BOB DANCE : UN MÉCANICIEN DE LÉGENDE ET ICÔNE LOTUS

 

 

 

 

Parmi la frange des mécaniciens de F1, Robert DANCE, dit Bob, en est la véritable figure de proue.

À l’aube de ses 83 ans, qu’il fêtera le 10 mai prochain, cela fera précisément… 58 ans, qu’il se complait à tremper ses mains dans le cambouis et à porter une salopette souillée d’huile, ses marques de fabrique, qu’il ne voudrait pour rien au monde échanger contre n’importe quel uniforme du plus bel effet.

Si de sa passion on en fait généralement son métier, lui par contre, il a inversé cette tendance en faisant de son métier une passion qui l’anime toujours, même après quasiment six décennies d’activité en tant que mécanicien de course.

Véritable légende vivante, il était devenu la véritable courroie de transmission d’ingéniosité chez LOTUS en F1, jusqu’à la disparition de cette célèbre écurie fin ’94.

Sa maîtrise et son expérience profite d’ailleurs toujours actuellement au CLASSIC TEAM LOTUS, fondé en 1992 pour préserver le patrimoine de ce fleuron parmi les plus prestigieuses écuries de la planète.

Pour celui que tous appelaient  affectueusement  « Bob Lotti » sous l’ère Colin CHAPMAN, où il était devenu un véritable expert pour assembler et mettre au point les fameuses boîtes de vitesses COLOTTI fabriquées à Modena, dont étaient équipés la majorité des teams.

Au service de Colin CHAPAN depuis l’automne 1960, à l’assemblage de tous les composants utilisés par le Team LOTUS ,tant en F1, qu’en catégorie Sport, il se profilera rapidement comme chef mécanicien, réputé pour sa méticulosité.

 


La Lotus 25 de 1962, premier châssis monocoque en F1-© Manfred GIET-.

 

Hormis deux brefs intermèdes, entre 1970 et 1976, chez MARCH d’abord, où Max MOSLEY l’avait recruté pour diriger l’équipe des mécanos de cette nouvelle écurie et chez BRABHAM ensuite, et que venait de reprendre Bernie ECCLESTONE, il est resté fidèle à LOTUS durant vingt-sept années, auxquelles s’ajoutent vingt-six autres, au sein du CLASSIC TEAM LOTUS, où il fait toujours partie des meubles, au grand bonheur de la succession de Colin CHAPMAN, sa veuve Hazel et son fils Clive.

Intemporel de cette corporation de travailleurs de l’ombre sans qui le sport automobile serait irréalisable, Bob DANCE, le citoyen de Norwich a toujours été amoureux du travail bien fait.

Manipuler avec doigté clés plates, mixtes, à cliquet et jongler avec des tournevis cruciformes, reste son cheval de bataille.

Tout comme le réglage des moteurs à l’ouïe et arriver à leur permettre de fournir toute la quintessence de leur cavalerie, font que ce mécano hors-pair fait toujours partie de l’inventaire de LOTUS actuellement.

Ce que la passion pour le puzzle est pour certains, son dada à lui c’est le démontage et le réassemblage de moteurs ou boîtes de vitesse de F1 ou voitures sports de l’ère pré-électronique, c’sst-à-dire, l’époque où l’homme primait encore sur la télémétrie.

 


Bob DANCE-en uniforme Lotus-© Manfred GIET

CHAPMAN AVAIT ESSAYÉ  DE LE DÉCOURAGER…

 

Ses classes chez LOTUS, il les fit sur les fameuses CORTINA LOTUS, avant d’insister pour pouvoir passer au département F1, ce à quoi Colin CHAPMAN, brillant ingénieur qui s’inspira souvent de l’aviation pour construire ses F1 géniales, lui rétorqua « mais pourquoi veux-tu absolument travailler en F1? Penses que la profession de mécano en F1 est un métier sans avenir! »

58 ans plus tard, le brave Bob en rigole encore, lui qui pendant quatre décennies a été au service de pilotes du calibre de Jim CLARK, Graham HILL, Carlos REUTEMANN, Carlos PACE, Mario ANDRETTI, Ronnie PETERSON, Gunnar NILSSON, Elio de ANGELIS, Jochen RINDT, Nigel MANSELL, Nelson PIQUET, Ayrton SENNA ou Mikka HÄKKINEN, et qui outre Colin CHAPMAN, a été sous les ordres de Max MOSLEY et Bernie ECCLESTONE, où il a côtoyé à leurs débuts, les brillants créateurs Adrian NEWEY (MARCH) et Gordon MURRAY (BRABHAM).

De toutes les stars du macadam qu’il a eu le plaisir d’aborder durant sa longue carrière, souvent la question lui a été posée de savoir qui de Jim CLARK, disparu tragiquement le 7 avril 1968 à Hockenheim lors d’une épreuve de F2, où d’Ayrton SENNA, qui trouva la mort à Imola le 1er mai 1994, était le meilleur?

 


Bob-Dance-travaillant-sur-la-Lotus-25-ex-Jim-Clark2csa-fierté-©-Manfred-GIET

 50 ANS ET 24 ANS APRÈS, IL SE SOUVIENT…

 

Après brève réflexion sa réponse fuse:

« C’est impossible de les comparer parce qu’ils ont couru à des époques totalement différentes au cours desquelles chacun a émergé à sa façon. Jimmy (CLARK) était plus timide et souvent, il ne comprenait pas toujours pourquoi, il était souvent plus rapide que ses concurrents. »

Et de poursuivre:

« J’ai parfois eu le sentiment que la course automobile se situait au-delà de ses possibilités, mais ce n’était qu’une impression. Jimmy était vite tout le temps , comme le prouvent ses statistiques en remportant pratiquement 1 GP sur 3. Un autre temps fort, a été sa victoire à Indianapolis en 1965 sur la Lotus 38. A l’époque, c’était un exploit incroyable de remporter cette course prestigieuse et le championnat du Monde de F1. Colin (CHAPMAN) avait l’art de toujours le sublimer avec comme résultat que Jimmy voulait toujours être devant. Mais il savait également utiliser son cerveau en certaines circonstances lorsque les prérogatives techniques le nécessitaient  »

 

Ayrton-SENNA-remporta-sa-première-victoire-en-F-1-sur-la-Lotus-97T-en-1985-©-Manfred-GIET.

 

Et à propos d’Ayrton SENNA voilà ce qu’il nous dévoile:

« Un pilote incroyable avec une mémoire d’ordinateur. Tout ce qui ne le concernait pas était évacué de sa mémoire pour ne garder que les choses essentielles à le faire progresser. Avec lui les briefings d’après essais ou courses pouvaient s’éterniser jusque minuit, car il voulait toujours savoir pourquoi, tel ou tel réglage, n’avait pas fonctionné à son goût. Son seul but était de remporter un maximum de GP et de titres »

S’exclame encore sous l’émotion celui qui était son mécanicien chef lors de sa première victoire en F1 au GP du Portugal en 1985, avant de conclure:

« Et lorsque nous avons effectué les premiers tests avec le moteur RENAULT EF 15B V6 Turbo sur la LOTUS 97T et au début de la télémétrie, il n’a eu besoin que de deux tours de piste pour assimiler tous les cadrans d’affichage dans son cockpit. Il était tout simplement un gars exceptionnel et très sociable et qui avait l’art de s’entourer des bonnes personnes au sein du Team pour obtenir les résultats qu’il a connu. »


La-fameuse-LOTUS-25-ex-Jim-Clark2cchassis-n°-4-de-1965-à-Spa-en-2017-52-ans-après-sa-première-victoire-©-Manfred-GIET-

LOTUS 25, 38, 78, 91, 97T, 98T et 99T: DES NUMÉROS GAGNANTS

 

De toutes les LOTUS sur lesquelles Bob DANCE a eu sa griffe, c’est incontestablement, la LOTUS 25 qu’il bichonne le plus volontiers.

De toutes les F1 LOTUS encore en service lors d’épreuves historiques aux quatre coins du globe, la grande majorité appartient à des collectionneurs privés faisant toutefois appel pour la maintenance ou la restauration au CLASSIC TEAM LOTUS qui possède toujours en stock de nombreuses pièces de rechange, ce qui permet à leurs heureux propriétaires, grâce à cette assistance, de perpétuer l’histoire de cette écurie légendaire, partout où se déroulent des manches du Championnat FIA de F1 Historiques.

De tous les types de F-1 LOTUS à succès, dont la dernière, la 99T sur laquelle l’inoubliable  Ayrton SENNA offrit les deux dernières victoires en Championnat du Monde F1 en 1987, à Monaco et à Detroit, la préférée de Bob DANCE reste la fameuse LOTUS 25,chassis N°4,considérée comme la première F1 monocoque, et sur laquelle Jim CLARK remporta en 1962 au GP de Belgique disputé sur le fameux toboggan Ardennais de 14,1 Km, sa première des treize victoires au total sur ce type.

Il y a deux ans, la fameuse LOTUS 25, propriété de l’ancien pilote Anglais, Andy MIDDLEHURST, fut victime d’un bris de moteur lors d’une manche historique à Monza et alors que tous se lamentait à propos du sinistre total subit au niveau du COVENTRY CLIMAX, Bob DANCE ? n’hésita pas à remettre en état le précieux moulin au terme d’un long et minutieux travail d’orfèvrerie qui a permis à la belle LOTUS de retrouver vie.

 

Bob-Dance-entretemps-octogénaire-toujours-très-actif-©-Manfred-GIET-

Tout çelà à plus de 80 ans !

 

Comme quoi, Colin CHAPMAN était à côté de ses pompes lorsqu’il lui signifia en 1960 que le métier de mécano en F1 était un job sans avenir!

À bientôt 83 ans, l’immuable, l’inoxydable et le plus engagé des mécanos de l’histoire de la F1,Bob DANCE, continue de porter fièrement les couleurs verte et jaune de LOTUS alors que le Team officiel a disparu des radars depuis 1994, estimant que le temps n’est pas encore venu pour ranger définitivement salopette, clés et tournevis, tant que la santé l’accompagne dans son exceptionnel parcours!

 

 Manfred GIET

Photos : Publiracing Agency

 

Ayrton SENNA- dernière-victoire-pour-Lotus-sur-la-Lotus-Honda-99T-en-1987-©-Manfred-GIET-

Glorieux Anciens

About Author

gilles