VALEO PRÉPARE LA FUTURE VOITURE AUTONOME DE L’AVENIR…

 

 

La conduite autonome grâce à Valeo ?

On connaît tous la Firme Valeo, l’Équipementier automobile Français.

Qui n’a pas utilisé des balais d’essuie-glaces, des projecteurs, voire toute la gamme des accessoires que propose Valeo?  Oui, qui tant la marque tricolore offre de produits…

Par contre, ce que l’on sait moins, c’est qu’aujourd’hui, Valeo est un des fleurons Français à l’International, un des leaders mondiaux du développement de la conduite autonome, véritable acteur de la révolution qui attend l’automobile mondiale du futur !

En effet, qu’on se le dise, si l’on évoque essentiellement la voiture électrique, l’automobile est à l’aube d’une immense révolution, elle qui n’a, jusqu’à présent, que su évoluer, améliorant sans cesse son confort, son rendement, sa sécurité mais sans jamais remettre en cause son principe de base, qui est tout simplement, de permettre à une personne de se rendre du point A au point B, seul ou en famille, sans effort, rapidement et facilement.

Bref, l’automobile que nous connaissons et que nous aimons car pourvoyeuse de plaisir de conduire, de partages d’émotions, de rencontres, de retrouvailles, de business, de déplacements, de voyages et parfois même de sport, avec d’innombrables compétitions et des pilotes de légendes, entrés dans notre histoire commune.

Mais cette automobile-là, celle qui est née à la fin du XIXème siècle, est à bout de souffle, son succès planétaire la condamne à plus ou moins longue échéance.

VALEO-2018-Voiture-Autonome AutoNewsInfo

 

La planète est saturée de véhicules en tous genres, la production annuelle mondiale atteint pas loin de 100 millions d’unités aujourd’hui, alors qu’elle n’était que… de 50 millions en 1995 !

C’est dire l’évolution, le boum.

Jusqu’où s’arrêteront-t-ils ? aurait dit le regretté et inoubliable Coluche…

Les diverses pollutions à l’échelle planétaire se font de plus en plus ressentir, et engendrent des réactions pas toujours contrôlées de nos personnels politiques, avec des mesures prises à l’emporte-pièce, sur le coup de l’émotion, et dont l’objectif est davantage empreint de communication que de réelle efficacité (cf les mesures prises par la Mairie de Paris avec notamment les fermetures des voies sur berges, UNE TOTALE INEPTIE).

Et que dire de la sécurité routière, si ce n’est qu’elle est prétexte à toutes les aberrations de nos élus et de nos législateurs.

Qui trop souvent d’ailleurs, eux-mêmes, ne les respectent jamais, escortés comme des ‘ monarques’ de motards, toutes sirènes hurlantes…

Des mesures qui de toute façon, sont plus dédiées à contraindre qu’à expliquer, des actions répressives plutôt que pédagogiques, des sanctions qui sont en fait un quasi impôt supplémentaire qui rapporte, précisons-le, quelques … deux milliards d’€ par an, rien qu’en France!

Et les problèmes liés à la sécurité routière amènent des politiques autophobes et liberticides, contraires même à l’idée de l’automobile.

Bref, l’automobile qu’on aime, qui a façonné le XXème siècle, qui a changé le Monde, cette automobile-là, qu’on le veuille ou non, a vécu.

Plus rien ne sera jamais comme avant.

Mais pour pérenniser le service rendu par l’automobile, il est nécessaire d’en réinventer l’usage, la production, le mode de propulsion, la conduite, sa place dans notre environnement.

À repenser notre mode de consommation de l’automobile.

Trop affairés par le court terme, les constructeurs s’appuient sur les bureaux d’études et de prospective des équipementiers afin d’imaginer un futur pourtant très proche.

Et parmi ces Équipementiers, Valeo est à la pointe de toutes ces nouvelles technologies qui feront l’automobile de demain.

D’ailleurs, on ne parle plus d’automobile, mais de mobilité… C’est un signe !

D’ores et déjà, on peut le dire, la voiture autonome existe. Nous avons pu, et en compagnie de Gilles Gaignault, le fondateur du site autonewsinfo, et à l’invitation de Valeo, la découvrir et en être le passager sur le périphérique Parisien, un après-midi du début juin.

À bord d’une banale VW Golf, 2.0TDI DSG7 tout de même, que rien ne différencie d’une autre Golf, si ce ne sont quelques capteurs, radars et caméras supplémentaires.

Au fait, pourquoi une Golf ?

 

 

Tout simplement parce que c’est une voiture vendue dans le monde entier, que tout le monde identifie aisément, et parce que Valeo est également présent «Worldwide ».

Au volant, ou devrais-je plutôt écrire, assis en face du volant, un ingénieur Valeo, agréé par les pouvoirs publics et autorisé à utiliser cette voiture de façon autonome et seulement sur le boulevard périphérique de Paris.

Si la technologie est prête, les lourdeurs administratives et la législation ne le sont pas encore, mais cela évolue finalement assez rapidement.

Pour quitter le siège de Valeo (Paris 17ème), notre ingénieur prend donc les commandes de la Golf. Il n’enclenchera la conduite autonome qu’une fois le périphérique atteint.

 

 

Nous y voici, et instantanément notre Golf s’insère avec une grande douceur dans le trafic. Notre chauffeur redevient ingénieur, et ne s’occupe plus de rien côté conduite. Les radars sont en veille active, les caméras scrutent et le scanner laser fait son office, ils sont tous reliés à une unité centrale qui digère toutes ces informations et prend des décisions afin de créer une sorte de cocon autour de la voiture.

La circulation s’arrête, notre Golf également, ça repart, nous aussi, sans aucune intervention humaine.

Soudain, un scooter arrive par notre droite, nous nous écartons un peu vers la gauche pour plus de sécurité. La Golf suit parfaitement sa voie, même avec un trafic particulièrement dense ce jour-là (merci la SNCF…en grève).

Pour indiquer à la voiture que l’on souhaite changer de voie, il suffit de mettre le clignotant du côté où l’on veut aller, la voiture prend en compte l’information et ne fera la manœuvre que lorsqu’elle pourra la faire, en douceur et en totale sécurité.

 

 

Très convaincant. Et pendant ce temps-là, notre ingénieur nous explique que l’action conjuguée des différents organes de sécurité se fait à l’intérieur de l’unité centrale, dans le plus grand calme, sans aucune émotion.

Les accélérations et les freinages sont très bien dosés, préservant un excellent confort pour les passagers. Même un freinage appuyé, nous n’avons pas testé l’urgence, se fait de manière académique, fermement d’abord puis dégressif, façon pilote de course. Très bien.

Tout à coup, la circulation se fluidifie et les vitesses des autres voitures atteignent et dépassent les 70 km/h réglementaires. Notre Golf, elle, se stabilise à 70, et ne dépassera jamais cette limite, elle lit les panneaux et en applique les consignes…

Pas étonnant pour une … Allemande !

On lui demande de nous transporter en toute sécurité, pas de faire des fantaisies.

 

 

Cette technologie Valeo est bluffante, le Périphérique Parisien étant réputé pour sa circulation à tendance anarchique avec, entre autre, la priorité aux véhicules entrants et les deux-roues qui se faufilent un peu partout.

Notre Golf s’est parfaitement adaptée à cet environnement atypique, preuve de l’intelligence des systèmes embarqués. Il est certain que le trafic urbain gagnerait en fluidité et sécurité si l’ensemble du parc automobile était autonome, à l’instar de cette Golf.

Et le temps passé à conduire pourrait être utilisé à autre chose, lire, travailler, rêvasser…

Mais dans un avenir plus ou moins proche, cette révolution de notre mobilité ne nous enlèvera-t-elle pas un peu de liberté, d’initiative, de droit de décider…

C’est un autre sujet, mais c’est la tendance de notre société. Bien ou mal, l’avenir nous le dira.

 

Mais quoiqu’il en soit, grâce à l’impulsion de son charismatique Président Jacques Aschembroich, Valeo fait preuve d’un savoir-faire impressionnant, preuve de l’exceptionnel dynamisme de cette entreprise, qui, en dix ans, est passée de 50.000 à… 115.000 employés, a vu l’effectif de ses chercheurs grimper de 6.000 à 20.000 et a su se positionner parmi les leaders mondiaux des équipementiers automobiles.

Chapeau !

Et ce, comme nous le rappelait Gilles Gaignault, alors qu’au début des années 2000, Valeo était tout simplement incroyablement… au bord du gouffre !

 

Gilles VIRMOUX

Photos: VALEO et  AutoNewsInfo

 

VALEO 2018 Voiture Autonome. Guillaume Devauchelle Vice-Président Innovation et Développement Scientifique du groupe Valeo et Frédéric Wilhelm, ingénieur en charge du développement technique de la voiture autonome. Photo : Autonewsinfo

VALEO-2018-Voiture-Autonome-Guillaume Devauchelle Vice-Président Innovation et Développement Scientifique du groupe Valeo et Frédéric Wilhelm, ingénieur en charge du développement technique de la voiture autonome. Photo Autonewsinfo

 

Économie Equipementiers Législation

About Author

gilles