AUX 24 HEURES DU MANS, UN SACRÉ COMBAT S’ANNONCE EN PERSPECTIVE…EN GT

 

 

 

En GT, que cela soit en GTE Pro ou en GTE AM, une règle particulière régit les performances des voitures, la BOP, ou encore Balance Of Performance en langage de Shakespeare, ou encore Équilibrage des performances en Français.

Derrière cet acronyme barbare se cache en réalité un enchevêtrement d’ajustements sur les voitures, décidées par l’organisateur, afin de les amener toutes au même niveau de performance en course.

Et cela marche. Au bout de trois heures d’essais, les dix premières voitures en GTE Pro, se tenaient en moins de trois secondes, et il y avait dans ce paquet de voitures pas moins de quatre marques différentes.

Le principe de cette BOP, c’est d’apporter des corrections dès que nécessaire pour maintenir cet équilibre.

Ainsi, en début de semaine, l’ACO a revu une nouvelle fois sa copie, en ajoutant des kilos par-ci, en retirant des litres de la capacité du réservoir par-là, ou encore en modifiant de quelques dixièmes de millimètre le diamètre de la bride d’admission de tel moteur.

Et, l’ACO se réserve la possibilité d’y retoucher encore une fois à l’issue des essais…

Ce qui fait que l’on se retrouve face à des bagarres somptueuses.

Durant 24 heures les voitures vont se battre à coup de secondes, que dis-je, de dixième de secondes, et l’on peut gager qu’il n’y aura pas plus d’une minute d’écart entre les titulaires du podium à l’arrivée.

On pourrait imaginer un certain désaccord des constructeurs, qui ne peuvent ainsi dominer leurs rivaux. Il n’en est rien!

En effet, inutile de dépenser des dizaines de millions d’€ pour développer leurs voitures au-delà du raisonnable.

Si l’organisateur s’aperçoit que ses performances lui permettent de faire une réelle différence, il va modifier la BOP pour la faire rentrer dans le rang.

Ainsi, toutes les marques sont compétitives. Et les coûts restent maitrisés.

 

GTE Pro : six pour un titre

 

 

Pas moins de six grandes marques engagent les dix-sept voitures qui vont disputer la couronne Mancelle.

Cinq usines, Porsche, Ford, Corvette, Aston Martin et BMW, plus une « officina » la Scuderia AF Corse Ferrari, représentant depuis des années, très officiellement le Cavalino Rampante.

 

Pesage-24-H-du-Mans-2018-M-MOLINA-S-BIRD-DROGON-FERRARI-488-GTE-N°71-Photo-Thierry-COULIBALY-

 

Cette dernière, AF Corse, engage donc trois Ferrari F488 GTE Evo. Elles sont équipées de moteur V8 3,9 litres biturbo placé en position centrale.

La 51 est pilotée par Alessandro Pier Guidi, James Calado et Daniel Serra. La 52 est confiée à Toni Vilander, Antonio Giovinazzi et Luis Felipe Derani.

Et enfin la troisième qui porte le n° 71 est confiée à Davide Rigon, Sam Bird et Miguel Molina.

Soit trois équipages de grand standing…

 

Pesage-24-H-du-Mans-2018-Équipe-ASTON-MARTIN-au-complet-photo-Thierry-COULIBALY.

 

Aston Martin a profondément revue cette année sa Vantage et l’a baptisée Vantage AMR. La partie avant est complètement différente du modèle de l’an passé (que l’on peut voir dans la catégorie GT/AM).

Leur moteur V8 4 litres biturbo est placé en position centrale avant de la voiture.

Elles sont confiées à Marco Sorensen, Nicki Thiim et Daren Turner pour la N°95, et à Alexander Lynn, Maxime Martin et Jonathan Adam pour la 97.

 

Pesage-24-H-du-Mans-2018-CORVETTE-C-7-R-N°-63-et-64-photo-Thierry-COULIBALY-

 

Egalement équipées de V8 placés en position centrale avant, cubant 5,5 litres mais restant atmosphériques, les Corvette, en plus de la lutte pour la victoire, se battent également contre Ford pour une question de prestige au pays de l’Oncle Sam.

Les deux C7R sont attribuées à Magnussen (Jan, le père du pilote de F1), Antonio Garcia et Mike Rockenfeller pour la 63, et à Oliver Gavin, Tommy Milner et Marcel Fässler pour la 64.

 

Pesage-24-H-du-Mans-2018-Équipe-FORD-photo-Thierry-COULIBALY

 

Ford, dans ce cadre, a décidé de doubler les effectifs, et aligne pas moins de 4 GT, toutes sous la houlette du célèbre Chip Ganassi, aussi habile en Indycar qu’en Endurance !

Deux qui courent habituellement le Championnat Mondial WEC (World Endurence Championship) et deux autres qui rolent, elles aux USA dans le Championnat d’endurance Américain de l’IMSA.

Elles sont équipées de V6 biturbo de 3,9 litres, placé en position centrale arrière. Les pilotes sont ceux des deux Championnats, auxquels, on a ajouté quelques pointures comme troisième pilotes.

Ainsi les deux Ford WEC sont pilotées par Stefan Mücke, Olivier Pla et William Johnson pour la 66, et par Andy Priaulx, Harry Tinknell auxquels a été adjoint la star Indycar Tony Kanaan sur la 67.

Sur les deux voitures américaines, on trouve Joey Hand, Dirk Muller et le régional de l’étape et non moins gloire de l’Indycar, Sébastien Bourdais, sur la n° 68, tandis que la 69 est pilotée par Ryan Briscoe, Richard Westbrook et l’actuel leader de l‘Indycar (encore une fois) et pilote fétiche du patron, le Néo-Zélandais Scott Dixon, plusieurs fois victorieux aux célèbres 500 miles à Indianapolis.

 

 

Pesage-24-Heures du Mans-2018-BMW-M-8-GTE-N° 81 et N°82-Photo-Thierry-COULIBALY-

 

BMW revient dans le jeu. Après avoir suspendu son programme endurance durant quelques années, c’est l’occasion de mettre en avant la toute nouvelle M8 dont la version de course a été présentée… avant la version de série.

Elle dispose d’un moteur V8 biturbo en position avant de 4,0 litres.

Les deux M8 sont confiées à Martin Tomczyk, Nicky Catsburg et Philip Eng pour la 81 et à Augustio Farfus, Antonio Felix Da Costa et Alexander Sims pour la 82.

 

Pesage-24-H-du-Mans-2018-PORSCHE-911-RSR-N°93-et-N°94-photo-Thierry-COULIBALY.

 

Et enfin, Porsche, ayant arrêté son programme LMP1, poursuit en GT avec la ferme volonté de gagner.

Pour cela l’ogre de Stuttgart présente lui aussi quatre voitures.

Deux sont aux couleurs habituelles des Porsche GT (blanche, noir et rouge) et deux rappellent l’histoire de Porsche au Mans (70 ans de la marque oblige) avec une réplique des couleurs des fabuleuses 962 des années 80 qui vantaient alors un grand cigarettier, et l’autre en hommage à la 917 « Cochon Rose » du Mans 71, dont le développement avait abouti aux fameuses 917/30 Canam.

Depuis l’an passé, les 911 ont retourné… leur moteur.

Autrefois en porte à faux arrière le Flat 6, 4,0 litres turbo est maintenant central. Cela a remis la 911 dans le coup.

 

Pesage-24-H-du-Mans-2018-PORSCHE-911-RSR-N°92-photo-Thierry-COULIBALY.

 

Les deux voitures blanches 93 et 94 sont pilotées par Patrick Pilet, Nick Tandy et Earl Bamber d’une part, et par Romain Dumas, Timo Bernhardt (deux potes qui se retrouvent) et Swen Muller d’autre part.

La 92 « pink pig » est dévolue à Michael Christensen, Kevin Estre et Laurens Vanthoor et la 91 bleue et blanche, est attribuée à Richard Lietz, Gianmaria Bruni et Frederic Makowiecki.

1ère séance d’essais-24-Heures du-mans-2018- La PORSCHE-911-RSR N°91 la plus rapide mercredi soir -Photo-Thierry-COULIBALY

Porsche devant à l’issue de la première séance de qualification.

 

C’est Porsche qui a tiré le premier, lors de la première séance de qualification, ce mercredi soir de 22 à 24 h. Les 91 et 92 ont devancé deux Ford, les 66 et 68 d’un peu plus d’une seconde.

Suit en cinquième position la plus vite des Ferrari, la N° 51.

La première BMW est dixième et les Corvette pointent plus loin encore, aux 12 et 13èmes places.

 

24-H-du-Mans-auto-2018-ASTON-MARTIN-Vantage-AMR-N°97-photo-Thierry-COULIBALY.

 

Curieusement, les Aston semblent un peu larguées, elles qui ces dernières années, dominaient un peu la catégorie… (BOP mal calculée ou jeu de dupes pour essayer d’obtenir de nouveaux changements avant la course ?) pointent ce mercredi soir …aux deux dernières places, mais surtout à cinq secondes des meilleurs !.

Il reste deux séances qualificatives ce jeudi, de 19 heures à 21 heures et de 22 heures à minuit, pour que ce classement reste ainsi ou évolue…

Et que les voitures à la traine trouvent de meilleurs réglages…

 

Patrick MARTINOLI

Photos : Thierry COULIBALY

 

LA CARTE POSTALE DES GT

 

24-Heures du-Mans 2018-FERRARI AF Corse  F488-GTE-EVO-N°71-photo-Thierry-COULIBALY.

Essais-24-Heures du-Mans-2018- La PORSCHE-911-RSR GULF N°86-Photo-Thierry-COULIBALY

Essais 24-Heures du-Mans-2018-BMW-M8-GTE-N°82-Photo-Thierry-COULIBALY.

24-Heures du-Mans 2018- La FORD-GT-N°66-photo-Thierry-COULIBALY.

24-Heures du-Mans 2018 –  La CORVETTE-C-7-R-N°64-photo-Thierry-COULIBALY.

Essais 24-Heures du Mans-2018-ASTON-MARTIN-VINTAGE-N°98-Photo-Thierry-COULIBALY.

24 Heures du Mans Endurance

About Author

gilles