kg

Prix de la 508 PureTech 225 EAT8 First Edition essayée : 48.750 € TTC

 

 

Constructeurs Essais Peugeot

About Author

gilles