LE TEAM AMÉRICAIN ANDRETTI CANDIDAT AU RACHAT EN F1, DE L’ÉCURIE FORCE INDIA EN GRANDES DIFFICULTÉS…

 

 

Logo du Team ANDRETTI-Autosport

 

La visite de Michael Andretti au GP du Canada, ainsi que sa rencontre avec Zak Brown, le patron de l’équipe McLaren de F1 et Fernando Alonso, avec qui il a partagé, l’expérience excitante de sa venue aux 500  miles d’Indianapolis en mai 2017, semblerait avoir eu aussi d’autres motifs…

 

INDIANAPOLIS-2017-FERNANDO-ALONSO-McLAREN-HONDA-Team-ANDRETTI.

 

Le fils du légendaire Mario Andretti , ancien brillant pilote aux USA en monoplace du Championnat CART devenu Indycar mais qui fut aussi sacré Champion du monde de Formule 1 en 1978 au volant d’une Lotus F1 avant de lancer sa propre équipe, le Team Andretti Autosports, que dirige désormais son fils, s’intéresse selon nos sources aux USA, de plus en plus au Championnat du Monde de Formule 1.

 

MICHAEL-ANDRETTI.

 

On a effectivement appris en ce début de semaine avant le GP de France de F1, qu’Andretti, accompagné du Président de son entreprise, JF Thormann, et de Pieter Rossi – le père du pilote Alexander Rossi, vu en GP F1 et victorieux de l’Indy 500 en 2016 – s’était en effet bien déplacé à Montréal aux yeux de tous, y rencontrant les dirigeants de Liberty Media et ce ce afin de discuter de la possibilité d’acquérir l’équipe Force India, qui vit une saison extrêmement compliqué, à la suite des déboires judiciaires de son créateur et propriétaire Vijay Mallya.

 

F1- VIJAY MALLYA

 

Le rachat par le Team Andretti Autosports, sauverait de la faillite, l’écurie Indienne, en proie au fil des GP à de grandes difficultés financières…

Ce qui explique les médiocres performances cette saison des deux Force India-Mercedes, comparé aux excellents résultats obtenus en 2017, par ses deux pilotes, le chevronné Mexicain Sergio Pérez et le débutant – l’an passé et rookie – le jeune espoir Français Esteban Ocon!

 


F1-2018-MONACO-La-FORCE-INDIA-MERCEDES-de-ESTEBAN-OCON

 

D’où l’intervention de Liberty Média, le nouveau propriétaire, lui, de la F1, qui ne peut perdre deux monoplaces, la grille étant déjà bien maigre avec seulement vingt voitures, comparé à l’âge d’or de la F1, laquelle pouvait compter au minimum sur vingt-six autos, dans les années 90, période où on eut droit jusqu’à … quarante monoplaces, avec des séances de… pré-qualifications à… sept heures du matin!!!!

 

Gilles GAIGNAULT

Photos : INDYCAR et TEAMS

 

 

Rob ARNOTT et Gilles-GAIGNAULT- Atelier-ANDRETTI-Autosport- Photo: Andy CARVER

Evenements F1

About Author

gilles