EXPOSITION GULF AU MUSÉE DES 24 HEURES.

 

 

Le pétrolier Gulf a marqué durablement les 24 heures du Mans. La firme Américaine est en effet arrivé en Sarthe en 1968, comme sponsor titre de l’écurie de John Wyer qui faisait rouler des Ford GT40, admise en catégorie Sport par oppositions aux Porsche 904, 906, 908 et autres 910 .

Les voitures se démarquaient de la concurrence avec leur magnifique couleur bleu ciel et orange.

Et, au terme des deux tours d’horloge, c’est l’équipage composé à l’époque de deux pilotes, le Belge Lucien Bianchi et du Mexicain Pedro Rodriguez, qui remportèrent cette année-là, les 24 Heures disputées en septembre pour cause des fameux événements survenus en mai et juin.

La paire formé de Jacky Ickx et de Jackie Oliver récidivant l’année suivante, avec le même châssis et bien sur les mêmes couleurs, bien qu’une version Mirage ait effectué quelques apparitions.

Ainsi deux des quatre victoires Ford à la fin des années 60, au Mans se sont réalisées sous les célèbres couleur Gulf.

 

24-Heures-du-Mans-2018-Un-diorama-grandeur-nature-du-Film-Le-Mans-de-Steve-McQueen-Photo-Patrick-Martinoli.

 

Dès 1970, les Ford n’étant plus jugées compétitives, et le directoire de Porsche, fort agacé de se faire battre par John Wyer tous les ans, décidait alors de lui confier une partie des nouvelles très performantes 917 durant les saisons 1970 et 1971.

Epoque extraordinaire où les 917 et les 908/03, sur les circuits sinueux et peu rapides, dominaient outrageusement la catégorie de la tête et des épaules.

Quelques images restent dans les mémoires, tel le départ des 1000km de Spa, avec les deux Gulf Porsche de Rodriguez et Siffert, sur le mouillé dans le raidillon de l’eau rouge, dans une lutte d’homme dans lequel aucun ne voulait lâcher.

 

24-Heures-du-Mans-2018-La-917-Présentée-est-aux-couleur-de-Martini-avec-derrière-un-dessin-de-la-version-Gulf-Photo-Patrick-Martinoli-1.jpg

 

Sans oublier l’extraordinaire 917 LH que beaucoup considèrent comme la plus belle voiture de l’histoire (dommage que celle présentée au musée soit aux couleurs du Martini Racing et non du Gulf Racing).

Ni non plus encore le film ‘Le Mans’ avec l’inoubliable Steve McQueen, film culte s’il en est, ou le héros Mikael Delaney roule en 917 Gulf et bloque la Ferrari de son rival, en fin de course pour laisser une autre Porsche Gulf… gagner Le Mans.

La fin de la catégorie Sport n’a pourtant pas incité John Wyer et Gulf à abdiquer.

 

 


24 Heures du Mans 2018 – La Gulf GR7 victorieuse au Mans en 1975 – Photo Patrick Martinoli.

 

1975, une voiture de sa conception gagnait à nouveau, avec le duo, Jacky Ickx et Derek Bell, mais ce coup-ci, elle s’appelait Gulf GR7. Le pétrolier avait imposé son nom aux 24 heures.

Les années suivantes virent apparaitre périodiquement des voitures aux couleurs Gulf, en prototypes ou en GT. Jusqu’à cette édition des 24 heures où la Porsche 911 GTR N° 86, perpétue la tradition…

Ne manquez pas d’aller voir cette exposition au Musée des 24 Heures, l’accès se fait depuis le circuit au niveau de la courbe Dunlop (extérieur piste).

 

Texte:  Patrick MARTINOLI

Photos: Thierry COULIBALY et Patrick MARTINOLI

24-Heures-du-Mans-2018-La-Gulf-GR7-marquait-larrivée-de-Gulf-dans-les-prototypes-3litres-Photo-Patrick-Martinoli.

About Author

gilles