CARLOS SAINZ ET LE 3008 DKR FILENT VERS LA VICTOIRE À CORDOBA, MAIS AL ATTIYAH BRILLE TOUJOURS !

 

Dernière véritable occasion ce vendredi 19 janvier 2018, de faire la différence et grappiller une position au classement général pour les concurrents. Ces derniers devaient toutefois se méfier d’une première partie de spéciale qui faisait la part belle aux dunes de San Juan et surtout à un passage de « fesh fesh » qui pouvait vous faire perdre gros.

Les pistes rapides de la fin de spéciales convennaient elles parfaitement aux spécialistes du WRC, mais attention à ne pas se laisser griser par la vitesse et aller à la faute à la veille de l’arrivée…

Nasser Al-Attiyah a lui ainsi enrichi son palmarès, avec un trente-et-uniéme succès impérial qui lui permet d’égaler un certain… Carlos Sainz ! L’Espagnol n’a pas forcé son talent, assurant la victoire qui se dessine ce samedi et termine la journée à près de vingt minutes, conservant son leadership au Classement général en tête.

L’occasion aussi en cette fin de ‘Dakar’, de voir briller des pilotes moins connus comme Lucio Alvarez (2ème ce jour) alors que Stéphane Peterhansel lâche plus d’une heure et abandonne le podium du Général sur un choc entre sa 3008 et un arbre, biellette de direction cassée. Un podium sur lequel ne montera pas Bernhard Ten Brinke après avoir dû abandonner, lâché par sa Toyota alors qu’il jouait la victoire d’étape.

SAINZ /CRUZ SOLIDES LEADERS DU DAKAR 2018 À LA VEILLE DE L’ARRIVÉE

 

Lors de cette avant-dernière étape composée de 2 spéciales au profil très différent, l’Équipage Sainz-Cruz a de nouveau idéalement géré son avance sur la concurrence au volant de sa PEUGEOT 3008DKR Maxi. En revanche, le duo Peterhansel-Cottret perd 2 places au classement général après avoir accroché un arbre dans la SSA.

Maîtres de la course avec plus de 1h d’avance sur la concurrence ce matin, Carlos Sainz-Lucas Cruz ont su éviter les nombreux pièges de cette avant-dernière étape. Même s’il a déjanté et malgré une petite sortie lors de la 1ère spéciale de la journée, le duo espagnol n’a concédé que quelques minutes à ses poursuivants. Il est toujours solidement accroché en tête, avec 46 min1 8s d’avance, alors qu’il ne reste qu’une spécial de 119 km à disputer samedi.

 

Pour Stéphane Peterhansel-Jean-Paul Cottret, cette 13ème étape a vite tournée en cauchemar. Au kilomètre 78 de la première spéciale du jour, la roue avant gauche de la PEUGEOT 3008DKR Maxi N°300n, a accroché un arbre masqué par une butte, cassant une biellette de direction ainsi que la direction assistée !

Les tenants du titre ont commencé à réparer, bientôt aidés par leurs équipiers, ‘anges-gardiens’, la paire Cyril Despres-David Castera. Ils ont franchi l’arrivée de la spéciale, avec un retard de 57minutes, puis l’équipe d’assistance du Team PEUGEOT Total, est intervenue sur la neutralisation pour changer l’ensemble de la direction (crémaillère et colonne). Cette péripétie fait malheureusement plonger le duo de la seconde à la quatriéme place au classement général, à 8minutes du Podium….

Elle vaut en outre une entorse du pouce à Stéphane Peterhansel.

 

DAKAR-2018-Assistance-Equipe-PEUGEOT Le 3008 DKR de DESPREZ et CASTERA

 

Cyril Despres et David Castera se sont une nouvelle fois comportés comme des équipiers modèles. Ils ont porté assistance à Peterhansel-Cottret sur la 1ère spéciale. Cela ne les empêche pas de rentrer dans le Top 10 du jour.

EN DIRECT DU BIVOUAC… PEUGEOT

 

 

Carlos Sainz (PEUGEOT 3008DKR Maxi n°303): 6ème de l’étape / 1er au Général

« La première spéciale était vraiment piégeuse. Je ne sais pas ce qui est arrivé aux concurrents partis après moi mais je suis certain qu’il y a eu beaucoup de problèmes. La deuxième spéciale, plus typée WRC, était un peu moins compliquée même s’il y avait des parties vraiment étroites pour notre PEUGEOT 3008DKR Maxi. Les bouleversements qui ont eu lieu aujourd’hui montrent que la course n’est pas terminée. J’espère que tout se passera bien demain. »

Stéphane Peterhansel (PEUGEOT 3008DKR Maxi n°300): 20ème de l’étape / 4ème au Général

« Dans la première spéciale de ce matin, nous sommes arrivés dans une zone sinueuse avec de la végétation. Nous avons attaqué une descente et n’avons pas pu éviter de toucher un arbre qui a fait des dégâts à l’avant gauche de notre PEUGEOT 3008DKR Maxi. Nous avons commencé à réparer. Cyril et David se sont arrêtés pour nous aider. Après avoir perdu plus de deux heures, nous avons finalement pu repartir avec une voiture amoindrie. Cela nous retire malheureusement toute chance de concrétiser le doublé que nous espérions. Nous sommes très déçus pour toute l’équipe. »

Cyril Despres (PEUGEOT 3008DKR Maxi n°308): 10ème de l’étape / à confirmer au Général :

« Ce matin, alors que nous suivions Carlos et nous avons vu que Stéphane et Jean-Paul avaient un problème. Nous nous sommes arrêtés pour les aider à improviser une réparation de fortune au niveau de la direction afin qu’ils puissent terminer la spéciale. Nous sommes alors repartis. »

 

LE SAVIEZ-VOUS ?

 

Le lancement des PEUGEOT 208 GTi et PEUGEOT 308 GTi sur le marché argentin en début d’année 2017 s’inscrit dans une tradition. La filiale de PEUGEOT en Argentine a, en effet, toujours été passionnée et inspirée par les modèles sportifs. C’est ainsi que, dans les années 60 et 70, elle a vendu des PEUGEOT 404  » Le Mans  » et des PEUGEOT 404  » Grand Prix  » qui n’ont jamais existé en Europe !

 

 

ÉTAPE 13 :
AL ATTIYAH L’EMPORTE, TEN BRINKE PAS VERNI

 

Des sentiments partagés, voilà ce qu’éprouve le Toyota Gazoo Racing  au soir de cette treizième et avant dernière étape du Dakar disputée entre San Juan et Cordoba, en Argentine.

Il y a évidemment l’immense satisfaction de voir Nasser Al Attiyah et Mathieu Baumel, remporter avec brio aujourd’hui, leur quatrième victoire cette année, la cinquième pour le Toyota Hilux dernière génération depuis le départ.

D’autant que les deux hommes, à force de le maintenir sous pression, profitent de l’erreur de celui qui les précédait ce matin au Classement général (Peterhansel), pour grimper sur la deuxième marche du podium…

D’autant aussi que c’est le trentième succès sur l’épreuve reine du Rallye-Raid du Qatari, qui confirme là son statut de tout grand de la discipline.

 

DAKAR-2018-Le TOYOTA-de-TEN-BRINKE.

 

Mais malheureusement, de l’autre côté, il y a la tristesse de voir la prestation de Bernhard Ten Brinke s’arrêter à un jour du terme sur une casse moteur !

Véritable révélation de l’épreuve, le Néerlandais, vainqueur de l’étape reine Argentine de Fiambala, était encore de train de réaliser un grand numéro aujourd’hui.

Parfaitement secondé par Michel Perrin, qui fêtait ses soixante-et-un ans, il sortait en effet leader du premier tronçon de spéciale, pourtant couru dans des dunes encore extrêmement exigeantes, du fait notamment d’une végétation abondante, et occupait alors virtuellement la troisième place du Classement général.

Une troisième place qui échoit donc ce vendredi soir à Giniel De Villiers, le troisième homme du team, encore troisième de la spéciale (+ 13’06’’) aujourd’hui, malgré des coupures moteur notamment, qui voit toutefois sa régularité aux avants postes récompensée.

C’est ce samedi que sera jugée l’arrivée finale de cette quarantième édition du ‘Dakar’, qui restera à coup sûr dans les annales, en raison de sa variété de terrains, comme autant de son niveau de difficulté.

Avec en guise de conclusion, une boucle de 119 kilomètres tracée autour de Cordoba, qui devrait avoir les contours d’une spéciale de rallye classique…

Nasser Al Attiyah, résumait ses pensées :

« Je suis très heureux de cette victoire. C’était de nouveau une journée très difficile avec énormément de kilomètres, mais notre Toyota Hilux a encore une fois démontré son niveau de compétitivité et de fiabilité. Il ne faut pas oublier que cela reste une toute nouvelle voiture et qu’il s’agit là de ses débuts sur le Dakar ! Je suis vraiment fier de tout le travail accompli par le team. J’ai aussi une pensée émue pour Bernhard qui méritait une meilleure fin de rallye. Avec ce qu’il s’est encore passé aujourd’hui, on a vu que tout pouvait encore arriver jusqu’au bout. Il faudra donc garder notre concentration demain. »

De son côté, Giniel de Villiers, expliquait, lui :

« C’était une journée vraiment difficile, analysait Giniel De Villiers, notamment les cent vingt premiers kilomètres de ce matin. C’était sans doute l’une des spéciales les plus dures que je n’avais encore jamais courue… Jusqu’à dix kilomètres de l’arrivée de ce tronçon, tout allait bien pour nous, mais dans une portion de fesh fesh avec beaucoup de poussière, un motard est tombé, je ne l’ai pas vu, et j’ai fini sur la moto, heureusement sans heurter son pilote. Mais nous avons perdu six ou sept minutes dans la mésaventure. Nous avons aussi fini ce premier chrono avec des coupures moteur, qui affectionnaient la puissance, et nous avons dû faire avec sur la deuxième partie. Je suis donc très content d’en finir aujourd’hui. »

Malheureusement, le troisième homme Ten Brinke,  contraint ce vendredi d’abandonner lâchait, dépité :*

« Ce n’est évidemment pas la fin de rallye que j’imaginais, et ce d’autant que nous étions encore partis pour faire une très belle spéciale aujourd’hui. On a beau se dire que cela reste un sport mécanique, et que ce genre de choses peut arriver, ce n’est pas agréable à vivre. Mais je préfère retenir ce que nous sommes parvenus à réaliser avec Michel et l’ensemble de l’équipe, avec seulement trois jours de tests préalables. Nous étions sur le point de conclure un très beau Dakar ! Mais nous reviendrons l’an prochain pour prendre notre revanche. »

PROCHAINE ÉTAPE

ÉTAPE 14 (SAMEDI 20 JANVIER) :
CÓRDOBA-CÓRDOBA.

284 KM
DONT 119 KM DE SPÉCIALES

Le Rallye se termine dans la Capitale argentine du Sport Automobile avec une boucle de 119 km tracée sur des pistes de montagne traversant une trentaine de rios. Pilotes et copilotes devront maintenir vigilance maximale.

 

François LEROUX

Photos :
PEUGEOT- DPPI- RED BULL – TOYOTA

 

DAKAR-2018-Le-TOYOTA-de-Nasser-AL-ATTIYAH-et-Mathieu-BAUMEL

LE CLASSEMENT PROVISOIRE DE LA TREIZIÈME ÉTAPE

 

  1. Nasser Al Attiyah (QAT) / Matthieu Baumel (FRA), Toyota 4WD, en 5 h 02 min22s
  2. Lucio Alvarez (ARG) / Robert Howie (AF Sud), Toyota 4WD, à 11min16s
  3. Giniel de Villiers (AF Sud) / Dirk von Zitzewitz (AF Sud), Toyota 4WD, à 13min06s
  4. Jakub Przygonski (POL) / Tom Colsoul (BEL), Mini 4WD, à 15min07s
  5. Mikko Hirvonen (FIN) / Andreas Schulz (ALL), Mini 2WD, à 19min24s
  6. Carlos Sainz (ESP) / Lucas Cruz (ESP), PEUGEOT 3008 DKR Maxi, à 19min37s
  7. Boris Garafulic (CHILI) / Felipe Palmeiro (POR), Mini 4WD, à 22min41s
  8. Sebastian Halpern (ARG) / Edu Palenta (ARG), Toyota 4WD, à 27min36s
  9. Vaidotas Zala (LITUANI / Saulius Jurgelenas (LIT), Toyota 4WD, à 29min57s
  10. Cyril Despres (FRA) / David Castera (FRA), PEUGEOT 3008DKR Maxi, à 34min36s
  11. Stéphane Peterhansel (FRA) / Jean-Paul Cottret (FRA), PEUGEOT 3008DKR Maxi, à 1h 03min04s

 

 

DAKAR 2018 – Le 3008 DKR PEUGEOT de CARLOS SAINZ

LE CLASSEMENT GÉNÉRAL PROVISOIRE APRÈS LA TREIZIÈME ÉTAPE

 

  1. Carlos Sainz (ESP) / Lucas Cruz (ESP), PEUGEOT 3008 DKR Maxi, en 47h 46min30s
  2. Nasser Al Attiyah (QAT) / Matthieu Baumel (FRA), Toyota 4WD, à 46min18s
  3. Giniel de Villiers (AF Sud) / Dirk von Zitzewitz (AF Sud), Toyota 4WD, à 1h 20min00s
  4. Stéphane Peterhansel (FRA) / Jean-Paul Cottret (FRA), PEUGEOT 3008DKR Maxi, à 1h 28min08s
  5. Jakub Przygonski (POL) / Tom Colsoul (BEL), Mini 4WD, à 2h 46min32s
  6. Martin Prokop (Tchéquie) / Jan Tomanek (Tchéquie), Ford 4WD, à 7h 21min55s
  7. Sebastian Halpern (ARG) / Edu Palenta (ARG), Toyota 4WD, à 9h 9min4s
  8. Lucio Alvarez (ARG) / Robert Howie (AF Sud), Toyota 4WD, à 9h 21min22s
  9. Boris Garafulic (CHILI) / Felipe Palmeiro (POR), Mini 4WD, à 12h 47min22s
  10. Vaidotas Zala (LITUANIE) / Saulius Jurgelenas (LIT), Toyota 4WD, à 16h 08min13s

… Cyril Despres (FRA) / David Castera (FRA), PEUGEOT 3008DKR Maxi, à 45h15min52s

Dakar Rallye-Raid

About Author

gilles