MOTOGP 2019 : MIR SIGNE SUZUKI QUI VEUT RECRÉER LA SAGA VIÑALES

JOAN MIR LE SURDOUÉ

Bon, c’est loin d’être un scoop, je l’annonce comme très cohérent et très probable depuis de semaines, il manquait juste la confirmation officielle.

Le très jeune Joan Mir roulera en 2019 dans le team Suzuki avec le très jeune et talentueux Alex Rins.

C’est un pari osé, que reconnaît volontiers Brivio, l’Italien en charge du team japonais, mais Suzuki a envie de former un duo de jeunes talents qui va durer et s’améliorer au fil des saisons au point de gagner des GP…

Mais c’est que dit Brivio sur les recrutements cette année qui est passionnant.

LORENZO ?  PAS QUESTION !

Première constatation, les transferts ou les renouvellements commencent très tôt, trop tôt, beaucoup trop tôt, dès le premier GP de l’année en fait.

Et du coup, on ne peut pas prendre de décision au vu de l’amélioration des résultats d’un pilote par rapport à l’année précédente car ce faisant on laisse passer du temps et tous les pilotes prometteurs ont déjà signé ailleurs…

Donc, même si cette année Iannone a fait des podiums, son sort était scellé fin 2017, qui en effet été un désastre…

Donc exit Iannone et arrivée de Mir, un Champion du Monde qui a massacré le Mondial Moto3 l’an dernier.

Presque cent points de différence avec le deuxième du Championnat Fenati !

Qui plus est il est cette année en Moto2 chez VDS, on sait que cette cylindrée est un abattoir dont très peu de pilotes ont réussi à sortir soit par le haut soit vite (Marquez, Zarco, Viñales et c’est tout).

MIR ET SON COÉQUIPIER ALEX MARQUEZ CETTE ANNÉE

Et ses résultats sont excellents, il est cinquième au général et il a fait un podium au GP de France.

Cette traversée façon missile du Moto2 rappelle une autre belle histoire, celle de Viñales, qui n’y a passé qu’un an, n’a pas eu le titre et est monté tout de suite chez Suzuki en MotoGP et a gagné un GP sa deuxième année…

Bon, Brivio dit que les négos avec Mir ont été ouvertes il ya longtemps, mais il a perdu un temps fou avec un paquet d’agents qui lui ont proposé leurs pilotes !

On adorerait savoir qui, Lorenzo c’est sûr.

Mais outre le prix un peu prohibitif du bonhomme, les Japonais et Brivio avaient défini une ligne claire pour 2019, deux jeunes bourrés de talent et créant une sorte de saga Suzuki au fil de leurs performances.

On n’est pas à la recherche du nouveau Marquez, des pilotes comme lui il ya en deux par siècle, voire trois, on cherche à créer une histoire, avec sa culture et ses codes, un peu comme ce qui se fait chez Honda chez Yamaha, chez Ducati, il peut y avoir des ratés mais la légende, elle, reste.

Et en fait, Brivio finit par avouer que le team a encore l’histoire de Viñales sur l’estomac.

VIÑALES, SILVERSTONE, 2016

On est allé le chercher en Moto2 alors qu’il n’avait pas de titre mais on sentait la jeune pousse monter, il a bien roulé et apporté à Suzuki une victoire, tout allait bien sauf que du coup Yamaha a mis le paquet et Viñales est parti.

Et rate complètement son entrée dans la légende Yamaha d’ailleurs…

Donc Brivio veut forger la légende Suzuki.

Mais si on lui souhaite tout le succès possible, on connaît aussi le marché.

Si un de ces deux jeunes fait vraiment vite des prouesses, il y aura des tas de requins pour aller le chercher !
Et là il faudra faire de gros efforts financiers pour les garder…

Belle histoire en tous cas, et bienvenue à ce team !

Jean Louis BERNARDELLI

Photos : MotoGP

 

 

 

Moto MotoGP Sport

About Author

jeanlouis