KAWASAKI GARDE SA POLE MAIS UNE BATAILLE SOMPTUEUSE À PRÉVOIR AUX 24 H DU MANS MOTOS

 

 

 Assurément aux 24 Heures du Mans motos, une bataille somptueuse s’annonce…

Les bonnes conditions météo ont permis aux écuries de bien travailler dans la première partie de la semaine du Mans, alors que pour certaines comme le SERT, sur 8 jours d’essais hivernaux, il n’avait été jusqu’alors possible de rouler seulement … 40 minutes sur le sec !

Ces deux journées ce jeudi et vendredi, consacrées aux qualifications ont donc permis à tous de s’exprimer dans les meilleures conditions.

 

Essais-24-H-du-Mans-Moto-2018-KAWASAKI-N°11..

La qualif ce n’est pas la course !

 

Comme toujours pour les courses de 24 Heures, les puristes vous diront : s’élancer depuis la pole ou être en première ligne après les qualifications c’est une chose, gagner la course en est une autre!

Pour autant, connaissant le tempérament bien trempé de Gilles Stafler, on peut penser que le boss du Team SCR Kawasaki, entend bien battre en brèche cet adage.

En effet, sans coup férir, sa triplette de pilotes (Gines, De Puniet et Guarnoni) a porté la Kawasaki n°11 en tête décrochant un temps cumulé sur l’ensemble des séances de 1’36.946, devançant la Yamaha N°7 du YART seconde en 1’37.101 et la BMW N° 48  troisième en 1’37.338.

 

Essais-24-H-du-Mans-Moto-2018-YAMAHA-N°7

Essais-24-H-du-Mans-Moto-2018-B-M-WI-N°48

 

Satisfaits des réglages de la moto et de la tenue des pneumatiques Pirelli, les pilotes de la Kawasaki vont avoir à cœur de démontrer tout au long des 24 heures, leur niveau constant de performances, pour effacer l’échec du Bol d’Or et prouver que même sans une aide de l’usine, on peut rivaliser avec les teams très officiels.

Randy de Puniet, l’auteur du meilleur chrono absolu en 1’36.446, expliquait :

« Je suis un peu déçu de ne pas avoir amélioré mon chrono record. Mais tout est fait pour jouer la gagne et on espère aller au bout ! »

D’aucuns vous diront que loin des motos d’usine ou pas, ce seront les pneumatiques, qui feront la différence et l’on peut dire qu’en fonction du nombre de chutes enregistrées lors des séances de qualifications, Dunlop semblerait moins serein que ses concurrents: Bridgestone et Pirelli.

Alors, selon ces constats et l’impression donnée par la Yamaha N°7 en piste, le YART peut légitiment ambitionner la victoire.

Christian Giglio responsable du montage des motos au sein du team Autrichien nous fournit un éclairage intéressant sur le positionnement de l’équipe par rapport à l’usine et à l’autre team utilisant une Yamaha, le GMT94.

« Nous recevons directement les pièces du Japon avec les instructions précises de montage. Nous apportons quelques améliorations pour une exploitation facilitée en endurance. Les japonais paient et ils ont des exigences. Nous, au YART, sommes là pour gagner. Le Japon a besoin de résultats. Le Championnat n’est pas notre objectif. Nous participons au développement des modèles de route et aussi pour les courses de la saison suivante. »

 

 

Précisons à propos de cette Yamaha N°7 que Broc Parkes -que l’on avait cru forfait à la suite d’une blessure à l’épaule- tient fort bien sa place en compagnie de Marvin Fritz et d’un nouveau Japonais, Takua Fujita.

Pour ce qui concerne les pneus, les techniciens de Bridgestone ont emmagasiné pas mal de données avec des tests en Espagne et au Mans. Ils ont effectué leur travail de développement pour fournir des produits constants, fonctionnant de manière optimale dans une grande fourchette de température.

 

Essais-24-H-du-Mans-Moto-2018-BMW-N°48

 

Ce vendredi, c’est finalement l’une des BMW, la N°48, qui décroche le troisième temps des qualifications, chaussée, elle, en Pirelli, elle barre la route à la Yamaha GMT94 et  à la Suzuki N°2 du SERT, équipées en Dunlop.

Sur cette moto BMW, c’est sans doute la prestation de Lucy Glockner qui en épatera plus d’un. Plus de 190 km/h en vitesse de pointe, la Miss en bluffe effectivement plus d’un !

 

Essais-24-H-du-Mans-Moto-2018- L’Equipe en charge des pneumatiques au SERT

Gérer les étiquettes

 

Au sein du GMT94, comme au SERT (4ème et 5ème temps), sans être vraiment en délicatesse avec les enveloppes, c’était la gestion des étiquettes des pneumatiques, qui retenait toute l’attention de Christophe Guyot pour la Yamaha N°94 et, était l’objet d’une organisation particulière, qu’on nous explique au SERT (Suzuki Endurance Racing Team) de Dominique Meliand:

« Chaque équipe dispose de 45 étiquettes à affecter aux pneus (hors pneus pluie) pour les essais qualificatifs et la course. Elle ajuste sa stratégie pour qu’en permanence le team manager puisse faire monter des roues avec une étiquette parfaitement reconnaissable, qui sera contrôlée par le commissaire de stand et éventuellement en sortie de pit-lane. Les étiquettes sont thermo soudées par une réaction chimique entre la pastille et le pneu. la gestion du stock nécessite un vrai travail de gestion adminsitrativo-comptable.

Comme par ailleurs, en qualifications certains pneus n’effectuent qu’une douzaine de tours, il faut les conserver pour une réutilisation en course, pour autant que la gomme corresponde aux besoins.

 

L’Importance des pneumatiques

 

 Bref pour toute cette partie délicate et rigoureuse, les fonctions sont bien réparties. Serge assure la responsabilité globale de la mini-structure comprenant la gestion des pastilles, les préconisations de pression, la tenue des fiches navette avec le manufacturier… Alain pour les roues avant et, Joël pour les roues arrière, sont en charge de la vérification de la pression et du portage et présentation pour le montage. Didier participe avec les deux amis au nettoyage des roues et assure la liaison avec le manufacturier, dans le paddock.

 

Essais-24-H-du-Mans-Moto-2018-YAMAHA-N°333

 

Si l’on reste dans le domaine pneumatique nous noterons que la Yamaha N°333 n’a pas mollit en passant de Michelin en 2017 à Dunlop maintenant. Avec méthode et forte cohésion de l’équipe, l’objectif du team Viltaïs reste bien de décocher le titre en Superstock.

Les qualifications sont réussies puisque cette Yamaha précède la Kawasaki N° 33 de Louit Moto et la Yamaha N°96 de Moto Ain.

Le public s’est déjà pressé en masse vers le circuit Sarthois et la météo favorable (quoique!) engagera sans aucun doute de nombreux spectateurs à venir assister au départ et profiter des nombreuses animations programmées pour un week-end de rêve.

 

Alain MONNOT

Photos : Thierry COULIBALY

 

Essais-24-H-du-Mans-Moto-2018-YAMAHA-N°94.

Essais 24 H du Mans Moto 2018 SUZUKI N°2.

Essais 24 H du Mans Moto 2018 HONDA N°111

Essais 24 H du Mans Moto 2018 HONDA N°5.


Essais-24-H-du-Mans-Moto-2018-La SUZUKI GSX-R1000 N°50 de l’équipe APRIL Motor Events – Photo-Thierry-COULIBALY-


24-H-du-Mans-Moto-2018-HONDA CBR 1000-NATIONAL Moto N°55-Photo-Thierry-COULIBALY

 

FIM EWC

About Author

gilles