L’ACO ANNONCE SON FUTUR RÈGLEMENT À PARTIR DE 2020

 

 


24-heures-du-Mans-2018-Lindsey-Owen-Jones-reçois-le Trophée-Spirit-of-Le-Mans-des-mains-de-Pierre-Fillon-Photo-Patrick-Martinoli.

 

Comme il est de tradition, l’ACO (Automobile Club de l’Ouest) a tenu sa conférence de presse ce vendredi matin.

Cela a été l’occasion de remettre un « Spirit of Le Mans » à Lindsey Owen Jones, qui fut à la fois pilote dans les années 90 puis Responsable de la Commission Endurance une fois qu’il a mis fin à ses fonctions de capitaine d’Industrie à la tête du groupe l’Oréal.

Cela été aussi un moment privilégié pour accueillir Jacky Ickx, comme Grand Marshall de cette 86ème édition de l’épreuve Sarthoise, lui qui fût  à la fois pilote, multiple vainqueur de l’épreuve (six victoires en 1969, 1975, 1976, 1977, 1981 et 1982), directeur de course, consultant pour des équipes victorieuses, comme Mazda en 1991.

 


24-Heures-du-Mans-2018-Jacky-Icks-est-nommé-Grand-Marshall-de-la-86ème-édition-Photo-Patrick-Martinoli

 

En tant que Grand Marshall, le Champion Belge aura l’honneur, s’il en est, de piloter la « Leading car » durant le tour de formation avant que ne soit donné le départ ce samedi après-midi à 15 Heures par un autre immense Champion, le tennisman Espagnol Rafael Nadal.

 « Et c’est ce qui m’a décidé à accepter la proposition de Pierre Fillon » a expliqué Jacky Ickx, et d’ajouter toujours pince sans rire.

« Ce sera sans doute la seule fois où je pourrai rouler devant Fernando Alonso »

Mais auparavant, avec l’élégance habituelle qui le caractérise, Jacky a rappelé que des pilotes comme Henri Pescarolo, Yannick Dalmas et Tom Kristensen méritaient tout autant que lui ces plus grands hommages.

Outre cela, l’ACO a présenté sa toute nouvelle formule eSport qui va permettre aux 24 heures du Mans de se mettre à la page des geeks amateurs de sports sur ordinateurs.

Cet eSport se déroulera suivant deux axes, en parallèle avec la super saison WEC. Le premier, avec des joueurs qui jouent chez eux. Pour cela il suffit de disposer de la console Forza. Le deuxième axe  se situera dans les paddocks des courses WEC où des simulateurs seront installés, en Asie au Mont Fuji, aux USA à Sebring et en Europe à Birmingham dans un évènement particulier. Les meilleurs des deux formules se retrouveront et se départageront au Mans en 2019.

Le site www.lemansesports.com  permet d’en savoir plus et de s’inscrire.

 

RÈGLEMENT FUTUR…

24-heures-du-Mans-2018-Pierre-Fillon-présente-le-nouvelle-édition-des-24-heures-Photo-Patrick-Martinoli.

 

 

Mais ce que tout le monde attendait avec impatience, c’était essentiellement avant tout l’annonce du futur règlement Prototypes qui sera proposé aux concurrents à partir de l’année 2020.

Un règlement pour les usines et les artisans de la course automobile

L’ACO et la commission Endurance ont cherché à imaginer un règlement ouvert aux constructeurs, comme aux artisans-préparateurs, privilégiant l’identification rapide des marques par les spectateurs, au budget réaliste pour ces deux types d’acteurs, avec toujours une forte consonance écologique et assurant un spectacle de qualité.

D’une part, il fallait revenir à des budgets raisonnables, autour de 25 à 30 M€ pour deux voitures sur toute une saison de huit couses, incluant deux courses longues, Le Mans et Sebring.

Cela représente un quart de ce qui se pratiquait en LMP1.

D’autre part, l’ACO a la volonté affirmée de permettre aux constructeurs d’afficher clairement leur marque sur ces voitures. La partie aérodynamique, les valeurs d’appuis et de trainée, seront fixées pour permettre de maintenir cette possibilité d’identification.

Le processus d’homologation vérifiera ces valeurs en soufflerie. Les éléments mobiles seront acceptés pour éviter les carrosseries adaptées pour chaque circuit.

Ce dernier point fait débat, mais il pourrait ne s’agir que d’une sorte de DRS comme en Formule 1 pour tenter d’améliorer les dépassements.

Le volume du cockpit sera largement augmenté ainsi que les surfaces vitrées.

Il faut ensuite que les constructeurs, mais aussi les artisans-préparateurs puissent participer.Pour cela, les constructeurs auront l’obligation de proposer leurs ensembles propulseurs aux écuries privées.

Il s’agira d’un moteur thermique auquel est associé un ensemble moteur/récupérateur d’énergie (de type ERS), placé sur le train avant pour une meilleure intégration dans différentes voitures et pour avoir de meilleures performances et ce sans coûter trop cher!

La batteries et hybridations auront une puissance maximale de 200 kW.

Pour finir la boite de vitesses aura au maximum 8 rapports et un seul de jeux de rapports.

Autre élément important, le poids est fixé à 980 kg pour éviter les matériaux exotiques, fragiles et très couteux.

Enfin, l’ACO veille à ce que le niveau de performances demeure de 3’20’’ sur le circuit du Mans.

Et au-delà…

L’ACO veut rester un laboratoire technologique au travers de la course automobile. Et un axe prioritaire semble vouloir se dessiner pour le futur ?

… L’hydrogène.

Ainsi, l’ACO a mis en place un groupe de travail pour qu’une nouvelle catégorie spéciale bâtie sur la technologie des Piles à combustible (Hydrogène, ou PAC), puisse faire son apparition pour les 24 heures du Mans à partir de 2024.

Tout cela est très séduisant. Mais nous sommes actuellement mi-2018 et les futurs prototypes devraient apparaitre pour Le Mans 2020.

Soit dans juste deux ans, ce qui est un délai très, très court, avec un règlement dont on connait les grandes lignes mais pas les détails!

A propos, quel nom pour cette nouvelle catégorie?

« Le nom n’est pas définit du tout », explique Pierre Fillon, l’actuel Président de l’ACO ;

Lequel nous précisait et concluait :

« Et nous allons demander dès l’été à nos Fans de se prononcer sur le bon nom à mettre en place ».

Et le fidèle speaker de l’ACO et des 24 Heure du Mans Bruno Vandestyck de lâcher en souriant :

« HYPERCAR »  

Vas savoir Charles…

 

Patrick MARTINOLI

Photos : Thierry COULIBALY et Patrick MARTINOLI

 

 

24 Heures du Mans Endurance FIA WEC

About Author

gilles