RETOUR RÉUSSI POUR SÉBASTIEN LOEB ET DANIEL ELENA EN MONDIAL WRC AU MEXIQUE

 

 

WRC-2018-MEXIQUE-La-C3-de-Seb-LOEB-et-Daniel-ELENA

UNE PRESTATION MAJUSCULE !

Avec le sensationnel retour de l’emblématique paire Loeb – Elena  et un deuxième podium consécutif conquis par l’autre équipage, celui que forment les Britanniques Kris Meeke et Paul Nagle, l’équipe Citroën Total, a réalisé en terre Mexicaine, une prestation parfaitement réussie, qui lui permet de se rapprocher de la deuxième place au classement provisoire du Championnat du monde des constructeurs.

 

LE FILM DE LA COURSE​

WRC-2018-MEXIQUE-La CITROËN C3 WRC-de LOEB-ELENA

 

Avec six victoires remportées au Mexique (2006, 2007, 2008, 2010, 2011 et 2012), parfois même en s’élançant premier sur la route, Sébastien Loeb avait déjà fait des miracles sur ces pistes d’altitude surchauffées. Mais c’était inimaginable de le voir répéter l’exploit, pour son retour en WRC dans le cadre d’un mini programme (Mexique, Corse et Catalogne), six ans après sa dernière saison complète dans la discipline, face à une concurrence toujours plus affutée.

C’est pourtant bien ce qu’il allait effectuer aux commandes d’une Citroën C3 WRC, qui lui convenait semble-t-il parfaitement!

Avec son fidèle compère, Daniel Elena, ils tiraient parfaitement profit de leur onzième position sur la piste, le premier jour, pour se hisser au deuxième rang, à la faveur de deux temps scratches, leurs premiers depuis le Monte-Carlo 2015.

Mais ils confirmaient le samedi venu, avec un nouveau meilleur temps dès l’entame, synonyme de prise de pouvoir, alors que les ordres de départs étaient cette fois-ci équivalents entre les leaders.

Déjà admiratifs, les observateurs restaient franchement admiratifs et médusés par la performance réalisée !

Le pilote Français, désormais âgé de 44 ans et son copilote Monégasque, occupaient le commandement et menaient la course, trois chronos durant, avant de connaître une crevaison (ES 14) et d’avoir le mauvais réflexe de vouloir changer la roue incriminée (comme cela se pratique en rallye raid ou ils roulent depuis deux saisons), faute d’avoir suffisamment de recul sur les pneus actuels!

Rétrogradés du coup cinquièmes, leur position finale, ils allaient dès lors continuer à régaler les très nombreux spectateurs présents jusqu’à l’arrivée, tout en ramenant de précieux points à l’équipe Citroën.

 

WRC 2018 MEXIQUE La C3 CITROËN de KRIS MEEKE

 

Il faut dire qu’ils étaient parfaitement suppléés sur le podium par Kris Meeke et Paul Nagle, les vainqueurs de l’édition passée.

Également auteurs de deux scratches le premier jour, mais aussi d’un choix de gommes imparfaits qui les handicapait sur la boucle initiale, les Britanniques, alors quatrièmes, pointaient en embuscade, avec l’objectif affirmé de remonter.

Mission accomplie dès le samedi, avec trois nouveaux meilleurs temps à leur actif, ils se hissaient au deuxième rang, avec 10’’9 d’avance sur le troisième.

Mais une incursion hors-piste le dimanche matin les obligeait à se contenter de la troisième marche du podium.

Soit leur premier podium de la saison, et le deuxième consécutif du Team Citroën Total.

WRC-2018-rallye-de-Monte-Carlo-Portrait-Pierre-BUDAR-Photo-Jeff-THIRY-

QUESTIONS À PIERRE BUDAR, DIRECTEUR DE CITROËN RACING

 

Quel bilan tirez-vous de ce premier rallye sur terre de la saison ?

« La troisième place de Kris est évidemment positive d’un point de vue comptable puisqu’elle lui permet de progresser au classement du championnat du monde pilotes. C’est également notre deuxième podium consécutif de l’année, signe que nous sommes assurément sur une bonne dynamique, et cela nous vaut d’ailleurs d’être revenus à seulement un point de la deuxième place au championnat du monde constructeurs. Après avoir un temps occupé la tête du rallye, et même eu nos deux C3 WRC sur le podium, on aurait néanmoins pu espérer encore mieux, mais c’est la course! »

L’autre motif de satisfaction concerne la superbe performance de Sébastien Loeb et Daniel Elena…

« C’est le moins que l’on puisse dire en effet ! On connaissait leur valeur, mais là ils nous ont littéralement époustouflés, en allant jusqu’à signer des meilleurs temps sur des spéciales qu’ils découvraient et en prenant les commandes de la course au plus fort de la bagarre. Rien que pour tout cela, ils méritaient assurément de figurer sur le podium. C’est assez paradoxal dans le cas de nonuples champions du monde de la spécialité, mais ils ont payé cher leur manque de connaissance des pneus actuels lors de leur crevaison. Espérons que ce ne soit que partie remise pour le Tour de Corse ! À la lueur de ce qu’ils nous ont montrés ce week-end, je ne peux pas imaginer aujourd’hui qu’ils n’y soient pas tout autant dans le coup pour jouer les premiers rôles. »

Quel regard portez-vous enfin sur la prestation de l’équipe ?

« Je tiens à les féliciter chaleureusement toutes et tous car ils ont fourni un travail de grande qualité! Avec huit spéciales remportées sur un rallye réputé pour être l’un des plus éprouvants pour les mécaniques, mais aussi pour les organismes, en raison de l’altitude comme de la chaleur, nous terminons meilleur performer chez les constructeurs, preuve de notre haut niveau de compétitivité, qui plus est sans avoir connu le moindre problème technique. Ce n’est le fruit du hasard, c’est le résultat de leur implication sans faille. C’est aussi une nouvelle illustration des progrès constants de notre C3 WRC. »

LES TEMPS FORTS DU RALLYE DU MEXIQUE

WRC-2018-MEXIQUE-La-CITROËN-C3-WRC-de-LOEB-ELENA

 

Jusqu’alors quatrième du classement général, Sébastien Loeb a signé son premier scratch du week-end, au deuxième passage dans El Chocolate (31,44 km) le vendredi, là même où il avait concédé 14’’6 au plus rapide au premier tour. Copilote de l’Alsacien depuis 1998, Daniel Elena le connaît mieux que quiconque et livre son analyse sur cette performance réalisée qui plus est sur une ES qu’ils découvraient…

« C’est simple, c’est du Loeb tout craché ! Il a analysé sa contre-performance du premier tour si je puis dire, et rectifié au second. Il ne reproduit pas deux fois les mêmes erreurs ! Il a alors conduit à la Loeb, c’est-à-dire propre, alors qu’il avait été trop agressif le matin. C’est le fait que ce soit Dani Sordo qui ait fait le meilleur temps au premier passage qui lui a mis la puce à l’oreille. Car Dani aussi a un pilotage fin dans le sinueux et le technique. Moi rien ne m’a surpris ce week-end, si ce n’est que l’on a été mauvais sur notre crevaison. J’ai toujours cru que c’était possible de revenir ainsi, je le connais l’animal. Pour moi, il n’a fait que progresser depuis notre retrait du WRC. Le WTCC lui a amené un plus, le rallye-raid aussi, idem pour le rallycross, qui lui fait travailler ses réflexes, en étant en permanence par les portes avec une caisse de 560 chevaux ! »

 

WRC-2018-MEXIQUE- Seb LOEB et Kris MEEKE

 

Prochaine étape pour l’équipe Citroën, Meeke et Loeb à nouveau en course dans l’Ile de Beauté, avec la Tour de Corse, prévu début avril

Une épreuve que Sébastien Loeb connait parfaitement, y ayant triomphé à six reprises (2005-2006-2007-2008-2010-2012)

 

Christian COLINET

Photos : TEAM

 

WRC-2018-MEXIQUE-la-CITROËN-C3-de-Kris-MEEKE

Sport WRC

About Author

gilles