TOYOTA AVEC ALONSO ET SES ÉQUIPIERS BUEMI ET NAKAJIMA, REMPORTE ENFIN LES 24 HEURES DU MANS

 

24 HEURES du-MANS 2018- La TOYOTA TS-050 Hybrid N°8 file vers la victoirePhotos-Thierry-COULIBALY-

 

 

PARI RÉUSSI  TOYOTA A GAGNÉ  LES 24 HEURES DU MANS

 

Victorieuse enfin des 24 Heures du Mans, l’équipe Japonaise Toyota devient ainsi la seconde marque Nippone à triompher au Mans, après le 1er succès décroché dans l’épreuve Sarthoise, par la firme Mazda, le dimanche 23 juin 1991, avec sa Mazda 787 B à moteur rotatif et que pilotaient à l’époque le trio formé du franco-belge Bertrand Gachot, du Britannique Johnny Herbert et de l’Allemand Wolker Weidler.

Lesquels l’avaient incroyablement emportés en devançant la grande équipe pourtant ultra favorite, l’écurie Jaguar que manageait le regretté Tom Walkinshaw, dont les trois XJR 12 furent battus, s’offrant un triplé certes, mais ne terminant qu’au seconde, troisième et quatrième places, classées à deux, quatre et six tours !

 

24 Heures du Mans 2018-  La TOYOTA TS-050-HybriD N°8- Photos-Thierry-COULIBALY-

 

Grandissimes favorites cette année et ce après le double retrait ces deux dernières saisons et des Audi et des Porsche, l’équipe TOYOTA Gazoo, n’a pas failli…

Pas de véritable concurrence, cette année, peut être mais qu’il nous soit permis tout de même de rappeler que Porsche autrefois, puis Audi ensuite, ont souvent gagné, sans réelle opposition !

Malgré tout, ils sont TOYOTA dans les temps du record de la distance couverte aux 24 Heures du Mans (5.410,713 kilomètres), lequel est actuellement détenu par l’AUDI R15+ TDI N°9, que pilotaient le Français Romain Dumas, et les Allemands Timo Berhard et Mike Rockenfeller, lors de l’édition 2010!

Et deux ans après avoir entrevu une possible victoire qui lui avait échappé à l’amorce …du 384ème et dernier tour et qu’elle attendait depuis sa première venue et participation au Mans en juin 1985, associé à l’équipe DOME, TOYOTA, ce dimanche 17 juin 2018, enfin franchit cette ligne d’arrivée et ce drapeau à damier, en grand vainqueur !

 

 

24 Heures du Mans-2018-Sébastien BUEMI, Fernando ALONSO et Kazuki NAKAJIMA, les vainqueurs au volant de la TOYOTA-N°8-photo-Thierry-COULIBALY

 

AVEC FERNANDO ALONSO… VINGT CŒUR !

 

Et avec son pilote ‘ vedette’ victorieux,  pilote fétiche qui aura au final, sacrément porté chance au Team Gazoo, lui, qui dès sa… PREMIÈRE participation, l’immense CHAMPION, qu’est l’Espagnol Fernando Alonso, ancien double CHAMPION du Monde de F1 et qui triomphe avec ses deux équipiers, le Suisse Sébastien Buemi et le Japonais Kazuki Nakajima, qui l’emportent au volant de la N°8.

Buemi dont le meilleur classement ici au Mans en six participations depuis 2012, restait jusqu’à ce dimanche, une seconde place en 2013, cependant que Nakajima, qui lui aussi en six présences, s’était classé lui quatrième cette année-là !

Vingt CŒUR ?

Puisqu’il s’agissait de la vingtième tentative de TOYOTA  au Mans avec la présence de ce fabuleux Champion au Grand CŒUR,  spontané, sympathique, formidablement disponible pour les fans une semaine durant, signant même des autographes en pleine nuit, et entre deux relais, acceptant également de poser pour des selfies…

Preuve que ce garçon à 39 ans déborde de passion pour son métier et qui vient d’avancer ce dimanche dans sa conquête de la fameuse triple couronne (Champion du Monde de F1, 24 Heures du Mans et Indy 500)

Il ne lui reste plus qu’a gagner ces 500 Miles d’Indianapolis pour égaler le regretté Graham Hill ! Indy où on devrait le revoir des la saison prochaine au volant d’une McLaren, son actuelle écurie en GP F1, souhaitant ardemment s’y engager à nouveau comme en 20217 et dans tout le Championnat Indycar 2019.

 

 

 

24 H du Mans 2018 J M LÓPEZ, M CONWAY, K KOBAYASHI TOYOTA N°7 photo Thierry COULIBALY..

 

Mieux même que la simple victoire ici aux 24 Heures pour TOYOTA qui s’offre en plus le doublé, sa seconde TS050 Hybrid, la N°7 finissant deuxième et complétant le triomphe, avec le trio composé du Britannique Mike Conway, du Japonais Kamui Kobayashi et de l’Argentin José-María López, le triple CHAMPION du Monde des voitures de tourisme du WTCC, titres décrochés avec l’équipe Française Citroën.

 

 

24 Heures du Mans 2018. TOYOTA N°7 TS 050 Photo Thierry COUIBALY .

 

Sur que ce succès au Mans va connaitre un retentissement immense au lointain Japon, au pays du soleil levant, tous les fans attendant cette victoire depuis des lustres… de cette course qu’ils nomment ‘Le Long, Long Jour’

Derriére les deux TOYOTA, le podium est complété par l’une des deux REBELLION R13, conçues chez ORECA dans ses ateliers de Signes, à proximité du Circuit Paul Ricard, au Castellet au Sud de la France.

 


24-H-du-Mans-2018. Rebellion-RT-13-N°3-Photo-Thierry-COULIBALY

 

La N°3 de l’équipage composé du jeune Français Thomas Laurent – à nouveau sur le podium comme en 2017-  du Suisse Mathias Beche et de l’Américain Gustavo Menezez, finissant troisième, précédant la voiture-sœur, la deuxième REBELLION R13, la N°1 que pilotaient le trio avec André Lotterer, Neel Jani et Bruno Senna.

 

 

 

24-Heures du-Mans-2018-ORECA-07-N°26-Photo-Thierry-COULIBALY-1-ORECA-07-Photos-Thierry-COULIBALY

 

Le Top 5 étant, lui, complété par la plus rapide des ORECA 07, la N°26 du Team Russe, G-Drive avec à son volant l’équipage comprenant les deux Français Jean-Éric Vergne et Andréa Pizzitola, associés tous deux au Russe Roman Rusinov.

Lesquels remportent en outre la catégorie des LMP2, terminant premier devant l’Alpine A470 Signatech du trio avec les Français Nicolas Lapierre et Pierre Thiriet, qu’épaulait le Brésilien André Negrão.

 

24-H-du-mans-2018-ALPINE-A-470-N°36-Photo-Thierry-COULIBALY.

 

Le podium étant complété en LMP2, par une autre ORECA07, la N° 39 du GRAFF Racing de l’équipage avec les Français Tristan Gommendy et Vincent Capillaire, associés au Suisse Jonathan Hirschi.

Suivent dans l’ordre, encore une ORECA 07, celle de l’équipe Montpelliérraine TDS avec le trio tricolore, Loïc Duval, Mathieu Vaxiviére et François Perodo et par la première des LIGIER JSP 217, celle du Team Américain United Autosport, la N°32 du Suisse Hugo de Sadeleer, de l’Américain Will Owen et du Colombien Juan-Pablo Montoya, victorieux de huit GP F1 et des 500 Miles d’Indianapolis.

PORSCHE RAFLE TOUT EN LMGT


24-H-du-Mans-auto-2018-PORSCHE-911-RSR-N°92-photo-Thierry-COULIBALY-

 

Dans la catégorie LMGT PRO, victoire et doublé pour les PORSCHE 911RSR ‘usine’  la N°92 avec le Frznçais Kevin Estre, le Belge  Laurens Vanthoor et le Danois Micharl Christensen, l’emportant devant la seconde 911 RSR’ officielle’ la N°91 du trio  avec l’Autrichien Lietz, l’Italien Gianmaria Bruno et Fred Makowiecki, le Français qui terminent seconds.

 

-24-H-du-Mans-2018- La PORSCHE-911-RSR-N°91-Photo-Thierry-COULIBALY

 

Podium complété par la première des quatre Ford GT du Chip Ganassi, la N° 68, avec le Français Sébastien Bourdais, l’Allemand Dirk Muller et l’Américain Joey Hand.

 

24-H-du-Mans-2018-PORSCHE-911-RSR-N°77-Photo-Thierry-COULIBALY.

 

En LMGT AM, le succès revient aussi à la firme de Stuttgart grâce à l’une des trois PORSCHE 911 RSR, de l’équipe de Patrick Dempsey, la N°77 avec le Champion de France de la PORSCHE Carrera Cup 2017, le jeune Français Julien Andlauer, accompagné par l’Australien Matt Campbell et par l’Allemand Christian Reid.

 

 

24-H-du-Mans-auto-2018-FERRARI-488-GTE-N°54-photo-Thierry-COULIBALY

 

Ils devancent l’une des FERRARI F488, la N°54 du Team Spirit of Race, confiée au Suisse Thomas Flohr, et aux transalpins  Fransesco Castellacci et Giancarlo Fisichella, l’ancien brillant pilote de F1

 

Gilles GAIGNAULT

Photos : Thierry COULIBALY et Patrick MARTINOLI


Arrivée des 24 H du Mans 2018 -La joie des pilotes de l TOYOTA TS 050 Hybrid N°8 Photos Thierry COULIBALY –

LE CLASSEMENT GÉNÉRAL FINAL DES 24 HEURES DU MANS 2018

 

 

1 – Buemi/Nakajima/Alonso (Toyota TS050 Hybrid) – Toyota, 388 tours

2 – Conway/Kobayashi/Lopez (Toyota TS050 Hybrid) – Toyota à 2 tours

3 – Laurent/Beche/Menezes (Rebellion R13-Gibson) – Rebellion à 12 tours

4 – Lotterer/Jani/Senna (Rebellion R13-Gibson) – Rebellion à 13 tours

5 – Pizzitola/Vergne/Rusinov (Oreca 07-Gibson) – G-Drive à 19 tours (1er en LMP2)

6 – Lapierre/Negrao/Thiriet (Alpine A470-Gibson) – Signatech à 21 tours

7 – Capillaire/Hirshi/Gommendy (Oreca 07-Gibson) – Graff SO24 à 22 tours

8 – Perrodo/Vaxiviere/Duval (Oreca 07-Gibson) – TDS à 22 tours

9 – De Sadeleer/Owen/Montoya (Ligier JSP17-Gibson) – United à 23 tours

10 – Jaafar/Jeffri/Tan (Oreca 07-Gibson) – Jackie Chan DC à 27 tours

11 – Gonzalez/Maldonado/Berthon (Oreca 07-Gibson) – Dragonspeed à 28 tours

12 – Tung/Richelmi/Aubry (Oreca 07-Gibson) Jackie Chan DC à 32 tours

13 – Van Eerd/Van Der Garde/Lammers (Dallara P17-Gibson) – RTN à 32 tours

14 – Cheng/Boulle/Nicolet (Ligier JSP17-Gibson) – Jackie Chan DC à 33 tours

15 – Buret/Canal/Stevens/ (Ligier JSP217-Gibson) – Panis Barthez à 36 tours

16 – Shaitar/Newey/Nato (Dallara P17-Gibson) – SMP à 43 tours

17 – Christensen/Estre/Vanthoor (Porsche 911RS) – Porsche à 44 tours (1er en LMGT/PRO)

18 – Lietz/Bruni/Makowiecki (Porsche 911RS) – Porsche à 45 tours

19 – Hand/Muller/Bourdais (Ford GT) – Ford Chip Ganassi  à 45 tours

20 – Priaulx/Tincknell/Kanaan (Ford GT) – Ford UK à 45 tours

21 – Magnussen/Garcia/Rockenfeller (Chevrolet Corvette) – GM Corvette à 46 tours

22 – Lacorte/Sernagiotto/Nasr (Dallara P217-Gibson) – Villorba à 46 tours

23 – Vilander/Giovinazzi/Derani (Ferrari 488) – AF Corse à 47 tours

24 – Mucke/Pla/Johnson (Ford GT) – Ford UK à 48 tours

25 – Pierguidi/Calado/Serra (Ferrari 488) – AF Corse à 49 tours

26 – Sorensen/Thiim/Turner (Aston Martin Vantage) – AMR à 49 tours

27 – Rigon/Bird/Molina (Ferrari 488) – AF Corse à 50 tours

28 – Campbell/Ried/Andlauer (Porsche 911RS) – Dempsey Proton à 53 tours (1er en LMGT/AM)

29 – Flohr/Castellacci/Fisichella (Ferrari 488) – Spirit of Race à 53 tours

30 – Pilet/Tandy/Bamber (Porsche 911RS) – Porsche à 54 tours

31 – Keating/Bleekemolen/Stolz (Ferrari 488) – Keating à 54 tours

32 – Long/Pappas/Pumpelly (Porsche 911RS) – Porsche  à 54 tours

33 – Griffin/Macneil/Segal (Ferrari 488) – JMW à 56 tours

34 – Babini/Nielsen/Maris (Porsche 911RS) – Ebimotors à 56 tours

35 – Creed/Ricci/Dagoneau (Ligier JSP17-Gibson) – Larbre à 56 tours

36 – Tomczyk/Catsburg/Eng (BMW M8) – BMW MTEK – à 56 tours

37 – Bergmeister/Lindsey/Perfetti (Porsche 911) – Project 1 à 56 tours

38 – Mok/Griffin/Sawa (Ferrari 488) – Clearwater à 56 tours

39 – Lynn/Martin/Adam (Aston Martin Vantage) – AMR à 61 tours

40 – Ishikawa/Beretta/Cheever (Ferrari 488) – MR à 64 tours

41 – Briscoe/Westbrook/Dixon (Ford GT) – Ford Chip Ganassi à 77 tours

42 – Robertson/Simpson/Roussel (Ginetta G60-Mecachrome) – CEFC à 99 tours

43 – Wainwright/Barker/Davison (Porsche 911RS) – Gulf à 105 tours

 

NON CLASSÉ

Bertolini/Jonsson/Krohn (Ligier JSP17-Gibson) – Eurasia

 

LES ABANDONS

Petrov/Aleshin/Button (BR1-AER) – SMP

Lafargue/Chatin/Rojas (Oreca 07-Gibson) – IDEC

Yoluc/Hankey/Eastwood (Aston Martin Vantage) – TF

Hanson/Albuquerque/Di Resta (Ligier JSP217-Gibson) – United

Gavin/Milner/Fassler (Chevrolet Corvette) – Corvette

Hedman/Hanley/Van Der Zande (BR1-Gibson) – Dragonspeed

Patterson/De Jong/Kim (Ligier JSP17-Gibson) – Algarve

Cairoli/Al Qubaisi/Roda (Porsche 911) – Porsche

Farfus/Da Costa/Sims (BMW M8) – BMW MTEK

Allen/Gutierrez/Guibbert (Oreca 07-Gibson) – G-Drive

Taylor/Ledogar/Heinemer Hansson (Ligier JSP17-Gibson) – JCDC

Rowland/Brundle/Turvey (Ginetta G60-Mecachrome) – CEFC

Sarrazin/Orudzhev/Isaakyan (BR1-AER) – SMP

Dumas/Bernhard/Muller (Porsche 911RS) – Porsche

Dalla Lana/Lamy/Lauda (Aston Martin Vantage) – AMG

Webb/Kraihamer/Dillmmann (CLM P1/01-Nissan) – Bykolles

About Author

gilles