BABYBOOMER’S ADVENTURE 2018 : PARIS-DAKAR ATTITUDE !

 

 

La dixième édition de ce que l’on  appelle par ses initiales le BBA, est un énorme succès, cinquante concurrents pour un concept aussi original, c’est colossal.

Le briefing se fait le matin aux petites heures, comme ça les soirées sont libres…

C’est 2000 km à travers le Maroc, dont la moitié sur des pistes.

 

GROSSE AMBIANCE AU BRIEFING DU MATIN

 

Le tout, du 8 au 18 mai, un vrai bonheur, même si Marrakech nous a accueilli ce mercredi dans le déluge, ça change des grosses chaleurs habituelles!

On a cru qu’on allait voir passer un célèbre fermier avec toutes ses bêtes d’élevage sur un gros bateau tellement il pleuvait mais le soir venu, le ciel s’est dégagé avec l’Atlas couvert de neige à l’horizon, bonheur.

S’y inscrivent les autos antérieures à 1995, 4X4 et surtout deux roues motrices, un peu à la mode des premiers vrais Paris-Dakar, quand partaient de Versailles de véritables engins de course et des autos ou des motos de tous les jours, pas du tout prévues pour faire du tout terrain.

 

 

Effectivement voir une deux chevaux Citroën, une Morgan, une 4l, attaquer la piste avec une envie absolue, et de la piste tantôt costaud, tantôt hyper roulante, c’est unique et c’est sur le BBA (Baby Bommers Adventure) !

Toute compète digne de ce nom, a naturellement besoin de stars, cette année, les frères Marreau roulent ensemble sur une de leurs autos du Dakar, une R12!

Et Michel Maindru, l’un des photographes clés de l’aventure du Dakar est là aussi, pour le plaisir…

Ce rallye coûte moins de 4000€ pour une auto et deux personnes tout compris, bouffes et chambres dans des hôtels de folie, ce qui explique son succès.

Les équipages sont complices dès le départ qui se fait de Bordeaux, il ya donc une vraie traversée longue, à travers l’Espagne pour descendre au ferry d’Algesiras, qui rappelle là encore les vrais Paris-Dakar d’antan, ceux des années 80.

Dans le désert, quand  une auto s’arrête, dix autres le font et aident, aujourd’hui une Lada Niva a cassé sa semelle d’amortisseur, il a fallu attendre l’auto des mécanos et leur poste à soudure, et plusieurs équipages sont restés avec l’équipage de la Russe et rustique 4X4, pour l’aide à tout démonter pour que tout soit prêt.

 

COLORADO?

 

Car oui, il ya une auto d’assistance  pour tout le monde, avec des mécanos du désert qui savent tout réparer, personne n’est abandonné en cas de panne non réparable sur la piste il ya évidemment une voiture balai.

Autre gros souvenir des Dakar de Sabine, le road book est fait comme ceux dont on disposait à l’époque, avec ces abréviations magiques (TDSPP, alias tout droit sur la piste principale, nombreuses pistes // alias parallèles)..

Bref la convivialité de cet événement et l’enthousiasme (et la dextérité mécanique le soir à l’hôtel!), l’originalité du plateau, la parfaite orga de l’ami Yann Duffillot, tout est immense.

La première journée Marocaine fait 350 km, direction Boulmane Dadès, un peu de route, un peu de « roupiste », de la route tellement déglinguée que l’on y roule comme sur une piste pleine de pièges, des pistes genre Canyon du Colorado, le génie des paysages de ce pays est que la roche change de couleur  à chaque kilomètre, on en prend plein la g… toute la journée.

Je suis le rallye dans la 4X4 de la compagnie Saharienne de mon complice Arnaud Delmas Marsalet, qui est là pour son plaisir, pour faire des photos et pour sortir éventuellement une auto du sable.

Parce qu’ici on s’enlise avec tout le rallye qui fait la haie d’honneur le long des bancs de sable, qui applaudit si l’on sort, qui aide… si l’on reste planté!

DANS LA VIE IL Y A DE BONS MOMENTS ET PUIS ARRIVE LE SOUVENIR INOUBLIABLE;;;

Oui, on est dans les années 80, et même un peu plus, le fils d’Arnaud, Lucas, roule avec ses potes sur un Toyota qui a servi pour les recos des deux derniers Dakar Africains et des deux premiers en Amérique du sud…

Et oui, ici, la poussière a partout un parfum d’aventure et d’histoire…

 

Jean Louis BERNARDELLI

Photos : Arnaud DELMAS-MARSALET

 

Rallyes Historiques Sport

About Author

gilles