ESSAI DE LA TOYOTA YARIS GRMN

 

 

Enfin une GTI délurée et exubérante ! La Toyota Yaris GRMN offre le ramage et le plumage.
Une vraie WRC de la Route ! Dommage que les 400 exemplaires soient déjà écoulés…

 

 

La Toyota Yaris, on connaît. Le Constructeur Japonais nous rappelle régulièrement qu’elle est fabriquée à Onnaing, près de Valenciennes et elle fut la première citadine proposée en Hybride. « GRMN », cela signifie « Gazoo Racing Master of Nürburgring ».

Le Gazoo Racing est la branche sportive officielle de Toyota. Elle s’appelait autrefois « Toyota Motorsport » et les plus vieux se souviennent de « Toyota Team Europe » (TTE, pour les intimes.) La première apparition du Gazoo Racing, c’était aux 24 heures du Nürburgring 2007. En 2011, le Gazoo Racing avait développé une voiture de course électrique -basée sur une Radical- décrochant un record de tour de la fameuse Nordschleife. (la Boucle Nord)

Et c’est sur le ‘Ring’ que la Toyota Yaris GRMN fut développée, d’où son nom. Bien que l’inspiration de la Yaris WRC semble évidente.

 

Copyright : TOYOTA

 

Justement, côté look, Toyota a mis le paquet. La calandre noire, à nid d’abeilles ressemble à une bouche béante, prête à avaler la route. À l’arrière, elle reçoit un aileron généreux, sur le hayon. Le bouclier est spécifique, afin d’accueillir une sortie d’échappement unique. Derrière, les jantes BBS 17 pouces noires, on devine les étriers de freins Blanc Advics, à quatre pistons, très compet’.

Et pour parfaire le look, la GRMN reçoit des stickers rouges et noirs, les couleurs officielles du Gazoo Racing, sur le capot et les portes.

D’emblée, on comprend qu’on n’a pas affaire à une Yaris de base…

 

Copyright : TOYOTA

 

L’impression se confirme à l’intérieur… Le baquet, très enveloppant, vous met dans l’ambiance. Le volant, avec « zéro », est emprunté à la 86. Elle reçoit également des tapis de sol spécifique et un pédalier alu.

 

Copyright : TOYOTA

 

Le moteur de la Yaris GRMN est un 1,8l ZR-2FE. Avant d’aller à Onnaing, il a fait un détour chez Lotus. Les techniciens d’Hethel y greffent un compresseur Eaton, afin qu’il atteigne 212 ch à 6.800 tr/min, avec un couple de 250 Nm à 4 800tr/min. Contrairement à la WRC, la GRMN n’est qu’une 2RM.

 

 

 

Avec 1.135 kg, la GRMN n’a besoin que de 6,4″ pour atteindre 100 km/h. Elle est bridée à 230 km/h. Le constructeur est de la vieille école : boîte mécanique à six rapports et ESP très permissif. Tant pis pour les « pilotes » de consoles de jeux !

Les accélérations sont franches et grâce au couple généreux, les reprises sont bonnes. Le tout avec le feulement du 1,8 l suralimenté… Son terrain de jeu, ce sont les routes sinueuses. Ses amortisseurs Sachs et ses Bridgestone Potenza RE050A en 205/45 lui offrent une adhérence redoutable pour une traction. Qui plus est, la direction est très directe. De quoi se prendre pour Ott Tänak, vainqueur le week-end dernier du Rallye d’Argentine, avec la Yaris WRC…

Un look rageur et des performances au diapason, la Yaris GRMN est une vraie bombinette. Il faut débourser 30.700 € pour en acheter une. Avec 170 g de CO2, elle est assujettie au malus 6.300 €, soit un prix total de 37.000 €.

De toute façon, Toyota n’en a construit que 600, dont 20 pour la France. Mises en vente en janvier, elles sont parties comme des petits pains… Mais tout n’est pas perdu. La Yaris GRMN devait accompagner les débuts de la Yaris WRC. Toyota était donc parti sur une série ultra-limitée, car les chances de succès étaient très aléatoires…

Face à la réussite commerciale de la GRMN, Toyota pourrait se décider à lancer une seconde Yaris sportive…

 

Joest Jonathan OUAKNINE

Photos : TOYOTA

 

 

About Author

JOEST JONATHAN OUAKNINE