APRÈS LES 8 HEURES DE SLOVAQUIE MOTO, ANALYSE ET COMMENTAIRES…

 

 

 

Les 8 Heures de Slovaquie marquaient le retour d’une course au format court en Championnat du Monde d’Endurance Moto et ce après les deux épreuves ‘phares’ de 24 heures, qui n’avaient pas bien réussi à la très rapide Yamaha N°7 du YART.

On sentait bien ce besoin du team Autrichien de se «refaire», tant leur moto -en provenance directe de l’usine à Hammamatsu- avait impressionné par son vigoureux potentiel. Cette fois-ci donc, non seulement la Yamaha N°7, avec son équipage formé de Broc Parkes, Marvin Fritz et Max Neukirchner, gagne enfin mais la marque aux diapasons place l’autre Yamaha, celle du GMT 94, en seconde position à quelques 31 secondes, après une course menée tambour battant!

En consultant le classement vous serez étonnés de constater une répartition originale des marques.

Derrière les deux Yamaha on trouve, deux Honda puis deux BMW avant la Suzuki, devançant quant à elle, deux Kawasaki. Il serait trop simple de considérer qu’une telle hiérarchie s’est établie de fait, en fonction des qualités intrinsèques des cinq constructeurs engagés dans le Championnat mais à y regarder de plus près, les choses sont moins évidentes qu’il n’y parait.

 

ENDURANCE-MOTO-2018-SLOVAQUIE-La-YAMAHA-du-YART-victorieuse

Classement de ces Huit Heures de Slovaquie

1- Yamaha YART #7 – 224 tours

2- Yamaha GMT #94 à 31 secondes39

3- Honda FCC #5 à 1’17.39

4- Honda HER #111 à 1Tour

5- BMW NRT #48 à 2Tours

6- BMW MERCURY #21 à 3Tours

7- Suzuki SERT #2 à 3Tours

8- Kawasaki BOLINGER #8 à 4Tours

9- Kawasaki SRC #11 à 5Tours

10- Yamaha VILTAIS #333 (1er en SST) à 6Tours

 

 

UNE COURSE MENÉE TAMBOUR BATTANT

 

En début de course, tous les spécialistes observaient à la loupe les comportements des motos les plus rapides afin de déceler si un manufacturier ou un autre tirait son épingle du jeu sur une piste à 36 degrés et une température de l’air à 27 degrés. Gregg Black sur la Suzuki (Dunlop) N°2 parti en trombe avec la Honda (Dunlop) N°111 dans sa roue, la Yamaha N° 7 et la Honda N° 5 chaussées en Bridgestone ne tardèrent pas -après quelques tours prudents- à se porter en tête. Après que Freddy Foray (Honda N°5) ait pris le commandement des opérations, De Puniet, comme à son habitude pourrait-on dire, trop à l’attaque avec ses Pirelli sur la Kawasaki N°11, connut un moment où il ne put  rattraper une « figure » induite par son pilotage à bloc et excursionna en hors-piste.

À ce sujet, le fougueux pilote devait déclarer : « Je reconnais mon erreur, mais je manque de feeling sur cette piste surchauffée. Mon intention était de ne pas laisser partir les premiers, j’ai donc forcé pour rester au contact, je m’excuse auprès de toute l’équipe et en particulier de mes coéquipiers ».

Derrière la Honda FCC TSR N°5 que personne ne veut voir partir trop devant, on voit se presser la Yamaha N° 7, la Yamaha N° 94 et la Suzuki N°2. La Honda N° 111 -moins incisive- semble jouer la régularité, à moins que ce ne soit que de la prudence par rapport à des pneus au comportement quelque peu délicat.

 

8-H-Slovakia-2018-Yamaha-GMT-94-en-lutte-avec-Suzuki-SERT-N°2-©-Photo-Michel-Picard

 

Avant la première salve des ravitaillements, la Suzuki N°2 doit effectuer un Stop and Go de 30 secondes pour une absence d’étiquette sur un pneu (lors d’un contrôle aléatoire à l’issue des essais, l’étiquette qui avait été apposée s’était désolidarisée du pneu y laissant sa marque apparente). Ce coup de massue, attendu mais contesté auprès la FIM, n’allait pas empêcher les trois pilotes (G Black, Philippe et E. Masson) de continuer à jouer crânement leur partition, malgré d’autres soucis à venir.

Lors des deux premiers ravitaillements nous constatons la frugalité des deux Honda (N° 5 et N°111). Il faudra attendre les 3 heures de course pour voir les choses se décanter avec -à l’évidence- trois motos dominatrices : les Yamaha N° 7 et N°94 et la Honda N°5.

Cette Honda N°5 avec son trio de pilotes Freddy Foray, Alan Techer et Josh Hook aurait – à mon sens- sans aucun doute pu remporter la partie sans un souci d’éclairage après la mi-course, lui coûtant presqu’un tour. En effet sur cette moto très aboutie (nouveau modèle développé pour Suzuka), semble-t- il, les pilotes se montraient en confiance et Freddy Foray réalisait le meilleur tour en course en un 2’04’’185, assez impressionnant.

 

8 H Slovakia 2018 Briefing technique SERT © Photo Michel Picard

 

Alan Techer déclarait à l’arrivée : «  Ce fut une course très compliquée avec une température très chaude en début de course. Il nous a manqué un petit quelque chose qu’on n’a pas encore analysé, mais on ne s’est pas énervé. Tout le monde a bien bossé et nous sommes encore en tête du championnat du monde, pour un petit point… Rendez-vous à Oschersleben ! »

Quoiqu’il en soit, les trois équipes YART N°7, GMT N° 94 et Honda FCC TSR N°5 régalèrent le maigrepublic et les nombreux téléspectateurs en attaquant de bout en bout, même si, Broc Parkes, Marvin Fritz et Max Neukirchner durent se battre non seulement pour endiguer les assauts permanents de David Checa, Mike Di Meglio et Niccolò Canepa, mais aussi pour composer avec une absence d’assistances électroniques, presque durant toute la course.

Cette victoire avait une saveur particulière pour cette belle équipe du Yart et l’on comprend bien l’immense satisfaction du boss, Mandy Kainz qui déclarait : « Enfin notre heure est arrivée. Cela faisait longtemps qu’on attendait ce moment et on le mérite largement. Ce n'est presque pas réel à cause de la malchance qui nous poursuit. Ici, après les cinq premiers tours, l’électronique nous a lâchés et les pilotes ont donc dû gérer une pression supplémentaire pour garder une vitessecompétitive sans les aides électroniques. Je leur ai dit de rester calmes pendant les premières heures de course et qu’on prendrait peut-être plus de risques à la fin, si besoin. Donc finalement on obtient cette victoire tant méritée et c’est un sentiment incroyable ».

Ces propos résonnent de tout leur sens quand on se souvient de ceux enregistrés avant les 24 h du Mans, où l’on voulait déjà la victoire. Il faut dire que le YART -team avancé de l’usine japonaise- court après ce Graal depuis 2009, date de son titre de Champion du Monde !

 

8 H Slovakia 2018 David Checa Yamaha GMT 94 P2 © Photo Michel Picard

 

Christophe Guyot manager du GMT 94 n’était pas moins ravi car pour sa part, il vise à nouveau  le titre de Champion du monde. « Le principal objectif est atteint (à savoir terminer devant la Honda n°5 en tête du championnat) et nous sommes vraiment contents. La lutte pour le championnat du monde est plus intense que jamais, bravo au YART pour cette superbe victoire ».

La Honda N° 111 pilotée par Grégory Leblanc, Sébastien Gimbert et Erwan Nigon s’est montrée très régulière et économe en carburant mais sans cette petite étincelle, qui aurait pu la faire briller face àune concurrence très déterminée à jouer aux avant-postes. Sans doute veut-on au sein de cette équipe (officielle anglaise) absolument finir sur le podium du championnat du monde, ce qui expliquerait une certaine prudence pour doubler, par exemple.

 

8 H Slovakia 2018 BMW NRT N°48 P5 © Photo Michel Picard

8 H Slovakia 2018 BMW Mercury N°21 P6 © Photo Michel Picard

 

Les deux BMW N°48 et N°21 du NRT48 avec Kenny Foray, Stefan Kerschbaumer et Peter Hickman et du Mercury Racing avec Karel Hanika, Jakub Smrž et Matej Smrž, jouaient, quant à elles, presque en seconde division, si l’on peut dire. Toutefois, elles ont su démontrer régularité et organisation, qui doivent leur permettre de progresser au sein d’un peloton de concurrents très déterminés, jusque ety compris, dans la catégorie Superstock.

 

8 Heures Slovakia 2018  -Abandon de la Suzuki Junior Team LMS 72 en tête en SST à vingt minutes de la fin de la course © Photo Michel PICARD

 

La guerre fut intense et cruelle dans cette catégorie, où se montrèrent à leur avantage, les teams Tati Beaujolais Racing (Kawasaki N°4), Viltaïs Expériences (Yamaha N°333) et Junior Team LMS (Suzuki N°72). Intense, quand des pilotes comme Julien Enjolras, Florian Alt et Louis Rossi par exemple, se déchiraient dans des confrontations épiques pour dévorer deux ou trois dixièmes.

 

 

8 Heures de Slovakia 2018- Victoire en Superstock pour la YAMAHA 333 ©-Photo-Michel-PICARD

 

Cruelle, quand la Suzuki N°72, à moins de 20 minutes de la fin de course, voyait son moteur rendre l’âme.

Au final, la  N°333 –exempte de soucis-, devancera la Suzuki N°68 d’Atomic Racing et la BMW N°56 du GERT 56 German Racing.

 

LA DESCENTE AUX ENFERS POUR DEUX TEAMS ICONIQUES…

 

8 H Slovakia 2018 Kawasaki SRC N°11 P9 © Photo Michel Picard

 

Nous ne pouvons pas terminer ce sujet sans revenir sur une sorte de descente aux enfers que deux teams -pourtant prestigieux- n’ont pas semblé être en mesure de stopper lors de cette troisième course du championnat.

On a souvent ici, souligné la qualité des prestations fournies par le team SCR Kawasaki. Pourtant il semblerait que même si la moto est toujours « un avion », les erreurs se répètent et obèrent un résultat, qui devrait être brillant. La chute de De Puniet semblait en partie compensée quand, comme un coup de tonnerre, Jeremy Guarnoni tombait en panne sèche! Une poussette en bord de piste, puis un retour orchestré par une voiture de l’organisation (un peu dénoncé par les autres concurrents tant la moto a été posée près du stand) et la remontée au classement était passée aux oubliettes…

Gilles Stafler le manager semblait accablé. L’explication d’une température élevée semble un peu courte face à cette panne stupide, alors que depuis des lustres un voyant d’alerte est monté sur les motos d’endurance!

 

8-H-Slovakia-2018-Suzuki-SERT-N°2-P7-©-Photo-Michel-Picard

 

Depuis l’arrivée au dernier Bol d’Or de sa nouvelle Suzuki, le SERT, qui ne cesse de démontrer le potentiel important de cette moto, galère pour en fiabiliser tous les éléments. Après les soucis rencontrés au Mans, concernant les freins, une analyse a été conduite avec le fabricant Nissin. De nouvelles pièces (disques, plaquettes… étriers sans doute) ont été installées, des analyses de température de fonctionnement réalisées, or les mêmes symptômes se sont manifestés en course. Il semblerait que des problèmes de serrage ou de dimensionnement soient en cause au niveau de la broche ? des étriers ?

 


8 Heures Slovakia-2018-Gregg Black, pilote du SERT, adapte des semelles dans ses bottes – Photo : Michel PICARD

 

Dominique Hébrad, l’ingénieur maison ne souhaite pas communiquer plus avant sur la réalité de ses constatations, avant d’avoir débriefé avec le Japon.

Vincent Philippe, n’en dit pas plus, quand il parle de nouveau matériel qui ne serait pas assez serré, ou serait parasité par les vibrations du moteur. Cette question des vibrations doit être d’importance quand on apprend que les pilotes ont adopté des semelles « très spéciales » pour éviter les ampoules énormes qu’ils avaient récoltées lors des 24 heures du Mans, il y a quelques semaines!.

 

8 H Slovakia 2018 Suzuki SERT N°2 P7 © Photo Michel Picard

 

En tout cas les trois gaillards : Vincent Philippe, Etienne Masson et Gregg Black, comme un seul homme, ont fait front avec engagement et détermination à ce qu’ils auraient pu considérer comme une décourageante adversité. C’est bien là d’ailleurs une marque de fabrique du SERT : ne jamais baisser les bras et repartir plus fort face au mauvais sort, qui semble s’acharner sur l’équipe.

Fatigués, voire à bout après ces mois et ces mois de travail intense, les mécaniciens ne se font plus d’illusion quant à une belle place au championnat. Oschersleben et Suzuka devraient être encore des séances d’essais grandeur nature permettant de repartir dès le Bol prochain à la conquête d’un 16ème titre de Champion du Monde.

 

8 H Slovakia 2018 Équipe Yamaha GMT P2 © Photo Michel Picard

 

Pour cette année, en toute logique, le Yamaha GMT94 ou le F.C.C TSR Honda devrait décrocher la couronne.

Mais la logique existe-t- elle vraiment en compétition ? Pas sur…

 

8 H Slovakia 2018 Suzuki April N°50 © Photo Michel Picard

 

Tous nos vœux de prompt rétablissement accompagnent Baptiste Guittet qui, sur la Suzuki N° 50 du Team April Motors Events l’équipe de Marc Mothré et de Hervé Moineau, suite à un problème de pneumatique semble-t- il, a été violemment été éjecté au-dessus de sa moto.

Un moment inconscient avant d’être examiné à l’infirmerie du circuit, Baptiste était évacué par hélicoptère car un éclatement de la rate semblait avoir été diagnostiqué.

On parlait d’un transfert en France ce lundi.

 

Alain MONNOT

Photos : Michel PICARD

ENDURANCE-MOTO-2018-SLOVAQUIE-L’HONDA-du-FCC-TSR-N°5

CLASSEMENT PROVISOIRE DU CHAMPIONNAT

1.HONDA FCC : 116 points

.YAMAHA GMT : 115

3.HONDA Racing : 101

4.BMW WEPOL by PENZ : 81

5.BMW MERCURY : 63

6.SUZUKI SERT : 54

7.KAWASAKI BOLIGER : 52

8.BMW NRT 48 : 49

9.KAWASAKI SRC : 39

10.KAWASAKI TATI Team BEAUJOLAIS : 36

 

 

FIM EWC

About Author

gilles