FERNANDO ALONSO : « DOMMAGE QUE LES 24 HEURES NE SE DISPUTENT PAS TOUTES LES 2 OU 3 SEMAINES »

 

 


24 HEURES du MANS-2014-Alonso sur la passerelle de Direction de Course avec le drapeau tricolore aux côtés du Directeur de Course, Daniel POISSENOT – Photo-Patrick-Martinoli-

 

Pilote de monoplace, Fernando Alonso, avait découvert le Mans, il y a quatre ans, en juin 2014, lorsqu’il avait été invité à donner le départ, comme son compatriote le tennisman Rafael Nadal, cette année.

Premier indice visible, d’un intérêt certain pour les 24 Heures du Mans…

L’ambiance formidable autour de la course, lui avait bien plu et à l’époque, l’Espagnol bien que spécialiste des GP, avait donc laissé entendre qu’un jour, il aimerait bien rouler aux 24 Heures!

 

ALONSO vise la Triple Couronne -Dessin de Pierrick CHAZEAUD

 

Ce désir, ce souhait, avait à l’époque était largement commenté  dans les medias et ce d’autant plus que fin 2016, lorsqu’il annonça son intention de s’engager aux 500 miles d’Indianapolis des 2017, Fernando avait précisé qu’il se verrait bien se fixer un énorme objectif, décrocher la triple couronne, celle qui réunit un titre mondial en F1, la victoire à l’Indy 500 et également un succès au Mans.

Et que seul l’inoubliable et regretté Champion Britannique, qu’était Graham Hill, détient!

Du coup, chez Toyota, on s’organisa pour lui proposer le défi de vaincre aux 24 Heures et de rejoindre l’écurie Japonaise.

 

 

 

Possédant pour la saison 2017, outre son contrat en F1 avec le Team McLaren, un engagement pour les 500 miles, épreuve qu’il découvrait un mois avant l’épreuve pour ses premiers tours de roues sur l’ovale de l’Indiana, le 3 mai 2017, il lui fut impossible d’activer l’offre, repoussant la proposition à plus tard…

Devant outre son calendrier des vingt GP de F1, consacrer beaucoup de temps à son projet ‘ Indy 500’, et à la longue préparation de la course qui dure tout le mois de mai, Alonso repoussa à plus tard, son rêve de s’aligner au Mans.

 


INDIANAPOLIS-2017-FERNANDO-ALONSO

 

Brillant pour ses débuts sur l’ovale de l’Indiana  mais malheureusement victime de soucis et pépins mécaniques, Fernando a dû se rendre à l’évidence, et reprendre le chemin des Grands Prix. Se rendant compte qu’il lui fallait énormément rouler pour bien s’adapter au pilotage si particulier qu’est la conduite en Indycar sur les ovales

Au cours de l’hiver, très exactement le dimanche 19 novembre Alonso fut convié et invité par Toyota pour participer à la journée test le dimanche 19 novembre, au lendemain de l’épreuve finale du Championnat du monde d’endurance WEC, organisée sur le piste du circuit de Sakhir, dans l’Île de Bahreïn, le  novembre 2017

 

WEC-2017 BAHREIN-Test-dimanche-19-novembre-Équipe-TOYOTA-Fernando-ALONSO

 

Emballé par ce test au volant de la Toyota TS050 Hybrid, Alonso qui possédait l’accord de son Team F1, l’équipe McLaren, pour s’engager dans cet éventuel possible deuxième programme, se mi rapidement d’accord avec les dirigeants de l’écurie d’endurance du Toyota Gazoo.

 

WEC-2018-PORTIMO-20 février-Fernando-ALONSO-avec-ses-équipiers-du-Team-TOYOTA

 

Et rapidement outre son calendrier F1, l’ancien double Champion du monde de Formule 1, a commencé à suivre le programme endurance concocté par Toyota et à rejoindre pour de multiples séances d’essais d’avant-saison, ses nouveaux équipiers, le Suisse Sébastien Buemi et le Japonais Kazuki Nakajima, ayant entre-temps décidé de ne pas disputer seulement les 24 Heures du Mans mais bel et bien la totalité des manches du mondial WEC !

Un menu de fou… le contraignant à asse sa vie cette année dans les avions entre la F1 et le WEC

 

WEC-2018-SPA-Le-podium-avec-les-vainqueurs-de-lequipe-TOYOTA-avec-ALONSO

 

Rapidement intégré et très à l’aise au volant de sa Toyota, Fernando Alonso débutait sa saison d’endurance par une première victoire lors de la manche d’ouverture du calendrier 2018/ 2019 de la Supersaison WEC, prouvant et démontrant aux plus sceptiques qu’il avait vite assimilé le pilotage de son prototype Toyota Hybrid

 

24-HEURES-du-MANS-2018-La-TOYOTA-TS050-Hybrid-de-FERNANDO-ALONSO

 

Débarquant en Sarthe début juin, à l’occasion de la journée test des essais préliminaires de 24 Heures du Mans, Fernando Alonso allait à nouveau étonner, signant alors qu’il découvrait la piste du grand Circuit du Mans et ses 13 kilomètres 565, le temps de référence de la première session le dimanche 3 juin en matinée signant un excellent chrono de 3’21.468

 


24 HEURES du MANS 2018 La TOYOTA N°8 de FERNANDO ALONSO
– Photo ROLEX.

 

Avant de récidiver l’après-midi, tournant encore plus vite, bouclant cette fois son meilleur tour en 3’19.066 pour la plus grande satisfaction de tous les membres du Team Toyota Gazzo et aussi bien évidement de ses deux équipiers Buemi et Nakajima, en quête d’une première victoire Sarthoise le 17 juin.

La suite ?

On la connait désormais…

 

24-H-du-Mans-2018-BUEMI, ALONSO et NAKAJIMA- TOYOTA N°8-photo-Thierry-COULIBALY

 

Bien épaulé par ses deux partenaires, ce dimanche 17 juin 2018, Fernando Alonso est entré dans l’histoire du Mans, en gagnant dès sa toute première participation les 24 Heures du Mans, offrant aussi et surtout à la firme Toyota son premier succès en Sarthe que Toyota attendait depuis… VINGT ANS !

 

Arrivée des 24 H du Mans 2018 TOYOTA TS 050 Hybrid N°8 Photos Thierry COULIBALY.

 

Et c’est un Alonso détendu et serein visiblement extrêmement ému qui, en compagnie de ses deux équipiers, Buemi et Nakajima, grimpaient sur la plus haute marche du podium, après avoir préalablement déjà grimpé sur le toit de la N°8 victorieuse afin de saluer la foule qui l’ovationnait lui et ses équipiers !

 

Pesage 24 H du Mans 2018 BR FERNANDO ALONSO pilote de la TOYOTA N°8 photo Thierry COULIBALY

 

Parvenu en conférence de presse d’aprés course, il lâchait tout souriant :

« C’est dommage que les 24 Heures du Mans n’arrivent qu’une fois par an, ils devraient organiser ça toutes les 2 ou 3 semaines ».

Propos qui en disent long sur son amour pour le Mans et sa formidable motivation.

Avant d’indiquer :

« Je suis encore sous le choc. La course a été très stressante car les dernières heures ont vraiment été plutôt intenses. On l’a fait et maintenant, on va enfin pouvoir souffler. Je me suis senti bien dans les relais de nuit, adoptant le bon rythme car les conditions convenaient bien à mon style de pilotage. »

Un peu plus tard, il nous confiait :

« J’ai essayé d’apprendre le circuit le plus vite possible dès le 3 juin »

Et de nous préciser :

« Vous savez piloter de nuit n’a rien d’exceptionnel c’est comme conduire en plein jour. La nuit à cette saison est d’ailleurs courte. »

Avant d’ajouter et de préciser :

«  Le plus pénalisant c’est d’éviter en permanence d’être gêné dans le trafic, au milieu des GT moins rapides et qui font leurs courses. Il faut donc absolument rester concentré et loin des dangers possibles qui guettent »

Et Fernando enchaînait :

« Chaque tour est différent. Vous pouvez rouler longtemps seul, puis subitement ensuite vous retrouver engluer dans des pelotons. C’est loin, très loin de la monotonie des Grands Prix de F1. »

Et il ajoutait encore :

«  Franchement cette course s’est révélée un peu plus facile que je me l’imaginais en débarquant au Mans. Et vous savez ces 24 Heures, c’est un peu comme si vous disputiez l’équivalent de seize GP non-stop en 24 Heures. D’ailleurs lors de chacun de mes relais, c’était un peu comme si je disputais deux GP non-stop. Et en Formule 1, on dispose de deux semaines pour se reposer, alors qu’ici au Mans de … quatre heures maximum.

Et Fernando Alonso concluait :

« C’est vraiment la course la plus dure du monde pour le matériel, la voiture, le staff technique, les mécaniciens, le moteur et naturellement pour nous les pilotes, sachant que vous devez aussi compter sur le facteur chance au beau milieu du trafic permanent. La se situe le réel et vrai danger. Gagner ne dépend pas que de vous. Finalement, vous vous battez contre la course elle-même. »

 

24 Heures du Mans 2018 -La joie des pilotes de la TOYOTA TS 050 Hybrid N°8 Photos Thierry COULIBALY

 

Deux courses déjà au compteur en endurance cette année, Spa et Le Mans et déjà… deux victoires!

Franchement Fernando Alonso a bien eu raison de s’intéresser au monde de l’endurance, lui, dont il se murmure qu’en 2019, il abandonnerait l’univers de la Formule 1, pour se lancer outre Le Mans qui figurerait à nouveau sur son agenda,  un nouveau défi, participer à la totalité du Championnat de monoplaces Américain de l’Indycar avec son épreuve-phare, les 500 Miles à Indy et ce avec … l’Équipe McLaren !

 

Gilles GAIGNAULT

Photos : Thierry COULIBALY et ROLEX

 

Arrivée des 24 H du Mans 2018 TOYOTA TS 050 Hybrid N°8 Photos Thierry COULIBALY

Arrivée des 24 H du Mans 2018 TOYOTA TS 050 Hybrid N°8 Photos Thierry COULIBALY

 

24 Heures du Mans 2018 -La joie des pilotes de la TOYOTA TS 050 Hybrid N°8 Photos Thierry COULIBALY

24-H-du-Mans-2018- Les vainqueurs de la TOYOTA-TS-050-Hybrid-N°8 laissent éclater leurs bonheurs Photos-Thierry-COULIBALY

24 Heures du Mans Endurance

About Author

gilles