NICOLAS LAPIERRE : «  LE MANS RESTE LE MUST… »

 

 

24 Heures du Mans-2018- NEGRAO, THIRIET et Nicolas LAPIERRE-  Photo: Thierry COULIBALY

24-Heures du Mans-2018- L’ALPINE A-470,la N°36-  Photo-Thierry-COULIBALY.

 

 

Rencontre ce jeudi 14 juin et en toute décontraction et quelques heures avant le début des deux dernières sessions des essais qualificatifs prévues en soirée, avec Nicolas Lapierre, l’un des trois pilotes de l’équipe Alpine Signatch Matmut.

L’occasion d’évoquer avec lui, les premiers essais, l’amélioration du circuit et aussi bien sûr, évidemment le déroulement de la course.

 


24 Heures du MANS 2018 Nicolas LAPIERRE ALPINE A470 Equipe ALPINE SIGNATECH-Photo Thierry COULIBALY

 

Alors Nico, que penses-tu des  changements au nveau des virages Porsche ?

« L’enchainement a été complétement revu et si pour la sécurité, c’est à l’évidence un gros plus, coté spectacle et sensations, par contre c’est moins bien. »

Parles-nous des premiers tours de rues en essais libres et de la première session des qualifications mercredi soir:

« Après avoir fait mon chrono – le 5éme- en pneumatiques usagés, c’est toujours bon pour la confiance, je n’ai pas souhaité qu’on nous monte et chausse des gommes neuves. Estimant qu’il nous serait impossible d’aller chercher la pole. Car à la régulière et avec nos Dunlop, on n’est pas aussi rapide sur un tour que nos concurrents équipés en Michelin. Mais je doute qu’ils nous surclassent sur la totalité d’un relai, enfin on verra bien samedi. En tout cas, vu la supériorité des Michelin, la pole nous est difficilement jouable et atteignable. Je répète à la régulière, nous n’avons aucune chance de viser cette pole. Focalisons nous sur le bon déroulement de notre future course, ou la bataille sera assez dure en LMP2, même si j’estime et considère que les voitures seront très proches et qu’il faudra attaquer du début jusqu’au damier. Tout de suite dès le départ, rouler à bloc. Et se focaliser essentiellement sur notre course, notre stratégie. En ce qui concerne le rythme de course, il semble que nous soyons dans le match, avec une bonne homogénéité de notre équipage » 

Vois-tu malgré tout un adversaire en LMP2 ?

« Oui, outre les meilleures ORECA 07, absolument avec  la Ligier JSP2 N°22 du Team United, laquelle est bien pilotée par un trio très expérimenté, avec Albuquerque, Hanson et Paul di Resta. Celle qui va, c’est une évidence, compenser la performance moindre de son châssis Ligier. » 

Comment vois-tu le déroulement de ces 24 Heures ?

« La différence se fera sur l’expérience entre les équipes chevronnées.. Mais cela risque, je le redis, d‘être extrêmement serré devant  entre trois des ORECA07 et nous j’espère et la Ligier 22. Car aucun Team ne se dégage en performance pure. »

Et la fatigue ?

« Physiquement avec ses grandes lignes droites, Le Mans n’est vraiment pas une course difficile. Comparé à Spa ou à Sebring. Ce qui est le plus dur, c’est d’arriver à bien gérer la semaine, de rester bien concentrer. De ne pas se présenter au départ samedi, vidé par le stress, la passion, l’excitation, les fans, l’enjeu… D’ailleurs au Mans, on peut aisément faire des triples relais et piloter jusqu’à 2 Heures 40 non-stop. »

Et pour la victoire au général, t’as une idée?

« Franchement Toyota possède une réelle marge et je ne les vois pas connaitre cette année des problèmes de fiabilité. Les deux TS 050 Hybrid, seront très performantes. Derrière les Rebellion, semblent les mieux préparées et rapides mais tout de même  pas au niveau des Toyota. »

Alors Le Mans, c’est quoi pour un pilote ?

« La course magique, la plus chouette. Celle où tu ressens des sensations inouïes et des émotions super fortes, oui avec une sacrée charge émotionnelle. Le Mans c’est assurément le Top en termes de sensations, le summum de ce qu’un pilote peut ressentir en sport automobile.

Rêvons un peu ce dimanche 17 juin, ton Alpine peut-t-elle gagner cette 82éme édition des 24 Heures du Mans et ce … 40 ans âpres la victoire de l’Alpine Renault de Jean Pierre Jaussaud et Didier Pironi?

« Non c’est un peu surréaliste de l’envisager et même de l’imaginer. Encore que l’an dernier, avec trois Toyota TS050 et trois Porche 919, les LMP2, se sont classées seconde, troisième et quatrième! Mais sur le papier, en y pensant, cela parait vraiment un peu compliqué.»

Venons-en enfin au moment critique dans cette épreuve, que sont les 24 Heures du Mans ?

« La période la plus critique? Assurément le lever du jour. Période où il est facile de commettre une petite faute, une erreur d’évaluation. Car, à la sortie de la nuit, tu commences à te relâcher alors qu’il reste encore huit heures  de course et qu’il faut rester vigilant. D’où la très grande importance de posséder l’expérience de l’inexpérience des jeunes. Sinon le plus dangereux, j’ajouterai que c’est samedi soir, avec le coucher du soleil, où tu te le prends en peine figure dans la longue ligne droite entre Mulsanne et la courbe d’Indianapolis, avant les S d’Arage. Terrible parfois pour le pilote qui roule et est dans la voiture.»

A propos, Nico quel est ton programme cette saison ? Combien de courses au calendrier ?

« Un beau programme comportant la bagatelle de dix-sept épreuves, sans compter les essais privés. Entre le Championnat du monde d’endurance WEC, celui aux Etats-Unis de l’IMSA et le Championnat d’Europe de l’ELMS. Cela te donne un bon rythme . »

 

24-Heures du MANS 2016-1ére-place sur le podium pour l’équipage-ALPINE-SIGNATECH de la N°36 avec le trio LAPIERRE-RICHELMI-MENEZES – Photo : Thierry COULIBALY

 

Comme on le constate, Nicolas Lapierre est bien un pilote du Mans, une épreuve qu’il adore et dont il connait tous les secrets…

Au passage, on rappellera que si en juin 2017, il avait été ‘ prêté’ à Toyota pour piloter la 3éme TS050, par Philippe Sinault, le patron de l’équipe Alpine Signatech, il y a deux ans le 16  juin 2016, Nico avait remporté les 24 Heures du Mans en catégorie LMP2, avec cette écurie Alpine Signatech!

Associé au Monégasque Stéphane Richelmi et à l’Américain Gustavo Menezez.

 

Gilles GAIGNAULT

Photos : Thierry COULIBALY

 

ALPINE-N°36-Pierre THIRIET-André NEGRAO et Nico LAPIERRE-Photo Thierry-COULIBALY


24Heures du ANS 2018 Nicolas LAPIERRE ALPINE A470 Equipe ALPINE SIGNATECH-Photo Thierry COULIBALY


24Heures du ANS 2018 Nicolas LAPIERRE ALPINE A470 Equipe ALPINE SIGNATECH-Photo Thierry COULIBALY

24 Heures du Mans Endurance Sport

About Author

gilles