F3 : UN CHAMPIONNAT PARALÈLLE EN 2019 ?

 

 

Cette semaine, le monde Européen du sport auto était agité par une nouvelle rumeur : ITR, l’Organisateur actuel du Championnat de F3, voudrait monter son propre Championnat, en 2019, en marge de la future F3 « FIA ».

Rappelons qu’en 2019, F3 et GP3 fusionneront dans un Championnat commun. Meetings en ouverture de la F1, 2 courses par week-end, moteur unique, 4 voitures par équipe… En fait, ça a tout l’air d’une absorption de la F3 par le GP3.

Ce projet laisse beaucoup d’inconnus. Que va devenir le Grand Prix de Macao F3 ? Les voitures actuelles sont homologuées jusqu’en 2019. Mais que feront ensuite l’EuroFormula Open et la F3 Japan ? Les Japonais ne risquent-ils pas de créer leur propre discipline, comme ils l’ont fait avec la Super Formula (ex-F3000 Japan) ? Qui plus est, certaines équipes actuelles de F3 comme Hitech ou Van Amersfoort n’ont pas la vocation ou le budget pour rejoindre ce GP3 à peine déguisé.

Parmi les mécontents, il y a ITR, organisateur du DTM, qui gère la F3 actuelle. L’an prochain, il se retrouvera sans discipline d’ouverture, alors qu’il devra déjà faire face au départ de Mercedes, du DTM. D’où l’idée de se garder un championnat de F3, l’Euro F3. Exactement comme l’ADAC s’était gardé un championnat, la F3 Recaro, puis F3 ATS, à la création de l’Euro F3.

On voit mal la FIA laisser se monter un concurrent de sa future F3… Au mieux, cette Euro F3 pourrait obtenir le statut de « F3 régionale ». Tatuus et Mygale ont chacun construit des châssis pour cette discipline. Jusqu’ici, seule la Chine et les Etats-Unis sont partants. Au pire, l’Euro F3 abouti dans la forme voulue par ITR, mais la FIA lui retire ses points de super-licence. Or, on l’a vu avec l’Auto GP et la FR 3.5, c’est un repoussoir pour les concurrents.

En bref, les tractations ne font que commencer.

 

Joest Jonathan OUAKNINE

Photo : F3

F3 Monoplaces

About Author

JOEST JONATHAN OUAKNINE