AUX USA, LA NASCAR RACHÈTE L’ARCA !

 

 

C’est une date historique en ce printemps 2018, dans le stock-car Américain :
la NASCAR annonce le rachat de sa rivale, l’ARCA.

 

Pour comprendre la distinction entre NASCAR et ARCA, il faut remonter aux origines de la NASCAR. Le stock-car est née avec la prohibition. Les convoyeurs d’alcool aimaient se mesurer sur des tracés improvisés sur des champs. À la fin des années 30, les courses devinrent plus formelles, avec des épreuves sur des tracés permanents, comme Lakewood. À l’époque, l’AAA -qui organisait l’Indycar- était l’unique fédération sportive US. L’AAA refusa de prendre en charge les courses de stock-car, dont nombre d’acteurs étaient des repris de justice…

Alors le stock-car se fit loin de l’AAA et d’Indianapolis : en 1948, à Daytona, en Floride, quatre hommes fondèrent la NASCAR. Rapidement, l’un d’eux prit la tête de l’organisation : Bill France. Il s’entoura d’une équipe d’officiels, dont John Marcum, un ancien pilote.

La NASCAR se développa dans les États du Sud. En 1953, Marcum quitta la NASCAR pour créer son pendant au Nord : la Midwest Association for Race Cars (MARC), basée à Toledo, près des Grands Lacs.

France et Marcum entretenaient de bons rapports. Aussi, lorsque Bill France fit bâtir le Speedway de Daytona, il proposa à la MARC d’y organiser une épreuve. Accessoirement, c’était un moyen de donner davantage d’activité au circuit…

La MARC débarqua à Daytona en 1964. À cet instant-là, le sigle n’avait plus lieu d’être, vu qu’elle débordait sur le Sud. La MARC devint donc ARCA (Automobile Racing Club of America.) Au fil des années 60-70, la NASCAR se professionnalisa, avec des constructeurs officiellement présents, davantage de sponsors et de médias. A contrario, l’ARCA évolua peu, conservant plus longtemps les circuits en terre battue, des ovales courts et acceptant les gentlemen-drivers.

En 1982, la NASCAR créa la Busch Grand National, censée être une « Division 2 », puis il y a eu la Truck Series, en 1995. L’objectif étant de créer une filière et de quadriller le pays. L’ARCA se positionna en série nationale « low cost » et elle créa sa propre filière. Elle s’adresse aux pilotes trop jeunes, trop vieux et surtout n’ayant pas les budgets pour la discipline-reine. Certaines courses ont lieu en prologue d’épreuves de NASCAR et les voitures sont parfois des ex-NASCAR.

Jim France, fils de Bill France, a fait fusionner la Grand-Am et l’ALMS pour créer l’IMSA. Aujourd’hui, il veut faire la même chose dans le stock-car. En reprenant l’ARCA à Ron Drager, le petit-fils de John Marcum, il va bâtir un organisme unique. France et Drager ont annoncé que les choses resteraient en l’état en 2019. Mais après ?

L’ARCA Racing Series (le porte-drapeau de l’ARCA) sera-t-il intégré sous la forme d’une « division 4 » de la NASCAR ? En tout cas, ce sera la fin d’une histoire débutée en 1953.

 

Joest Jonathan OUAKNINE

Photo : NASCAR

 

Nascar

About Author

JOEST JONATHAN OUAKNINE