SATORU NAKAJIMA FAIT DESORMAIS PARTIE DU CLUB DES SENIORS

 

 

 


Satoru-NAKAJIMA-©-Manfred-GIET-

 

 

L’ancien pilote de F1 Japonais, Satoru NAKAJIMA, premier pilote de l’Empire du Soleil Levant, à avoir disputé une saison complète en GP, souffle ses 65 bougies.

Né le 23 février 1953 à Okazaki, au sud de Nagoya et à 60 Km du circuit de Suzuka, il a opté pour le sport automobile, alors que rien ne le prédisposait à prendre cette voie.

Fils d’un couple de paysans, en permanence actifs aux champs, le jeune Satoru avec l’aide de son frère aîné n’hésitait pas, en cachette évidemment, à tester le véhicule familial sur les petits sentiers autour de la ferme dès que l’occasion se présentait.

A ce petit jeu interdit, le cadet NAKAJIMA se montra  non seulement le plus habile, mais se trouva aussi la vocation de piloter un jour sur circuit.

Ce n’est toutefois qu’à la fin de sa scolarité en 1973 que le jeune Satoru put échanger le kimono contre un équipement de pilote de course sans pour autant vivre une ascension spectaculaire.

En 1977, grâce à quelques résultats encourageants, il se retrouve en Formule 2000 Japonaise, l’actuelle Formule NIPPON, pour le compte du très réputé Team HEROS RACING, au volant d’une NOVA BMW.

Même si la marche sera longue, un an plus tard, il remporte sa première victoire dans cette série, transformée entretemps en F2 JAPAN.

Après une saison ’79 complètement creuse et totalement loupée, il se ressaisit l’année suivante en remportant enfin deux succès, qui lui permettront de coiffer ses rivaux, HOSHINO et HASEMI, sur le fil.

Après avoir remporté le titre national à… cinq reprises entre 1981 et 1986 en F2 Nippone, son objectif devient  alors en toute logique, de monter et d’accéder à la F1, raison pour laquelle l’Europe, devient alors pour lui un passage obligé, en participant à quelques manches de la F3000 Internationale.

 

Satoru-NAKAJIMA-Lotus-Honda-99T-1987-©-Manfred-GIET.

 

Grâce à l’appui de HONDA, qui motorise le Team LOTUS en GP, Satoru NAKAJIMA en véritable idole au Pays du Soleil Levant, accède à 34 ans à la F1 en 1987, chez LOTUS, aux côtés d’un certain Brésilien, Ayrton SENNA et Satoru deviendra pour la circonstance, le premier pilote Japonais, à disputer une saison complète dans la catégorie suprême.

Durant trois saisons, il défendra les couleurs de LOTUS, avec, après le grand Senna alors en pleine ascension, un autre Brésilien, comme équipier, en 1988 et 1989, le triple Champion du Monde, Nelson PIQUET.

Timide, plutôt reclus et ne maîtrisant que très peu la langue de Shakespeare, le pilote Nippon se retrouvera toujours entre le marteau et l’enclume, au sein du Team Britannique, barré d’abord par Ayrton SENNA, l’étoile montante en F1, à l’époque et puis ensuite, l’expérimenté Nelson PIQUET.

 

Satoru-NAKAJIMA-Lotus-Honda-100T-1988-©-Manfred-GIET

 

Ses meilleurs classements chez LOTUS seront deux 4ème places, dont une au GP d’Angleterre à Silverstone en 1987 et la seconde en 1989, lors du dernier GP de la saison en Australie, où sous une pluie battante, il s’adjugera également le meilleur tour en course!

Prouesse qu’avait déjà effectué son compatriote, Masahiro HASEMI sur une KOJIMA, au GP du Japon à Suzuka en 1976, pilote à qui dans la confusion générale d’un GP disputé dans des conditions dantesques, on attribua le meilleur tour, alors que selon les chronométreurs des teams, celui-ci aurait dû revenir au pilote Français, Jacques LAFFITE!

Si pour lui ce GP demeurera gravé, comme la course de sa vie, cette course restera aussi son dernier, pour le compte du célèbre Team Anglais, qui cette année-là , entama véritablement sa dérive qui allait le conduire au naufrage quelques annnées plus tard.

 


Satoru NAKAJIMA-Tyrrell 019 1990-© Manfred GIET.

 

Passé chez TYRRELL en 1990 et 1991, il n’y sera guère plus heureux!

Outre une récolte de quelques maigres cinq unités récoltées en… deux années et 31 GP disputés, ainsi qu’une absence pour cause de maladie au GP du Portugal 1990, pour le compte du Team de l’Oncle Ken, il se trouva toujours relégué dans l’ombre d’abord du débutant, le jeune Français Jean ALESI en ’91, ou ensuite, de l’Italien Stefano MODENA en ’92.

 

Satoru-NAKAJIMA-Tyrrell-Honda-020-1991-©-Manfred-GIET.j

 

Au terme de cette saison, Satoru mettra fin à sa carrière de pilote en F1, avant de réapparaitre comme pilote d’essais pour le projet F1 HONDA, ou encore en 1997, en tant que manager de son pilote protégé, son compatriote, Toranosuke TAKAGI chez TYRRELL, où il fut d’ailleurs question, qu’il ne reprenne le Team, avant sa liquidation, fin ’98.Après sa retraite, montera sa propre structure de course,l e NAKAJIMA RACING, Team qui grâce à ses performances, ne tarda pas à se profiler comme Team de pointe au Japon.

Si ses deux fils Kazuki (33 ans) et Daisuke (29 ans), ont suivis le sillon paternel, l’aîné se révèle cependant comme le plus talentueux de la famille NAKAJIMA.

 

Kazuki-NAKAJIMA-©-Manfred-GIET

 

Avec quelques titres Nippons dans la besace, trois années passées en F1 chez WILLIAMS, où il a été en 2008, le premier pilote Japonais à avoir marqué des points à Monaco, désormais soutenu par TOYOTA, il fait partie du Team GAZOO officiel en mondial d’endurance WEC, équipe pour laquelle, il a déjà remporté sept manches du Championnat du Monde et à 1 tour près, loupé une retentissante victoire aux 24 HEURES DU MANS, en juin 2016, sa voiture caracolant en tête, mais stoppant devant les stands à l’entame de l’ultime tour!

 


24-HEURES-DU-MANS-2016- La TOYOTA-TS050, est poussée après son arrivée et un dernier-tour au ralenti en plus de sept-minutes

 

Cette année, il fera équipe avec le Suisse Sébastien BUEMI et le ‘ débutant’ en endurance, l’ancien double Champion du monde de F1, l’Espagnol Fernando ALONSO, au volant de l’une des deux TS 050, du TOYOTA GAZOO RACING, avec comme objectif de permettre à son constructeur fétiche, d’enfin remporter, la plus prestigieuse course d’endurance au Monde, en espérant devenir du coup, après SEKIJA en 1995 et ARA en 2004, le 3ème  pilote «Samouraï» à monter sur la plus haute marche du podium dans la Sarthe.

Quant au patriarche et sénior Satoru, il peut envisager l’avenir en toute quiétude ? car grâce à ses deux fistons, tout semble indiquer que le nom de NAKAJIMA continuera de figurer dans les annales du sport auto.

 

O tanjôbi omedetô-Happy Birthday Satoru !

 

 Manfred GIET

Photos: Publiracing Agency

 

Satoru NAKAJIMA-24 HEURES du MANS 1985- Toms-Toyota 85-C-©-Manfred-GIET


Satoru NAKAJIMA- 24 Heures du Mans 1986 -Toms Toyota 86 C-© Manfred GIET

 

Glorieux Anciens

About Author

gilles