CIRCULATION : LES MOTARDS DEVIENNENT DES PESTIFÉRÉS !

 

FOURRIÈRE Parisienne enlevant scooters et mots Avenue de FRANCE dans le XIIIème ARRONDISSEMENT de PARIS

 

La photo qui ouvre cet article me fait juste bondir. Elle a été prise par AutoNewsInfo, dans le XIIIème Arrondissement de PARIS, Avenue de France à coté de la Gare d’Austerlitz, où les véhicules de la fourrière Parisienne, enlevaient à tout va, scooters et motos, sur un terre plein central, où ces deux roues ne dérangeaient absolument personne, les piétons circulant eux sur les trottoirs !

Comprenne qui pourra cette absurdité !

Au cours des siècles, certaines personnes ou communautés ont été ainsi considérées comme à éradiquer. Donnant lieu à une haine collective insupportable, certaines sont d’ailleurs interdites par la Constitution.

C’est maintenant par endroits le tour des motos et des scooters.

Figurez vous qu’il existe une association, un collectif comme on dit, dont le seul objectif est d’interdire les scooters…

Ce collectif dont je ne donne pas le nom, encore un truc véhiculé par cette poubelle qu’est internet, est composé de piétons et de pratiquants du vélo, ainsi que d’usagers des transports en commun.

Et oui, Internet donne de très jolies choses (AutoNewsInfo par exemple) mais aussi des haines collectives insupportables…

Bien sûr, on utilise des mots ronflants et très à la mode comme « le partage mutuel de l’espace », mais ça sert à une chose, brûler les scooters en place publique. On est revenu en pleine Inquisition, la haine est devenue un mot d’ordre, l’éradication une solution.

Nos lecteurs sont jeunes, moi dont les parents se sont connus dans la Résistance, ce que je vois grossir ressemble fortement aux saloperies de la France de Vichy…

Bon, évidemment, il y a des municipalités qui passent à l’acte, il ya longtemps on prenait en exemple les villes qui avaient de bonnes idées, maintenant les grandes réalisations sont juste haineuses !

Honte donc à Charenton, il ya eu longtemps un asile de fous dans ce bled, on a du les lâcher dans la Mairie.

Honte itou à Vincennes, ville ex-bourgeoise et à la recherche du temps perdu, avec ses villas en bordure de forêt (où les banquiers logeaient leurs conquêtes et venaient les voir en fiacre, ces maisons sont encore appelées aujourd’hui des « cinq à sept », et les fiacres s’y garaient fastoche, c’est sûr que c’est plus chic qu’un scooter…).

Ces deux villes ont institué un parking payant pour les motos et scooters, qui coûte jusqu’à 140 € par mois !

C’est dément comment la jalousie peut transformer un être doué d’intelligence en con absolu.

Parce que ce qui énerve tous ces gens, c’est que motards et scooteristes les dépassent sur le périf, remontent une file à un feu rouge, ne perdent pas une demi heure pour se garer, quand ils viennent de grande banlieue ils mettent 15 à 20% du temps qu’il faut aux autres pour aller bosser…

J’avoue que moi-même, motard depuis un milliard d’années, je vois des connards motards  faire des trucs inacceptables et à chaque fois je me dis que dans cent bagnoles, on se met à détester les deux roues en général.

À cause de trois connards, trente, trois cents, on interdit aux autres d’exister, on veut les forcer à entrer dans le moule façon marteau-pilon de ceux qui souffrent de perte de temps dues à l’incapacité de la Région Île de France de trouver des solutions de mobilité.

Car, et c’est bien là où est l’infamie, le deux roues est en effet une réponse à la demande de mobilité.

Pas la seule, nous ne sommes pas sectaires nous, les autres ont le droit de vivre, je n’ai jamais insulté un vélo qui brûle un feu, jamais insulté un petit vieux qui n’a pas fini de traverser quand le feu passe au vert, bref j’essaie que la vie en commun, soit possible.

Nous avons reçu un com de presse d’une boîte spécialisée dans les parkings et qui pratique des tarifs environ 30% moins cher que les endroits officiels, parkings payants de surface ou en sous-sol.

Cette société, qui s’appelle Yespark, a commencé par l’auto puisque c’est le premier objet de mobilité qui a été pris en otage, et s’ouvre maintenant aux motos, tout est connecté, on cherche sur l’appli, on trouve l’endroit, on clique pour l’ouvrir et se garer, plus de fourrière, plus de vol, plus de rayures, de top cases forcés etc…

Elle dispose de 100 parkings dans le Val de Marne, avec 2.000 places disponibles. Il y en a partout en France mais c’est dans le Val de Marne que pour l’instant on allume les bûchers.

C’est sûr que si vous en trouvez un dans le coin où vous bossez, ça peut être intéressant.

Pour les autres allez sur le site, qui explique offrir 600 parkings en France avec 12.000  places disponibles, à des tarifs qui commencent à 14 € par mois..

www.yespark.fr/parkings

En somme une sorte d’abri anti-bombardement…

Quelle époque on vit, en matière de mobilité on bannit l’intelligence!

Tiens? ça me fait penser qu’il n’y a pas longtemps, un de mes copains qui a un gros scooter en grande banlieue a proposé, pour les jours de grève des transports, par affichage, d’emmener tous les jours quelqu’un bosser à Paris dans l’entourage de son bureau, et ce gratoche.

Les gens ont fait la queue pour être emmenés, comme quoi quand on est dans la merde, on oublie ses convictions haineuses bien ancrées…

Quelle belle revanche sur les élus qui ne pensent qu’à nous faire une vie moche.

Jean Louis BERNARDELLI

Photos : AutoNewsInfo

 

FOURRIÈRE Parisienne enlevant scooters et mots avenue de FRANCE dans le XIIIème ARRONDISSEMENT de PARIS

 

Evenements Législation Moto Moto Divers

About Author

jeanlouis