INDYCAR : PIPPA MANN DE RETOUR À INDY

 

 

 

Pippa Mann fait parti de ces pilotes dont le programme annuel se limite aux 500 Miles d’Indianapolis. En 2018, elle disputera ses septièmes « Indy 500 », avec Dale Coyne.

La carrière de Pippa Mann a connu des hauts et des bas, pas toujours pour des raisons sportives.
L’Anglaise a débuté sa carrière fin 2003, lors de la Winter Series de Formula Renault UK. Elle disputa ensuite trois saisons de FR 2.0 et deux saisons de FR 3.5 sans marquer les esprits. 7e de la course 1 du Nürburgring, en 2008, elle se retrouva en pole de la course 2, grâce à la grille inversée. Une première pour une femme, dans cette discipline.
En 2009, elle tenta sa chance en Indy Lights. En 2010, avec Sam Schmidt, elle décrocha une 2e place à Chicago et juste après, dans le Kentucky, sa première victoire en automobile. En 2011, elle réunit un budget suffisant pour disputer les 500 Miles d’Indianapolis, avec Conquest. Elle termina dans le mur. Rahal, qui cherchait à aligner une seconde voiture, l’embaucha pour la fin de saison. Elle trouva le mur dans le Kentucky. A Las Vegas, il y a un « big one ». La confusion était totale. Mann est catapultée et elle roule sur Paul Tracy. Lorsque le Canadien enlèva son casque, il découvrit des marques de pneus sur sa visière. Dan Wheldon eu moins de chance… Après cela, l’Indycar rédigea une liste noire des pilotes dangereux pour eux-mêmes et pour les autres. Mann en faisait parti.
En 2012, elle rongea son frein. L’Auto GP l’invita pour la dernière manche de la saison, à Sonoma. Elle termina les deux courses en milieu de peloton.
En 2013, elle montra patte blanche et elle pu disputer les 500 Miles d’Indianapolis, avec Dale Coyne. Alors qu’elle pensait que l’année s’achèverait là, Dale Coyne joua aux chaises musicales sur l’une de ses deux monoplaces à temps plein. Elle pu ainsi disputer trois autres manches ! Elle n’eu pas une telle chance en 2014 et se contenta d’Indianapolis. Par contre, en 2015, Carlos Huertas et Rodolfo Gonzales avaient du mal à payer leurs traites. Grâce à la fondation Susan G Komen (qui lutte contre le cancer du sein), Mann pu ainsi prendre par à six manches. Sa saison la plus complète à ce jour, avec deux 13e place à la clef. En 2016, Donald Trump était censé la parrainer. Mais en tant que candidat à la présidentielle, il du renoncer. De nouveau, Dale Coyne joua aux chaises musicales et Mann pu ajouter Pocono à Indianapolis. En 2017, elle se contenta d’Indianapolis. Son sponsor, la fondation Susan G Komen, se retrouva au cœur d’une polémique et il ne pu pas l’aider, alors qu’elle aurait dû piloter, sur ovale, la monoplace délaissée par Sébastien Bourdais, blessé à Indianapolis.

Et donc, en 2018, elle va revenir à Indianapolis. Son nouveau sponsor est Donate [for] Life Indiana, une association promouvant le don d’organes. Elle fera équipe avec Sébastien Bourdais, Pietro Fittipaldi et un autre pigiste, Conor Daly.

Joest Jonathan OUAKNINE

Photos : DALE COYNE

Copyright : DALE COYNE

Indycar Monoplaces

About Author

JOEST JONATHAN OUAKNINE