VAINQUEUR DES 24 H DU MANS MOTOS, FREDDY FORRAY CONFIE : «ON SAVAIT QU’ON POUVAIT GAGNER»

 

24-H-du-mans-Moto-2018-HONDA-N°5-photo-Thierry-COULIBALY-

 

Arrivé en Championnat du monde d’endurance moto en 2017, l’équipe Japonaise Honda FCC TSR, était précédée d’une belle notoriété, ayant par le passé remporté et triomphé à trois reprises aux très réputées Huit Heures de Suzuka.

Pour sa venue au plus haut niveau mondial, le Team Nippon s’est fort logiquement tourné vers Honda-France, l’importateur dans l’hexagone comptant une solide expérience de la compétition moto en endurance au cours des années 80-90, avec des dizaines de victoires au Bol d’Or, aux 24 Heures du Mans, avec à la clé des titres Européens et Mondiaux!

Un partenariat qui fonctionne visiblement à merveille.

 


24 Heures du MANS Moto 2018 -Le Team Manager de l’équipe HONDA FCC, Masakazu FUJII – Photo : Thierry COULIBALY.

 

Masakazu Fujii, le manager de cette Honda FCC N°5 victorieuse, ne manquait d’ailleurs pas d’humour, après l’arrivée, en déclarant:

«  La France m’a donné toute cette énergie pour gagner. »

Alan Techer, 23 ans, se réjouissait, lui « de cette expérience unique, avec une victoire incroyable aux 24 Heures du Mans!«

Quant à l’homme de pointe, assurément le pilote le plus expérimenté, Freddy Foray, vétéran de l’équipe, lui, il avouait avoir bien ressenti les choses après l’échec du Bol d’Or l’an dernier et soulignait le plaisir de bosser avec ses deux équipiers, Josh Hook et Alan Techer, les petits jeunes.

 

 

Freddy évoquait également au cours de la conférence de presse d’après-course, sa satisfaction de ses excellents rapports établis avec le team manager qui l’avaient installé dans un climat de pleine confiance et concluait par ces mots:

«  Quand on attend six ans avant d’en gagner une mais une belle, on sait ce que l’on veut et, gagner ces 24 heures c’est trop cool. »

 


24 HEURES du MANS 2018 Freddy FORAY offre la victoire à l’équipe HONDA France FCC TSR ce dimanche 22 avril.

 

Nous avons souhaité prolonger cette conférence par une interview plus personnelle, ce que Freddy a accepté avec sa gentillesse habituelle.

Tu avais ça en tête depuis longtemps de gagner ici les 24 heures?

« Oui j’avais ça en tête depuis le moment où nous sommes tombés au Bol d’Or, alors que nous menions la course que nous terminerons du coup seulement en sixième position. A partir de ce moment-là, on savait qu’on pouvait gagner. Pourtant dans une course de 24 heures, quand tu la rates une fois, tu ne sais pas si l’occasion va se présenter une deuxième fois. Ce qui est incroyable c’est qu’on a donné une victoire facile au GMT (ils ont terminé premiers du Bol avec 6 tours d’avance), alors là, le GMT souvent irréprochable a commis une erreur et nous offre à son tour la victoire. C’est assez marrant, on s’est finalement renvoyé la balle en deux courses. »

 

BOL d’OR 2017-Freddy FORAY-  F.C.C.TSR-Honda-France- Photo: Jeff THIRY

 

Tu ne penses pas que pour eux, ça ne tenait pas à un problème de pneumatiques. Pour votre part vous paraissiez bien blindés de ce côté-là?

« Non, nous avons eu nos problèmes aussi, simplement , nous n’avons rien dit , on a essayé de comprendre, on a bossé. Au départ de la course on a été surpris, on roulait en 1’38, alors qu’on pensait pouvoir rouler en 1’37. Par exemple, quand je suis rapidement revenu sur mon frère Kenny (BMW) et Randy de Puniet (Kawasaki), je me suis rendu compte qu’il fallait rester derrière et attendre parce que de toute façon, il faisait trop chaud et que c’était trop risqué. »

Freddy, tu as dit que travailler avec des japonais c’était original, tu confirmes?

« Original ça n’est pas forcément le mot qui convient le mieux, mais en tout cas c’est super intéressant parce que c’est une culture totalement différente. Ce qui est génial, c’est que nous en Europe, on est très contractuel alors qu’eux, sont très famille. Quand je suis arrivé dans ce team-là, je me suis dit c’est trop cool, ils sont trop gentils avec moi, je redoute quelque chose. En fait non. La confiance s’est établie après le Bol, après les essais, après les 24 heures du Mans. On se rend compte que nous deux, on a besoin d’être ensemble. »

 

24 H du Mans-Moto-2018-Freddy-FORRAY-Photo:Thierry COULIBALY

 

Comment communique-t-on avec les Japonais de cette équipe FCC TSR?

« En anglais, mais en bien des occasions on ne les comprend pas. C’est très simple, avec l’équipe Britanique de la 111 j’ai fait 4 ans et j’étais bilingue, c’était une fierté car au début je ne parlais pas très bien l’anglais. Or, le premier repas que j’ai partagé avec les Japonais, en anglais, je suis resté bouche bée, je ne comprenais rien. »

Le team semble très efficace ?

« Oui, avec ce team japonais, sincèrement je ne pensais pas que l’on allait mener la course au Bol d’Or et gagner ici au Mans. Maintenant, on arrive sur les courses de 8 heures et l’on sait que Honda Japon et le HRC sont vachement investis dans le projet. Nous sommes sur la bonne voie, et en plus nous sommes en tête du Championnat du monde »

Tu te sens bien au sein de cette équipe?

« Oui, totalement. Je pense qu’il faut savoir respecter les différences de cultures. Je pense être un gentil garçon, je suis simple, je ne me prends pas la tête. Je remercie les gens quand c’est grâce à eux que ça marche, je m’excuse quand je commets une erreur. Je ne cherche pas d’excuses comme les pilotes de la N°111… »

 

Gilles et Christophe-DECULTOT, légèrement fatigues au terme de ces 24-H du MANS-Moto-2018-Photo-Thierry-COULIBALY

 

Naturellement, ce triomphe de Honda, qui outre la victoire s’offre un aussi sensationnel qu’inattendu doublé avec la seconde machine, la N°111, ne pouvait que réjouir Christophe Decultot, le vice-président de Honda-France, présent au Mans.

Ami de Gilles Gaignault, qu’il croise fréquemment sur les circuits automobiles, étant lui-même acteur – il pilote en endurance en Championnat VdeV Séries- une Ligier LMP3, il nous a du coup accordé un long interview pour nous confier sa satisfaction de voir la marque renouer enfin avec une grande victoire et ce justement l’année du 40éme anniversaire du premier succès de Honda, ici-même en 1978, lors de la toute première édition de ces 24 Heures du Mans Motos:

« C’est juste un succès historique parce que c’est le 40éme anniversaire de notre première victoire en 1978, avec le tandem Léon-Chemarin et ensuite pour nous, c’est un vrai renouveau, car notre ultime triomphe avec notre concessionnaire National Motos, remontait à 2006. Pour la marque, gagner en endurance, c’est essentiel parce que c’est une discipline en France, qui est extrêmement respectée et populaire en terme d’image, en témoigne le nombreux public présent tout autour du circuit et puis pour Honda, l’endurance fait partie de notre ADN, donc on se doit d’être non seulement présent mais de se bagarrer pour les victoires et le Championnat. »

Et Christophe Decultot enchaînait:

« Pour revenir au sommet, on a mis en place une association Honda France avec le Team Japonais FCC TSR, très structuré pour l’endurance et qui a installé son antenne Européenne en partie chez Honda France et cette équipe possède, rappelons-le, à son palmarès trois succès aux Huit Heures de Suzuka. Quant à la 111 qui assure ce formidable doublé, elle est engagée par Honda Europe en Grande Bretagne. Elle fait, elle aussi, une incroyable remontée au cours de la nuit, suite à un ennui  électronique survenu tout au début de ces 24 Heures. Donc énorme satisfaction d’ensemble. »

Répondant à la question de Gilles, êtes vous, malgré tout, surpris de ce sensationnel résultat? Christophe Decultot, conclut:

« On avait vraiment un réel espoir au minima de podium, notamment après notre performance du Bol d’Or 2017 et la chaude bagarre avec la Yam GMT 94 pour la victoire, jusqu’au petit matin, avant sa chute mais qui avait démontré le potentiel de notre moto. »

 

Propos recueillis par Alain MONNOT

Photos : Thierry COULIBALY

 

s-24-H-du-Mans-Moto-2018-HONDA-N°5 au petit matin récupère le commandement – Photo : Thierry COULIBALY

24-H-du-mans-Moto-2018- Ultime Ravitaillement pur la mot -de tête, a Honda FCC N°5- Photo-Thierry COULIBALY

 

FIM EWC

About Author

gilles