LE BELGE UGO DE WILDE BRILLE EN F4, À SEPANG EN MALAISIE.

 

Ugo de Wilde fait retentir
la Brabançonne à Sepang !

 

C’est sous une chaleur humide éprouvante pour ceux qui n’y sont pas habitués que s’est disputée, ce week-end sur le Circuit F1 de Sepang dans la lointaine Malaisie, l’avant-dernier meeting du Championnat F4 South Est Asia.

Et s’il y a connu un peu moins de réussite qu’il y a deux semaines, en Thaïlande où il avait signé sur le Circuit de Burinam, ses quatre premiers succès en F4, le tout jeune Ugo de Wilde a néanmoins de nouveau marqué les esprits, en signant une nouvelle victoire, trois podiums et le meilleur tour en course absolu, deux dixièmes plus rapide que la pole !

Hélas, accroché alors qu’il luttait à quelques virages de l’arrivée pour une autre victoire en Course 3, le jeune espoir Belge, n’a pu remporter le classement cumulé comme à Buriram.

C’est la course…

 

UGO de WILDE Photo Claude MOLINIER.

 

Mais une fois encore, il a beaucoup appris et vraiment accumulé pas mal d’expérience pour le futur !

 « La concurrence était nettement plus relevée en Malaisie sur un tracé que j’étais un des seuls à découvrir, » précise d’emblée le jeune Bruxellois arrivé sur place mercredi soir en compagnie de sa maman.

Il nous précise d’ailleurs :

 « Il m’a fallu un peu de temps pour récupérer ce retard et les six drapeaux rouges réduisant les essais privés ne m’ont pas aidé à accumuler des kilomètres. »

Cinquième lors d’une qualification disputée par 33 degrés, trente-huit sur la piste et plus de cinquante sous le casque, Ugo a souffert de la chaleur plus que des sept heures de décalage à encaisser en deux jours.

Il ajoute :

«C’était horrible, je transpirais tellement que je ne voyais plus rien lors de la première séance. J’ai dû mettre une serviette hygiénique sur mon front lors des suivantes pour que la sueur ne dégouline plus dans mes yeux en roulant… »

Hélas, les deux manches suivantes du samedi n’allaient pas sourire au seul Européen engagé parmi les treize participants.

Ugo nous lâche :

« Lors de la seconde, j’ai cassé mon museau et mon aileron avant en évitant un concurrent en tête-à-queue au premier virage. Difficile de suivre dans ces conditions, ma monoplace sous-virait à mort ensuite et j’ai terminé 8ème. Je suis reparti de cette place lors de la 3ème course et j’ai réussi à remonter au deuxième rang. Je me battais pour la victoire, au coude à coude avec le leader à quelques virages de l’arrivée, quand je me suis fait percuter par le troisième alors que je virais à l’extérieur. Je n’ai rien vu venir. Ma voiture s’est mise sur deux roues et j’ai évité le tonneau de justesse. »

Ugo en était heureusement quitte pour une grosse frayeur et un pouce endolori.

C’est le couteau entre les dents qu’il entamait la deuxième journée de course.

Il enchaîne et raconte :

 « Lors de la première, je suis remonté de la 5ème à la 2ème place. Je revenais sur le leader mais à force de signer les records du tour, j’ai bloqué deux fois ma roue avant droite au freinage du premier long droite et je n’ai jamais pu opérer la jonction ni porter une attaque. »

Son meilleur tour en course absolu, deux dixièmes plus rapide que la pole, lui valait la première place sur la grille pour l’épreuve N°5 :

« J’ai réussi mon envol et j’ai géré durant dix tours mon avantage. J’étais plus rapide que mes rivaux dans toute la portion sinueuse mais le Japonais Taira me recollait chaque fois dans les deux très longues lignes droite grâce au phénomène de l’aspiration. »

 

Ce qui nous valut une belle arrivée au finish, Ugo, gérant parfaitement la pression et obligé de fermer la porte à la dernière épingle s’imposant pour la cinquième fois de sa jeune carrière en monoplace avec …58 millièmes d’avance !

« Une belle celle-là. Je la voulais vraiment pour récompenser ma maman qui m’a accompagné là-bas. C’était émouvant d’entendre la Brabançonne au bout du monde, juste pour moi. J’ai mis ma main droite sur le cœur. Je me suis pris un instant pour un Diable Rouge. Un moment que je n’oublierai jamais ! »

Avec le Top 6 inversé pour l’ultime compétition disputée juste après
les ‘4 H. de Sepang’ de la série ALMS (Asian Le Mans Séries), Ugo s’élançait donc en troisième ligne.

À nouveau très bien parti (3ème au premier virage), il devait se contenter cette fois de la 5ème place avec des gommes à l’agonie.

« J’ai un peu trop tapé dans mes gommes dans les deux courses précédentes. Mais le jeu en valait la chandelle. Mon bilan asiatique est donc très positif. Sans mon crash, j’aurais à nouveau pu remporter le classement cumulé. J’ai rencontré de chouettes personnes et accumulé de l’expérience. J’espère maintenant qu’elle me servira à quelque chose car mon futur immédiat est toujours incertain comme bien des jeunes, faute de budgets suffisants. »

Pour qu’il y ait une suite et que le prometteur plus jeune vainqueur de F4 au monde ne doive pas en rester-là faute de moyens, une grande opération de Crowdfunding sera lancée dès son retour au pays ce mardi.

Ugo nous explique :

« Il nous manque encore un bon tiers du budget pour que je puisse rouler cette saison en France, en Espagne ou en Allemagne. Nous avons pas mal de propositions, mais apparemment il faut encore trouver des sous. On va donc faire appel à l’équipe et à nos supporters. J’espère que mes récents résultats encourageront certains à nous aider. Je n’ai vraiment pas envie de m’arrêter en si bon chemin… »

Et fort logiquement, on le comprend car ce jeune homme ne manque pas de talent, ses performances en Asie, sont bien là pour en témoigner et prouver la réalité de son jeune talent naissant…

 

Claude MOLINIER

Photos :
TEAM

 

F4

About Author

gilles